Cameroun : Victoria Oil & Gas reçoit l’approbation pour l’extension de sa licence

Victoria Oil & Gas, le producteur et distributeur de gaz et de condensats basé au Cameroun, a annoncé que sa filiale à 100% Gaz

Victoria Oil & Gas, le producteur et distributeur de gaz et de condensats basé au Cameroun, a annoncé que sa filiale à 100% Gaz du Cameroun SA (“ GDC ”) avait reçu, en tant qu’opérateur, l’approbation du ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique pour extension de la licence de Matanda Block.

La phase d’exploration du permis a été prolongée d’un an à compter du 17 décembre 2020. Cela a été approuvé par le ministre et un décret présidentiel suivra conformément à la réglementation en temps voulu.

GDC s’est vu attribuer une participation de 75% et est devenue l’opérateur du Matanda PSC en décembre 2018, Afex Global Limited (“ AFEX ”) détenant les 25% restants. La Société Nationale des Hydrocarbures («SNH») dispose d’un remboursement de 25% après l’octroi d’un Permis d’Exploitation. Le bloc de 1 235 km2, le bloc Matanda, est adjacent à la concession Logbaba de GDC, offrant une voie de monétisation facile pour les découvertes de gaz.

Le projet a bien progressé au cours des deux premières années d’implication de GDC, et notamment en juillet 2020, la société a eu le plaisir d’annoncer une augmentation significative de l’estimation de la direction des ressources prospectives, à terre à Matanda. Les ressources prospectives moyennes brutes non risquées ont augmenté à 1196 Gpi3 dans le permis de Matanda (onshore) par rapport aux 903 Gpi3 précédemment rapportées (ERCL Consultants Evaluation: “ Prospectivity and Volumetrics Report, Matanda Block, Cameroon ”, 2017).

Cette augmentation était le résultat d’une évaluation interne détaillée des prospects qui a identifié 19 prospects de gaz dans des réservoirs moins profonds d’âge tertiaire, plus 7 prospects dans des prospects plus profonds, d’âge Crétacé. La Société estime que la plus grande de ces perspectives se traduit par des ressources prospectives sans risque de plus de 65 Gpi3, avec des chances de succès géologiques estimées à plus de 40%.

Cette année, la société a réalisé la très importante étude d’impact environnemental et social («EIES»), un exercice qui comprenait un engagement avec les communautés locales, et qui a également démontré que nous pouvons accéder à toutes les zones de la licence, en notant que le permis n’est pas densément peuplé et se compose principalement de plantations et de mangroves. Cette EIES devrait s’achever au premier trimestre 2021 et garantira que tous les aspects des risques pour l’environnement et les facteurs sociaux auront été évalués et que les précautions nécessaires auront été prises, conformément aux règles et réglementations requises, afin de garantir un impact minimal sur l’environnement avant préparation du forage. Le programme de travail nécessite le forage d’un puits d’exploration et la société finalisera prochainement le classement des principaux prospects onshore.

Commentant aujourd’hui Roy Kelly, PDG de VOG, a déclaré:

«Nous sommes extrêmement heureux d’avoir reçu cette prolongation pour un an. Le premier puits se trouvera sans aucun doute dans la zone onshore où les puits à proximité du permis Bomono ont déraillé les zones moins profondes, et la proximité de l’infrastructure de distribution de gaz gérée par GDC permet une monétisation plus facile des découvertes. Nous sommes également encouragés par l’EIES qui sera bientôt achevée. Nous remercions le ministre ainsi que la SNH d’avoir accéléré cette extension.

Exit mobile version