Connect with us

EVENEMENTS

9e édition du Napec à Oran : Les partenaires étrangers demandent la levée des contraintes à l’investissement

Published

on

9e édition du Napec à Oran : Les partenaires étrangers demandent la levée des contraintes à l’investissement

La neuvième édition de North Africa Petroleum Exhibition &t Conférence (NAPEC) a ouvert ses portes hier au Centre des conventions d’Oran.

Durant trois jours, le plus grand Salon international dans le secteur de l’énergie et des hydrocarbures en Afrique et en Méditerranée va donner l’opportunité aux 575 exposants, dont 60% sont des entreprises algériennes, de se mettre en relations d’affaires, faire connaître leurs produits et surtout prendre l’information sur ce qui se fait dans le secteur. Plusieurs conférences sont d’ailleurs à l’ordre du jour de cette manifestation.

Des thématiques d’une grande importance ont été organisées lors de la première journée, où des responsables de grandes firmes pétrolières, ainsi que d’autres intervenant dans le secteur ont mis l’accent sur les contraintes à l’investissement dans le secteur des hydrocarbures.

Le PDG de Total Algérie, Jean Pascal L Clemenceau, qui a vanté le partenariat avec l’Algérie, n’a pas omis d’évoquer les problèmes bureaucratiques qui freinent l’acte d’investir en Algérie. Le représentant de Baker Hughes and GE Compagny (BHGE) fera de même en affirmant que les lenteurs administratives ont engendré des retards considérables dans l’exécution des projets et un manque à gagner considérable aussi bien pour l’opérateur que pour le régulateur.

Il a même donné l’exemple d’un projet qui entre la phase de l’exploration et le «first gaz» qui a duré de 2002 jusqu’à 2018. «Il faut absolument réduire les temps, supprimer les obstacles bureaucratiques si on veut réduire les coûts. Les lenteurs administratives et bureaucratiques – six mois pour régler les procédures douanières, six autres mois pour récupérer son argent auprès des banques – polluent considérablement le climat des investissements en Algérie», se plaignent les opérateurs dans le secteur des hydrocarbures.

«Nous avons pris conscience de ces difficultés», a avoué Farid Ayadi, directeur Promotion du domaine minier à Alnaft, lors de son intervention sur la thématique de l’attractivité des investissements et du climat des affaires en Algérie. M. Ayadi, qui a parlé de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, a déclaré que des efforts doivent être faits pour la performance des projets.

«Nous avons été à l’écoute des opérateurs avec lesquels nous avons lancé un processus de dialogue», a indiqué le responsable de l’Alnaft. Les «résultats médiocres» des quatre derniers appels d’offres semblent avoir constitué le déclic pour revoir la cadre et la stratégie pour le développement du partenariat.

«Car décaler, estime Farid Ayadi, les projets de 3 à 4 ans a des incidences certaines au plan économique et sur les revenus du pays. Nous avons compris le message des opérateurs», a indiqué l’intervenant qui promet que tout est fait pour la levée des contraintes d’ordre bureaucratique. Les responsables du secteur de l’énergie pensent à la mise en place d’un couloir vert pour résoudre les lenteurs au niveau des douanes, ils réfléchissent également à régler la question de la réactivité du système bancaire qui est reconnu comme le maillon faible du secteur.

Abdelmadjid Attar, ancien PDG de Sonatrach et ancien ministre de l’Energie, présent aux débats, plaide pour une nouvelle ère qui nécessite de tout revoir. Il faut une loi qui soit différente de toutes les précédentes, soutiendra l’intervenant qui insiste sur la nécessité de changer le contrat d’association.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mustapha Guitouni, qui a prononcé hier à 15h le discours inaugural de la neuvième édition du Napec, a en effet promis de nouvelles dispositions dans le cadre du nouveau projet de loi sur les hydrocarbures. Il s’agit particulièrement de «nouvelles dispositions juridiques et fiscales afin d’encourager le partenariat gagnant-gagnant et inciter les investisseurs à venir en Algérie».

Selon lui, «la mouture finale de ces nouvelles dispositions sera adoptée durant le 2e semestre de l’année en cours». Pour montrer toute l’importance qu’accorde l’Etat au secteur, Mustapha Guitouni a rappelé que durant les dix dernières années, Sonatrach a alloué pas moins de 101 milliards de dollars pour l’ensemble des activités de la chaîne pour produire 2031 millions  de TEP d’hydrocarbures.

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

EVENEMENTS

Pétrole : au Cap, réunion au sommet des plus grands pays producteurs du Continent

Published

on

By

Pétrole : au Cap, réunion au sommet des plus grands pays producteurs du Continent
A l’occasion de la Semaine africaine du pétrole qui aura lieu au Cap en Afrique du Sud du 4 au 8 novembre 2019, 17 ministres de plus grands pays africains producteurs d’énergie vont se retrouver pour discuter de l’avenir de l’industrie de l’énergie.

L’avenir de l’industrie de l’énergie sera au cœur d’une conférence entre 17 ministres des plus grands pays producteurs d’énergie en Afrique. La rencontre qui aura lieu en marge du sommet de la semaine africaine du pétrole permettra aux participants d’évoquer les stratégies nationales, la compétitivité souveraine, l’octroi de licences et la finalisation des appels d’offres. L’objectif est également, indique un communiqué, de créer des partenariats pour les secteurs énergétiques de ces pays.

«Compte tenu des pressions croissantes exercées sur les États souverains pour qu’ils mettent en place des environnements d’exploitation attrayants, les ministres présenteront en détail leurs stratégies en matière d’hydrocarbures à plus de 1 500 cadres supérieurs de l’ensemble de la chaîne de valeur amont, y compris les CPN, les CPI, les opérateurs indépendants, la communauté des géosciences, les entreprises de service, les EPC et le monde financier», précisent les organisateurs de la Semaine africaine du pétrole. La même source ajoute qu’à cette grande conférence, des pays comme le Nigeria (premier producteur de pétrole sur le continent africain), la Guinée équatoriale, la Tunisie et le Tchad, seront présents.

Présence confirmée pour le Nigeria, la Guinée équatoriale et l’Ouganda

D’après le même communiqué, le Nigeria sera représenté par son ministre d’État chargé des ressources pétrolières, Emmanuel Ibe Kachikwu. Sa présence reste stratégique vu le statut de son pays. Le Nigeria a également d’importantes réserves de gaz pour le développement, attirant l’intérêt d’opérateurs locaux -dont Oando- qui sponsorisent la Semaine africaine du pétrole de cette année. A ce sommet, le ministre d’Etat fera une mise à jour sur les projets d’exploration et les développements politiques les plus intéressants du Nigeria.

Aux côtés du responsable nigérians, seront également présents le ministre tunisien de l’Energie, Slim Feriani, le ministre ougandais de l’Energie et du développement minéral, Irene Muloni, et le ministre équato-guinéen des Mines, de l’industrie et de l’énergie, Gabriel Mbaga.

Continue Reading

EVENEMENTS

AOP 2019 annonce son thème… #MakeEnergyWork

Published

on

By

AOP 2019 annonce son thème... #MakeEnergyWork

La conférence officielle du ministère de l’Énergie d’Afrique du Sud, la conférence phare de l’Afrique Oil & Power (AOP), rentre au Cap les 9 et 11 octobre, avec plus de 20 ministres du pétrole et de l’énergie qui s’exprimeront sur le thème #MakeEnergyWork.

Plateforme unique adoptant une approche intégrée du pétrole, du gaz et de l’électricité et de la croissance économique, l’AOP suscite de vives discussions alors que l’Afrique voit des avancées considérables dans son secteur de l’électricité et se prépare à développer des découvertes historiques de pétrole et de gaz. Sous le thème #MakeEnergyWork , AOP 2019 montrera comment le pétrole, le gaz et l’électricité peuvent générer de meilleures opportunités pour les populations des pays africains et stimuler une croissance économique durable.

En 2018, le secteur pétrolier et gazier africain affichait un taux de production de 8,1 millions de bpj, une production de gaz de 7 500 milliards de pieds cubes et des exportations de GNL de 41 millions de tonnes par an (10% de plus qu’en 2017), principalement en provenance du Nigéria, de l’Algérie, Egypte et Guinée Equatoriale. Des rondes de licences pour le pétrole et le gaz ont été lancées dans 16 pays.

Le taux d’électrification en Afrique est de 43%. Malgré les progrès importants réalisés dans les zones rurales, cela met en évidence la possibilité restée de construire et de financer des infrastructures énergétiques permettant de fournir de l’électricité à 600 millions de personnes. Les énergies renouvelables sont très prometteuses, en particulier en Afrique du Sud. Le programme d’approvisionnement des producteurs d’électricité indépendants des énergies renouvelables a jusqu’à présent permis l’acquisition de plus de 100 projets IPP. En huit ans, le programme a créé 38 701 emplois à temps plein et généré plus de 14 milliards de dollars d’investissements dans le secteur privé en Afrique du Sud, selon le ministre de l’Énergie, Jeff Radebe.

«Depuis notre création, Africa Oil & Power est une plate-forme permettant de créer des alliances et de faciliter les accords qui font progresser les secteurs et les économies d’énergie africains», a déclaré Guillaume Doane, PDG d’Africa Oil & Power. «Les opportunités offertes par le pétrole, le gaz et l’électricité, sous toutes leurs formes, sont essentielles aux discussions sur la manière de développer les économies africaines, de maximiser la valeur dans le pays et de préparer les populations à l’évolution des marchés du travail. L’énergie est au centre de toutes les discussions sur la croissance et la transformation économiques en Afrique, c’est pourquoi le thème #MakeEnergyWork est si passionnant. « 

Lors de la conférence et de l’exposition de cette année 2019, Africa Oil & Power accueillera 1 200 délégués pendant trois jours, avec plus de 20 ministres et dignitaires devant s’exprimer sur la scène principale. Un hall d’exposition agrandi accueillera des pavillons dédiés au secteur de l’énergie, à la technologie et à la numérisation, aux énergies renouvelables, au pétrole et au gaz, et plus encore.

En 2018, la conférence de Africa Oil & Power au Cap a accueilli des ministres et des délégations ministérielles d’Afrique du Sud, du Sud-Soudan, du Congo-Brazzaville, de Somalie, de Guinée équatoriale, de Gambie, de Côte d’Ivoire, du Sénégal et de Zambie, ainsi que les secrétaires généraux de l’OPEP, L’Organisation africaine des producteurs de pétrole, le Forum international de l’énergie et le Forum des pays exportateurs de gaz. Au cours de trois jours, près de 100 orateurs et intervenants ont abordé le thème des coalitions énergétiques devant des délégués de tout le continent.

En savoir plus sur l’événement phare d’Africa Oil & Power 2019 et réserver votre place sur www.aop2019.com

Continue Reading

EVENEMENTS

17e Edition SIEPA Sénégal 2019 / Salon International sur le pétrole et le gaz : Plus de 500 participants attendus…

Published

on

By

17e Edition SIEPA Sénégal 2019 / Salon International sur le pétrole et le gaz : Plus de 500 participants attendus…

SIEPA est un regroupement de toutes les parties prenantes du secteur de l’énergie, y compris les administrations, les ministères, les entreprises publiques et privées, des experts, professeurs et étudiants.

L’édition précédente avait attiré plus de 300 participants à travers le monde. Ainsi, l’objectif de cette prochaine édition est d’atteindre 500 participants locaux et internationaux, issus du Sénégal, de l’Afrique de l’ouest et du monde qui se déroulera du 11 au 12 juin 2019 au niveau de l’hôtel King Fahd Palace à Dakar.

La conférence SIEPA servira de plateforme internationale de discussion pour débattre du développement régional des industries de l’énergie et du pétrole dans le but de permettre aux personnes de tirer pleinement partie des ressources naturelles du pays.

À en croire, Moussa Faye, le directeur de AME Trade Sénégal, pour les entreprises déjà inscrites, il s’agit : de Pétrosen, la SAR, Oryx Énergie, la commission de régulation du secteur de l’électricité, Ora Bank, etc…

Cette rencontre permettra aussi aux sociétés leaders du secteur de l’énergie et du pétrole de bénéficier d’un riche espace d’exposition de (02) deux jours de leur savoir-faire technologique et humain.

Continue Reading
Advertisement
Advertisement

Tendance

%d blogueurs aiment cette page :