La Guinée-Bissau et le Sénégal favorisent le développement des hydrocarbures du bassin du MSGBC

La Guinée-Bissau et le Sénégal favorisent le développement des hydrocarbures du bassin du MSGBC

La Guinée-Bissau possède plusieurs zones offshore qui offrent de bonnes perspectives pour une variété de sociétés indépendantes d'exploration et de production (E&P)

La Guinée-Bissau possède plusieurs zones offshore qui offrent de bonnes perspectives pour une variété de sociétés indépendantes d’exploration et de production (E&P), ainsi que des sociétés pétrolières internationales (IOC) qui opèrent actuellement dans plusieurs pays du bassin du MSGBC, dont la suédoise Svenska Petroleum, la norvégienne PetroNor E&P et FAR LTD, basée en Australie, également présente en Gambie et au Sénégal.

La majeure partie des activités d’E&P sont menées en partenariat avec Petroguin EP, la société nationale de pétrole et de gaz de Guinée-Bissau, cependant, il existe un autre acteur particulièrement important dans le secteur pétrolier et gazier de la Guinée – l’ Agence pour la coopération entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. (AGC).

L’AGC est une entité qui rend compte directement aux présidents des deux pays de tous les développements de l’industrie pétrolière et gazière ; et a également des liens fonctionnels solides avec les ministères concernés – le ministère du Pétrole et de l’Énergie au Sénégal et le ministère des Ressources naturelles et de l’Énergie en Guinée-Bissau.

L’ AGC a son siège à Dakar, au Sénégal et est responsable de la réalisation des études géologiques et géophysiques, des travaux de forage et des activités liées à l’exploration et aux ressources pétrolières. Tout aussi important, l’AGC est chargé d’aider à la commercialisation et à la promotion de toutes les activités pétrolières et gazières en Guinée Bissau. Enfin, l’AGC joue également un rôle actif en veillant à ce que l’exploitation de ces ressources naturelles se fasse de manière durable qui assure le contrôle et la protection du milieu marin où sont situés ces blocs offshore.

Outre son rôle important dans le développement de la coopération régionale dans le secteur pétrolier et gazier, l’AGC joue également un rôle dans deux autres secteurs hautement stratégiques pour les deux pays, que sont les mines et la pêche. La Guinée-Bissau est sans aucun doute l’un des pays africains les plus riches en ressources naturelles . Il existe d’importants gisements de bauxite et de phosphates dans le pays.

Pétrole L’exploitation de la zone AGC a débuté en 1958 avec la Compagnie des Pétroles Total Afrique de l’Ouest (COPETAO) au Sénégal et la Compagnie EXXON en Guinée-Bissau. Initialement, les Opérations Pétrolières se sont concentrées sur les dômes de sel (Dôme Flore et Dôme Gea) caractérisés par des pièges structuraux. Ces opérations ont conduit à la découverte de gisements de pétrole lourd sur le Dôme Flore en 1967 et sur le Dôme Gea en 1971.

En 1991, Casamance Petroleum Ltd. obtient le permis d’exploration d’hydrocarbures dit Permis Dôme Flore et acquiert un ensemble de données sismiques 3D (300 km2), sur le Dôme Flore et le Dôme Gea. Ce permis a expiré en 1994 et la zone a ensuite été réattribuée à la société Pecten, qui a foré un puits d’exploration peu profond appelé « Boabab-1 » sur le flanc est de Dome Gea en 1996. Ce forage a rencontré des traces de pétrole. De 1997 à 1999, l’ AGC a entrepris des études sismiques suivies d’une vaste campagne de valorisation des blocs de l’offshore profond de la Zone Commune dans laquelle l’AGC facilite la coopération entre le Sénégal et la Guinée Bissau.

Suite à cette campagne de promotion, deux permis d’exploration d’hydrocarbures (Cheval Marin Permit et Southern Cross Permit) ont été attribués dans les zones profondes respectivement à la société AGIP – filiale de la multinationale pétrolière Eni – et à Fusion Oil & Gaz NL, dans un premier temps. de 2001. Ces deux sociétés ont par la suite réalisé d’importants travaux de levés sismiques 2D et 3D, d’études magnétiques, gravimétriques, géochimiques et géologiques, dans leurs permis respectifs. L’ AGC a actuellement des partenariats avec un certain nombre de sociétés pétrolières et gazières, notamment Petroguin E&P, Oryx Petroleum, CNOOC/NEXEN, Tender Oil & Gas SARL et Best Petroleum, entre autres. Un futur tour d’enchères pourrait attirer encore plus d’acteurs sur les blocs offshore gérés par l’AGC.

FUTURS TOURS D’ENCHÈRES

Aujourd’hui, suite aux diverses découvertes à grande échelle qui ont eu lieu dans les eaux offshore du Sénégal (SNE, SAGOMAR) et à la frontière avec la Mauritanie (GTA) de 2014 à 2017, il y a eu un regain d’intérêt dans toute la région pour développer le potentiel en hydrocarbures de la Bassin MSGBC, qui est encore largement sous exploré. Les blocs offshore que l’AGC est chargé de gérer et de promouvoir pour les futurs appels d’offres comptent actuellement un certain nombre de sociétés d’E&P de taille moyenne analysant les données sismiques obtenues et prospectant le pétrole et le gaz, mais la Guinée-Bissau et ses partenaires au Sénégal sont intéressés en attirant de nouveaux investisseurs, et potentiellement en partenariat avec IOC afin d’aider potentiellement à financer une campagne d’exploration et de forage plus agressive.

Quitter la version mobile