Hydrocarbures : le Nigeria mène une opération séduction auprès des investisseurs à Londres

Hydrocarbures : le Nigeria mène une opération séduction auprès des investisseurs à Londres

A Londres, le Nigeria dévoile les opportunités d’investissement offertes par le pays, en mettant l’accent sur les hydrocarbures. Maikanti Baru, patron de la société publique nigériane de pétrole (NNPC) a présenté lors de la conférence de la Semaine internationale du pétrole 2019 une cartographie du potentiel pétrolier et gazier du Nigeria et des pays africains les plus prometteurs.

Le Nigeria présente aux investisseurs ses atouts dans le secteur des hydrocarbures. Les projets présentés ce lundi dernier à Londres par Maikanti Baru, directeur général de la NCCP, portent spécifiquement sur l’exploration et la production. Et cela en particulier au niveau des bassins pétroliers frontaliers où le groupe NCCP a récemment entamé ses activités de forage. Le Nigeria a également annoncé que des opportunités d’investissement dans le pétrole et le gaz de 48 milliards de dollars ont été répertoriées sur l’ensemble du territoire.

Selon Baru qui s’exprimait dans les colonnes du Guardian, le pays offre de nouvelles opportunités dans le secteur de l’exploitation des hydrocarbures, alors même que les explorations et découvertes en mer restent limitées à une profondeur comprise entre 1000 m et 1500 m. Les côtes nigérianes sont particulièrement riches en hydrocarbures : le service d’exploration de la frontière de la NNPC vient de forer les puits de Kolmani River-2 où les estimations font état de quelque 400 milliards mètres cubes de gaz.

«Au-delà de ces profondeurs d’eau, les nouvelles frontières en eaux ultra profondes doivent être testées. Et c’est là que nous avons besoin des investisseurs», a déclaré Baru à la presse.

Le pays mise également sur le potentiel global de l’industrie pétrolière africaine, jugé prometteur, en dépit des contraintes liées au manque d’investissements. Selon la NCCP, plus de 41 milliards de barils de pétrole et 319 milliards de mètres cubes de gaz restent à découvrir en Afrique subsaharienne. Sur la période 2008-2017, le succès de l’exploration dans la sous-région a été d’au moins 45%.

De plus, 194 milliards de dollars ont été dégagés par les investisseurs rien que pour l’intervalle 2018- 2025 pour 93 gisements de pétrole et de gaz en Afrique. Les investissements au Nigeria représentent 24,8% de ce montant. Le reste sera réparti entre le Mozambique, l’Angola, la Tanzanie, le Sénégal, la Mauritanie, l’Ouganda, l’Egypte, le Kenya et l’Algérie.

Exit mobile version