Afrique : SBM paie plus d’amendes pour corruption en Afrique de l’Ouest

Afrique : SBM paie plus d'amendes pour corruption en Afrique de l'Ouest

La Suisse a condamné trois filiales de SBM à payer 7 millions de francs (7,5 millions de dollars) pour ne pas avoir empêché

La Suisse a condamné trois filiales de SBM à payer 7 millions de francs (7,5 millions de dollars) pour ne pas avoir empêché le versement de pots-de-vin en Angola, en Guinée équatoriale et au Nigeria.

Le Bureau du procureur général de la Suisse (OAG) a constaté que SBM, de 2006 à début 2012, avait versé plus de 22 millions de dollars et 1 million d’euros (1,12 million de dollars) de pots-de-vin à des agents publics. Les filiales de SBM les ont payés principalement en Angola et en Guinée équatoriale, et dans une moindre mesure au Nigeria.

Les comptes bancaires de SBM Holding Inc SA ont fourni les liquidités. Elle les payait par des intermédiaires, sous couvert de faux contrats.

“Ces pratiques criminelles faisaient partie d’un système spécifiquement mis en place pour verser des pots-de-vin substantiels à des agents publics étrangers dans le but d’obtenir des contrats pour le groupe SBM Offshore”, indique le communiqué de l’OAG.

Le BVG a nommé les trois filiales SBM Holding Inc. SA, Single Buoy Moorings Inc. et SBM Production Contractors Inc. SA.

L’ordonnance de l’OAG n’a nommé aucun dirigeant de SBM.

Erik Lagendijk, responsable de la gouvernance et de la conformité de SBM, a déclaré que l’ordonnance suisse avait clos le problème.

« Aujourd’hui et depuis de nombreuses années, la Société a mis en œuvre des mesures substantielles pour s’assurer qu’elle opère avec intégrité et en pleine conformité avec les lois, les règlements et ses normes de conformité. Ces mesures ont également été reconnues par le ministère public suisse », a-t-il déclaré.

L’envelopper

Les autorités ont imposé une amende de 4,2 millions de francs (4,5 millions de dollars), juste en dessous du maximum de 5 millions de francs (5,37 millions de dollars). Ils ont également ordonné à SBM de payer une autre demande d’indemnisation de 2,8 millions de francs (3 millions de dollars) sur les pots-de-vin versés à des fonctionnaires nigérians.

L’OAG a déclaré qu’il avait été impossible de réclamer des réclamations similaires sur les charges de l’Angola et de la Guinée équatoriale étant donné que la société avait déjà payé une compensation pour celles-ci dans le cadre de procédures néerlandaises et américaines.

C’est pour une raison similaire que les autorités suisses n’ont pas poursuivi SBM pour des pots-de-vin versés au Brésil. La société est parvenue à un règlement sur ces questions en 2017.

Le BVG n’a pas commis de lacunes dans sa propre enquête. Ses travaux n’ont pas été en mesure d’établir si d’autres actes de corruption avaient eu lieu, a-t-il déclaré.

Selon les États-Unis, SBM a versé au moins 180 millions de dollars à des entreprises publiques au Brésil, en Angola, en Guinée équatoriale, au Kazakhstan et en Irak.

Quitter la version mobile