Connect with us

DOSSIER ONA

Le pétrolier britannique MX Oil change de nom et devient ADM Energy

Published

on

Le pétrolier britannique MX Oil change de nom et devient ADM Energy

 Le conseil d’administration du pétrolier britannique MX Oil vient de valider le changement de nom de l’entreprise en ADM Energy. L’entreprise envisage aussi une réorganisation du capital-actions suite à sa récente levée de fonds de 680 000 £.

Le changement de nom d’ADM Energy fait surtout suite au récent investissement stratégique de l’homme d’affaires dubaïote Shaikh Ahmed Bin Dalmook Al Maktoum.

L’investisseur stratégique de la société dispose d’un vaste réseau de contacts influents au sein de l’industrie pétrolière et gazière et le conseil considère son soutien à la société comme une occasion importante.

Il faut dire que l’homme d’affaires a acheté des actions pour 534 000 £ lui offrant 29,86 % du capital social élargi de la société.

Plusieurs autres efforts sont en cours pour préparer l’entreprise à accueillir de nouveaux investissements innovants. Une assemblée générale est en préparation dans ce sens.

« Avec l’appui d’un nouvel actionnaire influent, la société a été repositionnée pour profiter d’occasions qui étaient auparavant hors de notre portée.  Nous avons hâte d’informer le marché de nos progrès », a déclaré Stefan Oliver, le PDG.

ADM Energy est l’opérateur du champ Aje Field situé dans le bloc offshore OML 113. En 2017, les responsables de la compagnie ont décidé qu’outre le pétrole qui est en production sur place, ils vont concentrer leurs efforts dans la production du gaz naturel dont regorge en abondance le périmètre.

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

DOSSIER ONA

La dispute sur les gisements pétroliers soulève la tension entre la Somalie et le Kenya

Published

on

By

La dispute sur les gisements pétroliers soulève la tension entre la Somalie et le Kenya

Le gouvernement somalien a déclaré qu’il n’était pas prêt à prendre des mesures qui pourraient menacer ses relations avec son voisin, le Kenya. Cette annonce intervient alors que les tensions sur les gisements de pétrole offshore et la présence de potentiels gisements de pétrole au large des côtes sont légion et que des diplomates et des représentants du gouvernement somalien se sont vu refuser l’entrée au Kenya cette semaine.

Dans une lettre de protestation divulguée, le gouvernement somalien a fait part de ses préoccupations concernant ce qu’il a appelé la décision du Kenya de refuser des visas d’entrée à certains législateurs et diplomates, qui avaient prévu d’assister à une réunion de l’Union européenne à Nairobi mardi.

La ministre des Affaires étrangères du Kenya, Monica Juma, a déclaré qu’elle n’était pas au courant de l’incident et qu’elle serait surprise que toute personne munie d’un visa en cours de validité se voit refuser l’entrée.

Pétrole, gisements de gaz

L’incident était probablement lié à un conflit sur le pays qui contrôle 100 000 kilomètres carrés d’Océan Indien censés contenir des gisements de pétrole et de gaz. En février, le Kenya a rappelé son ambassadeur en Somalie à cause du désaccord.

La Somalie a porté plainte contre le Kenya devant la Cour internationale de justice en 2014, affirmant qu’elle avait épuisé tous les autres moyens de trouver une solution au différend.

Dans une interview accordée à VOA, le ministre somalien des Affaires étrangères, Ahmed Isse Awad, a déclaré que le litige maritime était devant les tribunaux.

«La position du gouvernement somalien et de son peuple sur la question est une affaire de justice et il n’y aura aucune négociation ou négociation sur cette question», a-t-il déclaré. « Nous voulons que cette affaire reste comme ça. »

Mais, a ajouté Awad, la Somalie ne veut être partie à aucun problème avec « les frères et les voisins du Kenya ».

Lorsque la Somalie a déposé sa plainte, le Kenya a présenté une objection préliminaire, affirmant que le mémorandum d’accord signé entre les deux pays offrait des moyens de résolution des différends. Mais en 2017, la CIJ s’est déclarée compétente en la matière et a ordonné aux pays de présenter leurs arguments.

Wambua Musili, expert en droit maritime, explique que la voie empruntée par la Somalie pour résoudre le différend s’écarte des pratiques traditionnelles de la région.

« La pratique des Etats de la région de l’Afrique de l’Est a toujours été un accord », a-t-il déclaré. «La Tanzanie était d’accord avec le Kenya – ils ont fixé leurs frontières. La Tanzanie était d’accord avec le Mozambique – ils ont fixé leur frontière. Maurice et les Seychelles ont convenu et ils ont fixé leurs frontières. Ainsi, la pratique des États a toujours été dans cette région, les États s’accordent sur la frontière plutôt que de porter l’affaire devant les tribunaux. « 

Le Kenya est l’un des cinq pays africains ayant des troupes en Somalie combattant le groupe militant Al-Shabab. Le Kenya compte également au moins 300 000 réfugiés somaliens.

Continue Reading

DOSSIER ONA

Rapport de marché Pétrolier : NNPC reçoit un prix favorable

Published

on

By

Rapport de marché Pétrolier : NNPC reçoit un prix favorable | Or Noir Africa

NIGERIA

Dr.Maikanti Baru, directeur général de la Société nigériane du pétrole (NNPC), a reçu le prix Outstanding Lifetime Achievement Award, en reconnaissance de son leadership et de sa contribution au développement du contenu local de l’industrie pétrolière et gazière du pays.

M. Baru a révélé lors d’une visite de l’Institut agréé des professionnels de la police scientifique et d’investigation du Nigéria (CIFIPN) que la société avait récupéré 1,6 milliard de dollars auprès de certaines sociétés escroquant sa filiale en amont – Nigerian Petroleum Development Company (NPDC).

Le CIFIPN a décerné un prix de chercheur honoraire et de mécène au Dr Baru et a sollicité un partenariat avec la NNPC dans ses relations. Le CIFIPN est une organisation antifraude chargée de fournir des compétences aux professionnels des domaines pertinents dans l’utilisation de la science et de la technologie pour détecter, prévenir et enquêter sur les fraudes et mettre en place des mesures pour prévenir de futurs événements. Le Dr Baru a déclaré que sous sa surveillance, la société avait réalisé des progrès significatifs en termes de détection, de prévention et de contrôle de la fraude.

GHANA

Le jeudi 16 mai, le gouvernement ghanéen et ses partenaires des champs pétroliers de Cape Three Points (CTP) ont annoncé la découverte d’un nouveau gisement de gaz et de condensat dans le bloc 4 du CTP, au large du Ghana.

Selon l’exploitant ENI, le puits a révélé un volume de gaz estimé entre 550 et 650 milliards de pieds cubes. Il a également été prouvé entre 18 et 20 millions de barils de condensat. ENI a déclaré: « La découverte a un potentiel supplémentaire supplémentaire pour le gaz et le pétrole qui nécessitera des forages supplémentaires à confirmer. »

Le puits d’exploration Akoma-1X est situé à environ 50 km de la côte et à environ 12 km au nord-ouest de la plaque tournante de Sankofa, où ENI a commencé la production de gaz au milieu de 2017.

Le Ghana est devenu un producteur de pétrole commercial en 2011, mais il y a eu récemment des inquiétudes sur les gains du pays découlant des accords sur le pétrole conclus avec les compagnies pétrolières internationales (IOC) produisant dans le pays.

Le partenariat CTP-Block 4 est formé par Eni Ghana (opérateur, 42,469%); Vitol Upstream Tano (33,975%); GNPC (10%); Woodfields Upstream (9,556%); et Explorco (4,0%).

GLOBAL

Jeudi 16 mai, les prix du pétrole ont progressé face aux tensions au Moyen-Orient liées aux attaques furtives contre les pétroliers et les pipelines saoudiens. Le marché à terme intermédiaire de l’ouest des États-Unis au Texas a augmenté de 0,7% à 62,45 USD à 12h20 (04h20 GMT), tandis que le contrat à terme Brent Oil a progressé de 0,6% à 72,22 $.

Le rapport hebdomadaire de la US Energy Information Administration publié mercredi 15 mai faisait état d’une augmentation des stocks de pétrole brut de 5,4 millions de barils pour la semaine se terminant le 10 mai, alors que l’on prévoyait une baisse de 800 000 barils. La semaine précédente, les stocks de pétrole brut avaient chuté de près de 4 millions de barils. L’intensification des tensions au Moyen-Orient a été citée comme faisant monter les prix du pétrole.

Dans le même temps, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a annoncé dans son rapport mensuel qu’elle prédit que le monde n’aurait besoin que de très peu de pétrole de l’Opep cette année, alors que la croissance de la production américaine compensera la chute des exportations iranienne et vénézuélienne.

L’AIE a estimé que la croissance de la demande mondiale de pétrole atteindrait en moyenne 1,3 million de barils par jour (bpj) en 2019. En revanche, la production américaine de pétrole et de condensats devrait augmenter en moyenne de 1,7 million de barils par jour en 2019.

Continue Reading

DOSSIER ONA

Total négocie un gros deal dans le gaz naturel en Afrique

Published

on

By

Total négocie un gros deal dans le gaz naturel en Afrique | Or Noir Africa

Alors que la demande mondiale de gaz naturel est appelée à croître, Total multiplie les mouvements pour développer son portefeuille d’actifs. Il négocie un important deal en Afrique. 

Total a initié depuis plusieurs mois une stratégie claire sur le gaz naturel : s’imposer comme l’un des leaders mondiaux. Et pour y parvenir, le groupe français fait grossir régulièrement son portefeuille d’actifs. L’an passé, le groupe avait mis la main sur la majeure partie des actifs gaziers d’Engie entre autres. Car pour satisfaire la demande mondiale actuelle et celle à venir, disposer d’une offre suffisante est indispensable.

C’est dans cette logique que Total a dernièrement signé un accord avec le groupe Occidental portant sur l’achat des actifs d’Anadarko dans plusieurs pays d’Afrique. A savoir en Afrique du Sud, au Mozambique, au Ghana et en Algérie. Le groupe français ne lésine pas sur les investissements puisque si le deal venait à être conclu, la transaction représenterait plus de 8,8 milliards de dollars.

Total empocherait gros avec ce deal

Encore soumis à l’approbation des autorités régulatrices, ce deal permettrait à Total de mettre la main sur une production gazière pour le moins conséquente. Soit 1,2 milliards de barils de réserves prouvées et probables, dont 70% de gaz naturel. Auxquels s’ajouteraient 2 milliards de barils de gaz naturel au Mozambique.

Total mise beaucoup sur cet accord car comme le mentionne Patrick Pouyanné, le PDG du groupe : “l’acquisition d’Anadarko par Occidental nous offre l’opportunité d’acquérir un portefeuille d’actifs de classe mondiale en Afrique, ce qui renforcerait notre position de leader parmi les sociétés privées internationales sur le continent. Total accéderait à plus de 3 milliards de barils de ressources et Occidental renforcerait son bilan suite à l’acquisition d’Anadarko en revendant immédiatement les actifs à l’international de Anadarko”.

Continue Reading
Advertisement
Advertisement

Tendance

%d blogueurs aiment cette page :