Connect with us

ACTUALITE

Attribution supposée de nouvelles licences – Cos Petrogaz et Petrosen : « Le Sénégal n’a pas attribué de nouveaux contrats de recherche d’Hydrocarbures »

Published

on

Attribution supposée de nouvelles licences - Cos Petrogaz et Petrosen : « Le Sénégal n’a pas attribué de nouveaux contrats de recherche d’Hydrocarbures »

Des articles parus dans la presse ces derniers jours, font état de l’attribution de nouvelles licences de recherche d’Hydrocarbures à une société sud-africaine par l’Etat du Sénégal, en l’occurrence l’Agence de promotion Africa Oil and Power. Dans un souci de rétablir la vérité et d’appeler à la sérénité, dans le contexte actuel de désinformation et de réactions émotionnelles, relatives au pétrole et au gaz, Cos Petrogaz et Petrosen disent avoir l’obligation de livrer la bonne information à l’opinion, pour informer juste et vrai.

Un petit effort au niveau des bonnes sources aurait permis de savoir que l’information évoquée est plutôt un accord de partenariat entre, d’une part, la société nationale des pétroles du Sénégal (PETROSEN) et le Comité d’Orientation stratégique du pétrole et du gaz (COS-PETROGAZ) et, d’autre part, l’organisateur d’un salon international du pétrole et du gaz en Afrique du Sud (Africa Oil and Power), pour la promotion du bassin sédimentaire sénégalais qui reste, malgré les dernières découvertes de pétrole et de gaz, encore sous-exploré.

Le communiqué du Secrétariat permanent de la Société Nationale des Pétroles du Sénégal du Comité d’Orientation Stratégique (PETROSEN) du Pétrole et du Gaz COS PETROGAZ précise qu’il ne s’agit nullement, de l’octroi de nouvelles licences de recherche, ni de blocs, encore moins de contrats, qui se font suivant une procédure particulière d’appels d’offres internationaux, tel que stipulé dans le nouveau Code pétrolier (Article 12). Il est utile d’après ces deux entités, de rappeler que PETROSEN, est présente dans les conférences internationales les plus importantes dans le monde depuis plus de vingt ans, dans le cadre de sa mission de promotion du bassin sédimentaire.

Ces conférences, insistent-elles, constituent des moments privilégiés pour faire passer des messages. Dans ce genre de rencontres, il faut s’accorder avec les organisateurs pour bénéficier des meilleurs moments de l’audience pour passer son message. C’est dans cette perspective que PETROSEN a noué un partenariat avec l’agence Africa Oil and Power, qui organise chaque année une conférence internationale sur le pétrole et le gaz, comme cela se fait à travers le monde dans ce secteur, pour mieux vendre la destination Sénégal et attirer les investisseurs et les compagnies pétrolières internationales.

Ainsi, comme énoncé lors de l’Atelier national pour la mise en œuvre de la loi sur le Contenu local du 2 juillet 2019 à Diamniadio, le Sénégal dispose d’une dizaine de 2 blocs libres qui feront l’objet d’appel d’offres. Afin d’en tirer le meilleur profit, en attirant les meilleures compagnies, une campagne de promotion intensive est nécessaire à l’occasion des rencontres internationales des acteurs de l’industrie pétrolière qui se tiennent chaque année en Afrique du Sud, Houston (Texas), Calgary et Londres.

Ce partenariat, lit-on, s’inscrit dans ce cadre et pour chaque étape, il y a un partenaire hôte. En Afrique du Sud, durant la conférence, l’Etat du Sénégal, à travers le Ministère du Pétrole et des Energies, va lancer officiellement l’appel à la concurrence sur les blocs libres et indiquer aux compagnies pétrolières, les procédures d’accès aux cahiers de charge et de la soumission des offres. Cette méthode qui est pratiquée dans la majeure partie des pays producteurs, est bien connue des compagnies pétrolières.

D’ailleurs, c’est la méthode Norvégienne plus communément connue sous l’appellation « Licensing rounds ». Après le lancement, ces dernières prendront contact avec le Ministère du Pétrole et des Energies, la seule Autorité compétente pour l’attribution des permis de recherche d’Hydrocarbures au Sénégal (article 3 de la Loi n°2019-03 portant Code pétrolier).

Cette approche, prévient la source, est beaucoup plus rentable, vu le nombre de grandes compagnies qui prennent part à ces sommets et beaucoup moins coûteuse que d’organiser une rencontre par nos propres moyens. Alors, Cos Petro Gaz et Petrosen appellent à plus de responsabilité et de sérénité quant au traitement de l’information, relative à des enjeux aussi stratégiques que ceux liés au pétrole et au gaz.

