Connect with us

EVENEMENTS

Afrique du Sud : Discours de Mouhamadou Makhtar Cisse, Ministre du Pétrole et de l’Énergie du Sénégal à AOP 2019

Published

on

Afrique du Sud : Discours de Mouhamadou Makhtar Cisse, Ministre du Pétrole et de l'Énergie du Sénégal à AOP 2019

Mouhamadou Makhtar Cisse
Ministre du Pétrole et de l’Énergie, Sénégal

Excellences,
Messieurs les Ministres,
Monsieur le président de l’Afrique du pétrole et du pouvoir,
Mesdames et Messieurs les chefs de délégations,
Distingués invités dans vos rangs, titres et grades,

Les organisateurs d’Africa Oil & Power m’ont donné l’honneur d’ouvrir cet événement, au nom de Son Excellence Macky Sall, Président de la République du Sénégal, que j’ai l’immense plaisir de représenter pendant ces trois jours.

C’est un plaisir d’être ici au Cap avec Africa Oil & Power 2019 pour discuter des opportunités les plus intéressantes dans le domaine de l’énergie en Afrique. Je tiens à remercier les organisateurs d’Africa Oil & Power d’avoir réuni un groupe de haut niveau composé de hauts fonctionnaires, de dirigeants d’entreprise et d’experts de l’industrie de notre grand continent et du monde entier pour s’engager et se renforcer mutuellement.

Mon pays étant particulièrement honoré à cette occasion, je voudrais souligner à la fois les immenses réalisations que nous avons menées au cours des dernières années et le potentiel du bassin de MSGBC, qui reste sous-exploité malgré les dernières découvertes importantes.

Dans ce sens, je voudrais inviter les sociétés pétrolières à considérer notre région comme une terre d’investissement en matière d’exploration, compte tenu des grandes chances de nouvelles découvertes. Les découvertes de gaz de l’Afrique de l’Est au Mozambique et en Afrique centrale, l’une des zones de production les plus actives du continent aux côtés de l’Angola et de la Guinée équatoriale, montrent un potentiel énorme pour l’Afrique.

Par conséquent, cet événement est une excellente occasion pour nous de créer des liens significatifs avec les investisseurs et les parties prenantes afin de construire ensemble une industrie pétrolière et gazière forte dans notre pays.

C’est l’engagement pris par le président Macky Sall dès les premières découvertes et même bien avant. Il a mis en place un cadre solide afin de mettre en place une industrie pétrolière et gazière performante, appuyée par une gestion saine et transparente, sur la voie du succès.

Parmi les autres initiatives dont je parlerai, je voudrais dire que le Cos-Petrogaz a été lancé et que sa mission est d’appliquer la vision présidentielle dans l’industrie du pétrole et du gaz. La première école spécifique à l’industrie du pétrole et du gaz a été créée, l’INPG, afin de former les ingénieurs pétroliers de demain pour le Sénégal et les pays suivants.

Avant les découvertes de pétrole et de gaz, SE Macky Sall avait lancé le Plan pour le Sénégal en émergence (PSE). Le plan émergent pour le Sénégal est un plan de développement global visant à faire du Sénégal un pays en développement en 2035. Ce plan ne tenait pas compte des découvertes de pétrole et de gaz, ce qui créerait des opportunités visant à stimuler notre économie plutôt que de l’affaiblir.

En tant que telle, l’énergie est un élément essentiel du plan en tant que moteur de la croissance économique; et l’accès universel à l’électricité figurent parmi les 4 objectifs clés de l’ESP. Un objectif que nous espérons atteindre en 2025 alors que l’objectif initial était 2030. Bien que le Sénégal affiche l’un des taux d’accès au pouvoir les plus élevés d’Afrique, avec plus de 61% en 2017, nous sommes conscients que de nombreux progrès sont nécessaires.

En tant que pays ayant une production d’hydrocarbures relativement faible et peu de capacités pour gérer des projets offshore, les défis étaient immenses. Immédiatement après les découvertes, notre président – qui est également l’ancien directeur général de notre compagnie pétrolière publique, Petrosen – s’est engagé à élaborer un plan de développement visant à créer une industrie pétrolière et gazière saine, rentable, transparente et à long terme.

La vision présidentielle du Sénégal dans le secteur du pétrole et du gaz repose sur un objectif clé: le développement du contenu local.

Le contenu local n’est pas seulement un élément remarquable de l’inclusion sociale et de la création d’emplois, il a également un sens sur le plan économique.

Nous sommes sur le point de créer une main-d’œuvre complète dans le secteur du pétrole et du gaz, allant d’ingénieurs à techniciens, ainsi que des spécialistes du secteur dans les domaines financier, logistique et juridique.

En ce sens, la société civile a un rôle important à jouer pour nous aider à construire l’économie sénégalaise de demain.

La population a été impliquée dans le nouveau processus de code pétrolier et gazier et notre adhésion à l’Initiative de transparence des industries extractives nous oblige à publier tous les documents relatifs à l’industrie pétrolière et gazière de nos pays.

De plus, conformément à notre engagement envers la vision à long terme, nous sommes en train de concevoir un «fonds pour les générations futures» visant à permettre à nos enfants de porter les fruits de ces découvertes de pétrole et de gaz.

Outre le pétrole et le gaz, le Sénégal ouvre la voie à l’espace énergétique. Notre secteur des énergies renouvelables est en plein essor avec de nombreuses centrales solaires construites au cours des dernières années (8 au total) et le plus grand projet de parc éolien en Afrique de l’Ouest actuellement en construction.

Nous sommes également très actifs dans le secteur de l’électricité, car nous participons à la construction du Pool énergétique de l’Afrique de l’Ouest, dans l’espoir de créer un marché régional de l’électricité et d’encourager les solutions hors réseau pour les zones rurales avec des kits solaires individuels et d’autres solutions.

Je voudrais terminer ce discours en adressant ceux qui connaissent le moins notre pays, ceux qui sont intéressés mais qui manquent d’informations appropriées sur ce que le Sénégal a à offrir.

Pour la première fois, un rapport consacré à notre secteur énergétique en plein essor a été publié et sera officiellement lancé plus tard aujourd’hui. Je vous invite à en prendre un exemplaire gratuit, qui vous donnera un bon aperçu de la structure du secteur, des principaux acteurs et des principales opportunités.

Comme vous le savez peut-être, le Sénégal est l’un des rares pays d’Afrique de l’Ouest à n’avoir jamais connu d’agitation politique majeure. Notre démocratie est stable, grâce à une population incroyablement résiliente et à un dialogue ouvert entre les différentes couches de notre société.
Situés à l’extrême ouest de l’Afrique continentale, tout comme le Cap se trouve à l’extrême sud, nous sommes souvent surnommés «la porte de l’Afrique». Depuis 2014, nous enregistrons une croissance du PIB de plus de 6% par an et le FMI prévoit une croissance supérieure à 10% d’ici 2022, année des premières productions de SNE et du GTA.

Je suis très fier de représenter le secteur de l’énergie de mon pays. Je suis fier de voir les diverses initiatives incitées par mon président Macky afin que notre peuple, qui est propriétaire de leurs ressources naturelles, en profite avant tout.

Ce grand témoignage de l’importance croissante du Sénégal sur la scène mondiale du pétrole et du gaz est le signe d’importants défis et opportunités à venir. Je tiens à réaffirmer que nous sommes déterminés à mettre en place un secteur de l’énergie ambitieux, rentable et inclusif. Nos actions vont avant tout à notre peuple, aux Sénégalais qui travaillent dur pour leur bâtir un avenir meilleur, ainsi qu’à leurs familles. Nous sommes tous ensemble dans cette quête et c’est aujourd’hui le début d’un long chemin vers la prospérité.

Je déclare par la présente Africa Oil & Power 2019 officiellement ouvert. Merci de votre attention.

EVENEMENTS

Ghana : Accra a accueilli la conférence sur le pétrole et le gaz sur les politiques de contenu local durable

Published

on

By

Ghana : Accra a accueilli la conférence sur le pétrole et le gaz sur les politiques de contenu local durable

Le 3e Sommet africain sur la durabilité du contenu local dans le secteur pétrolier et gazier (ALCSS 2019) s’est ouvert à l’hôtel Movenpick Ambassador à Accra, au Ghana. La conférence organisée par AME Trade Ltd est soutenue par l’Organisation africaine des producteurs de pétrole (APPO) et le ministère de l’Énergie du Ghana. Elle est également organisée par la Société nationale du pétrole du Ghana (GNPC) et la Commission pétrolière.

L’événement avait pour thème : « Construire l’avenir à travers des politiques de contenu local durable ». ALC2019 est la troisième initiative et plate-forme annuelle de réponse politique à l’échelle du continent qui réunit les décideurs régionaux et les parties prenantes concernées.

Cet événement a rassemblé plus de 155 participants venus de 19 pays des secteurs privé et public de l’industrie du pétrole et du gaz. Les expériences de petites entreprises dans la recherche de financement pour les politiques de contenu local ont été discutées afin de faciliter un programme de contenu local redoutable.

Ghana : Accra a accueilli la conférence sur le pétrole et le gaz sur les politiques de contenu local durable

La cérémonie d’ouverture, présidée par le directeur général du ministère de l’Énergie, a réuni des conférenciers tels que Mahad Ahmed, directeur général de AME Trade, Mahaman Laouan Gaya, secrétaire général de l’APPO, M. Prince Benjamin Aboagye, directeur général adjoint de la Petroleum Commission Ghana. , Kofi Koduah Sarpong, PDG de GNPC et enfin Lawrence Apaalse ,. ALCSS 2019 est parrainé par la SNPC et le NIPEX. Les partenaires de soutien sont les rapports Lonadek, Invest in Africa, UPSPAG, GOGSPA, AHK-Ghana et Global Business.

Après la cérémonie d’ouverture, les experts de l’industrie pétrolière et gazière ont examiné les stratégies et les défis de la mise en œuvre de politiques de contenu local durable et les stratégies d’entreprise visant à satisfaire les exigences de contenu local dans les pays africains.

Ghana : Accra a accueilli la conférence sur le pétrole et le gaz sur les politiques de contenu local durable

ALCSS 2019 a présenté, parmi de nombreux sujets, les sociétés pétrolières nationales et internationales (CNO et CIO) qui ont œuvré de concert pour augmenter le contenu local de manière à développer les communautés par le biais d’une amélioration socioéconomique.

Ghana : Accra a accueilli la conférence sur le pétrole et le gaz sur les politiques de contenu local durable

Parmi les autres intervenants présents à l’événement:  

Mahaman Laouan Gaya, secrétaire général de l’APPO 

Prince Benjamin Aboagye, directeur général adjoint de la Petroleum Commission Ghana,

Dr Kofi Koduah Sarpong, PDG de GNPC

Lawrence Apaalse, directeur en chef, ministère de l’Énergie, République du Ghana

Dr Kwame Amoah Baah-Nuakoh, Directeur général, Développement durable, GNPC

M. Rachid Amui, responsable des affaires économiques, CNUCED

M. Douglas Zormelo, président, UPSPAG, Ghana

Mme Pearl Ackah, chef d’équipe du secteur privé, croissance économique, USAID

Mme Aphrodite Oddet, responsable de la communication, SNPC, Congo

Jennifer Bruce Konuah, responsable du contenu local, Tullow Oil

M. Karl Ngakakala, chef du secteur aval, SNPC, Congo.

Continue Reading

EVENEMENTS

Afrique du Sud : « Donnons à l’Afrique les moyens de faire fonctionner l’énergie… »

Published

on

By

Afrique du Sud : "Donnons à l'Afrique les moyens de faire fonctionner l'énergie..."
  • La ministre des Ressources minérales et de l’Énergie de l’Afrique du Sud, Gwede Mantashe, a présenté le rapport Africa Energy Series: South Africa 2019 à la conférence Africa Oil & Power.
  • Dans le cadre du thème de la deuxième journée intitulé «L’énergie pour stimuler la croissance», des discussions en groupe et des séances de discussion ont permis de mieux comprendre les défis et les opportunités du secteur de l’énergie en Afrique.
  • Les points forts du programme comprenaient des sujets tels que la transition énergétique, le secteur des énergies renouvelables en Afrique, le financement du secteur de l’électricité et la sécurité énergétique.

Après la conclusion fructueuse de la première journée de la conférence et de l’exposition African Oil & Power de trois jours, la deuxième journée a été axée sur l’avenir du secteur de l’électricité en Afrique.

La journée a commencé par un discours de Kholly Zono, PDG par intérim du groupe CEF, qui a présenté l’hon. Gwede Mantashe, Ministre des ressources minérales et de l’énergie de l’Afrique du Sud.
Dans son introduction, Zono a présenté les stratégies énergétiques du groupe CEF et indiqué que le groupe CEF est, conformément au thème de la conférence, motivé par l’objectif de l’utilisation efficace de l’énergie et par le programme de lutte contre les inégalités, le chômage et la pauvreté. .

Il a déclaré qu’au cœur de sa stratégie, le groupe repose sur les principes fondamentaux de l’autonomisation des personnes et de l’innovation.

«Le thème de la conférence #MakeEnergyWork résonne très bien avec le groupe de sociétés CEF, en prenant en compte les défis mondiaux en termes de besoins en énergie», a déclaré Zono. «Faire fonctionner l’énergie nous met au défi d’aller au-delà des stratégies et de nous concentrer sur des approches novatrices.»

Dans son discours liminaire, le ministre Mantashe a parlé du rôle que joue le secteur de l’énergie dans la croissance économique.

«L’Afrique du Sud reconnaît que les secteurs de l’énergie et des ressources minérales sont des catalyseurs de la croissance économique. Nous avons été témoins de l’impact négatif des coûts élevés et de l’approvisionnement en énergie non fiable sur les secteurs productifs de l’économie », a déclaré M. Mantashe. Il a ajouté que le gouvernement promouvait également le plan de gestion intégrée des ressources et l’amendement à la loi sur le gaz de 2001 afin d’encourager les investissements dans le secteur de l’énergie et d’accroître la sécurité énergétique sur le continent.

Le ministre Mantashe a également lancé le rapport Africa Energy Series: Afrique du Sud 2019, rédigé par Africa Oil & Power, et l’a dédié à feu le vice-ministre Bavelile Hlongwe.

Esther Lediga, Directrice générale d’Intra-Afrika Advisory, a animé une table ronde sur le thème des énergies renouvelables. Les PDG des sociétés opérant dans le secteur à travers le continent ont convenu que l’énergie propre, fiable et durable avait un rôle important à jouer pour éclairer l’Afrique.

«Les énergies renouvelables ont évolué à un rythme très rapide. De nombreux gouvernements ne savent toujours pas comment le mettre en œuvre de la meilleure façon possible. Les avantages des énergies renouvelables sont multiples », a déclaré David Masureik, PDG de New Southern Energy.

Maduna Ngobeni, responsable des programmes régionaux à l’IPPO, a déclaré: «Nous ne devons pas nous faire concurrence. Nous devons nous efforcer d’atteindre un objectif commun: nous devons comprendre où nous voulons être et comment nous pouvons y arriver. Comment rendons-nous l’environnement propice? Quel genre de projet veux-tu? Le secteur privé a besoin d’un cadre clair indiquant: « pour les cinq à dix prochaines années, voici comment nous allons le déployer ».

Dans le même ordre d’idées, Mme Clinton Carter-Brown, responsable du Centre de l’énergie du CSIR, a déclaré lors d’une séance de discussion AOP que la transition énergétique de l’Afrique du Sud vers la décarbonisation reposait essentiellement sur les énergies renouvelables et que la transition présentait plus d’opportunités que de défis pour le pays.

«L’Afrique du Sud est bien placée pour faire partie des leaders régionaux et mondiaux en transition du système énergétique. Par conséquent, les investissements stratégiques dans les initiatives de recherche et développement qui traitent d’innovation technologique et d’industrialisation sont primordiaux. »
Dans l’utilité de la future table ronde, Sustain Power, Matleng Energy Solutions, USAID / Power Africa et plus encore, le groupe a stratégies ciblées et durables comme voie à suivre. Plutôt que de considérer les difficultés auxquelles l’Afrique est confrontée comme un obstacle, le panel estime que ces défis constituent un potentiel pour que l’Afrique devance la tendance.

«Tout le monde veut sortir de la grille. C’est une chance de sauter. S’il y a une opportunité de sauter dans les nouvelles technologies en Afrique… [nous] pouvons devenir un leader dans ce monde. ”
Dans la dernière partie de la journée, une conférence a été organisée sur le financement du secteur de l’énergie. Parmi les participants au panel figuraient DMWA Resources, Afreximbank et d’autres.

Noble Energy a présenté un exposé sur la monétisation du gaz d’Alen, suivi de Sasol et du bureau indépendant de production d’énergie en Afrique du Sud (IPPO), qui ont expliqué comment la transition de l’Afrique du Sud vers les énergies renouvelables doit prendre en compte la dépendance humaine sur l’industrie du charbon.
«Notre transformation est également un processus qui doit prendre en compte l’impact sur l’économie et l’impact sur les personnes déployées dans les secteurs affectés», a déclaré Sandra Coetzee, responsable par intérim de l’IPPO.

La conférence et l’exposition Africa Oil & Power se termineront le 11 octobre. Le programme de la dernière journée sera centré sur le thème «Stimuler les investissements et le commerce en Afrique».

Continue Reading

EVENEMENTS

Afrique du Sud : L’IRP sera conclu selon le ministre de l’énergie sud-africain

Published

on

By

Afrique du Sud : L'IRP sera conclu selon le ministre de l'énergie sud-africain

Le plan intégré des ressources, attendu depuis longtemps, fournira une feuille de route pour les investissements énergétiques en Afrique du Sud.

Le ministre sud-africain des Ressources minérales et de l’Énergie, Gwede Mantashe, a prononcé un discours liminaire lors de la manifestation Africa Oil & Power au Cap, en annonçant que le plan de gestion intégrée des ressources du pays (PRI) serait achevé dans quelques jours.

«J’espère beaucoup que l’IRP sera conclu d’ici mercredi et nous le publierons dans la Gazette», a-t-il déclaré. En ajoutant cela, «le plan jettera les bases d’un investissement dans la production d’énergie. Un tel investissement devrait avoir pour effet de réduire le coût des affaires dans notre pays. « 

La ministre Mantashe a mis en exergue les investissements potentiels pouvant résulter d’un IRP final, qui constitue un élément clé de la stratégie énergétique de l’Afrique du Sud. Avec cela, il a invité les investisseurs à entrer sur le marché sud-africain.

«Viens au premier plan, nous sommes prêts pour toi. Parlez-nous, dit-il.

Conformément au thème de la conférence, #MakeEnergyWork, le ministre Mantashe a également insisté sur l’importance de développer un secteur de l’énergie florissant afin d’encourager la croissance économique, soulignant que ce secteur «fait partie d’un effort qui stimule la croissance économique».

Concernant l’avenir énergétique du pays, il a déclaré que le gaz naturel serait un élément clé du bouquet énergétique de l’Afrique du Sud. Et a expliqué que des projets tels que le développement de Coega dans la province d’Eastern Cape seraient au cœur de cette stratégie.

«Ce projet ambitieux pour nous changera la donne, ceux qui se réveillent pour en profiter profiteront réellement de ce développement. C’est tout un test pour nous parce que nous devons nous mettre à l’essence de manière significative. ”

Le projet de la zone économique spéciale de Coega, d’une valeur de plusieurs milliards de rands, est situé dans la baie de Nelson Mandela et consiste en 10 projets, notamment une usine de production d’énergie renouvelable, une usine de production d’énergie à partir de gaz, un projet de toit solaire et une raffinerie de pétrole.

Le projet de gaz à l’électricité devrait fournir de l’électricité à partir de 2026.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :