DOSSIER ONA

Carlyle soutient Boru en Afrique

Carlyle soutient Boru en Afrique
Carlyle soutient Boru en Afrique

Le groupe Carlyle soutient une nouvelle société centrée sur l’Afrique subsaharienne par le biais d’un partenariat avec Aidan Heavy et Tom Hickey.

Boru Energy a l’intention d’acquérir des participations non exploitées dans des actifs produisant du pétrole et du gaz. Il disposera d’un pot d’argent pouvant atteindre 1 milliard de dollars, selon une déclaration de Carlyle. L’objectif est de prendre des participations dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne. Les actifs devraient avoir «un potentiel de commercialisation important» avec un opérateur réputé.

Les fonds proviendront de Carlyle International Energy Partners (CIEP), un fonds ayant des intérêts dans l’ensemble du secteur pétrolier et gazier, en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Le premier déménagement du CIEP en Afrique a eu lieu via Assala Energy, qui a acheté les actifs onshore de Shell au Gabon.

Comme toujours avec de tels plans d’investissement à capital-investissement, les personnes impliquées sont essentielles. Le CIEP est dirigé par Marcel van Poecke et Bob Maguire. Van Poecke est également président d’Oranje-Nassau Energie, qui travaille en mer du Nord et en Afrique de l’Ouest.

Heavey et Hickey sont tous deux d’anciens dirigeants de Tullow Oil. Heavey a fondé Tullow, passant du développeur de gaz sénégalais au rang de leader indépendant africain, avec une production de plus de 80 000 barils d’équivalent pétrole par jour. Hickey a été directeur financier de Tullow de 2000 à 2008. Il a ensuite été directeur financier de Petroceltic avant de quitter l’entreprise, car la société a été rachetée par Worldview Capital en 2016.

Van Poecke a déclaré que Heavey et Hickey avaient tous deux «fait leurs preuves en matière de croissance d’investissements énergétiques significatifs».

«Nous chercherons à investir pour sécuriser et augmenter les niveaux de production, prolonger les cycles de vie des champs et aider les partenaires et les gouvernements à atteindre une croissance durable et à long terme et à créer de la valeur», a déclaré Heavey.

La transaction avec Assala a permis à la société de payer 628 millions de dollars et 285 millions de dollars d’endettement à Shell pour des actifs matures gabonais. Cela laissait au super-majeur des possibilités d’exploration et de développement dans l’offshore du pays. Assala a ensuite acheté d’autres actifs gabonais à Total. Le président d’Assala, David Roux, est également un ancien dirigeant de Tullow au Gabon, ayant déjà travaillé pour Vaalco Energy dans le pays.

Les sociétés de capital investissement ont connu certains succès en Afrique, en particulier à mesure que les banques se méfiaient des risques associés. Kosmos Energy a notamment participé à de nombreuses découvertes au large de l’Afrique de l’Ouest, notamment au Ghana avec Tullow, et a réussi à conclure des accords de partenariat avec BP et Shell. Kosmos collabore avec Trident Energy, soutenu par Warincins Pincus, en Guinée équatoriale pour la production de champs vendus par Hess et leur offre de belles récompenses.

D’autre part, Cobalt International Energy a réalisé d’importants progrès dans l’exploration angolaise, mais a finalement échoué face au krach des prix du pétrole – et aux difficultés rencontrées par Sonangol pour payer ses factures.

Leave a Response