ACTUALITE

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

Published

on

By

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

Mercredi, lors d’une audience accordée au chef du groupe Sahara Energy, Tope Shonubi, le président Salva Kiir (photo) a mis en garde les compagnies pétrolières opérant dans le secteur pétrolier au Soudan du Sud contre la mauvaise gestion.

« Je ne tolérerai aucune activité irresponsable des compagnies pétrolières au Soudan du Sud », a-t-il martelé au cours de la réunion à laquelle ont assisté plusieurs hauts fonctionnaires du gouvernement, y compris le conseiller de Kiir à la sécurité, Tut Gatluak, le ministre du Pétrole, Awow Daniel, et le ministre de l’Energie Dhieu Mathok.

Cette déclaration intervient dans une période cruciale pour la production pétrolière. La production repart progressivement à la hausse après plusieurs mois de stagnation et surtout grâce à l’accord de paix signé entre le pouvoir et l’opposant Riek Machar. Selon des sources proches du dossier, le président craint une nouvelle rechute de la production, alors que les conditions sécuritaires sont désormais remplies.

Mais l’intervention du dirigeant pourrait également s’expliquer par une forte volonté de gonfler les recettes pétrolières. Celles-ci sont insuffisantes pour faire face aux défis et aux problèmes urgents, Dhieu Mathok notamment les questions sociales.

Continue Reading

ACTUALITE

Nigeria : le président Buhari limoge le ministre du Pétrole Ibe Kachikwu

Published

on

By

Nigeria : le président Buhari limoge le ministre du Pétrole Ibe Kachikwu

Mercredi, le président nigérian Muhammadu Buhari a limogé le ministre du Pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu (photo). Ce dernier a été remplacé par Timipre Silva, au poste de ministre d’Etat chargé du Pétrole, qui « gérera le portefeuille au quotidien ». Le président a gardé l’ensemble du portefeuille pétrolier pour lui, comme lors de son premier mandat.

Aucune justification officielle n’a été fournie pour expliquer ce limogeage brusque du responsable qui a été de toutes les luttes dans le secteur, depuis l’arrivée au pouvoir de Muhammadu Buhari, en mars 2015.

Kachikwu qui était un cadre d’Exxon Mobil et le principal représentant du pays aux réunions de l’OPEP, a été témoin de la chute historique de la production de 2,4 millions b/j à 700 000 b/j en janvier 2016. Pour rappel, cette situation était conjuguée à la faiblesse du prix du baril qui s’échangeait à moins de 30 dollars.

L’ancien ministre a été également l’acteur principal du dialogue avec les insurgés du Delta qui réclamaient une meilleure redistribution de la manne pétrolière et de la reprise de la production. Toutefois, certains analystes locaux estiment que le responsable aurait pu mieux gérer la situation, étant donné que les tensions entre le gouvernement et les militants armés du bassin pétrolier persistent toujours.

Le nouveau ministre d’Etat du Pétrole, qui le remplace est originaire de l’Etat de Bayelsa dont il fut gouverneur, une région située au cœur du bassin pétrolier et qui abrite de nombreux sites de production.

Né en juillet 1964, Timipre Silva est un homme politique qui a toujours milité pour une meilleure industrialisation de l’Etat de Bayelsa. Or, la région abrite une très importante partie des réserves du bassin pétrolier du sud du pays. A son investiture en 2007, en tant que gouverneur, (il a succédé à l’ancien président Goodluck Jonathan, Ndlr), Silva a déclaré : « Bayelsa est le moins développé sur le plan industriel et commercial de tous les 36 Etats du Nigéria ».

Continue Reading

ACTUALITE

Gabon : BW Offshore fournit une mise opérationnelle de ses activités pétrolières

Published

on

By

Gabon : BW Offshore fournit une mise opérationnelle de ses activités pétrolières

Au Gabon, la société pétrolière BW Offshore a annoncé qu’elle a obtenu une prolongation d’un an de son contrat de location et d’exploitation du FPSO Petróleo Nautipa qui opère sur le champ Etame au large, avec Vaalco comme opérateur.

Cette nouvelle prolongation s’étendra jusqu’au troisième trimestre de 2021 avec une option d’extension pour le troisième trimestre de 2022.

Par ailleurs, la société a déclaré avoir produit une moyenne d’environ 350 barils par jour sur le puits Etame 4H au cours du second trimestre de cette année. Cependant, en juillet, le puits a cessé de fonctionner en raison de problèmes techniques. Son partenaire Vaalco procède actuellement à une analyse technique des travaux d’assainissement en vue de rétablir la production.

Le mois dernier, l’opérateur du champ Etame a réalisé une simulation d’acide sur le puits Tchibala 2H. Malheureusement, le puits ne produit toujours pas naturellement. Vaalco élabore actuellement des plans pour y relancer la production.

Tchibala 2H a produit une moyenne de 420 barils par jour au cours du second semestre de 2019.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :