Connect with us

ACTUALITE

Le Rwanda élargit ses réserves de carburant stratégiques

Published

on

Le Rwanda élargit ses réserves de carburant stratégiques

Le gouvernement prévoit de mettre à niveau et de construire de nouvelles réserves stratégiques de pétrole afin d’améliorer la sécurité énergétique du pays.

Selon le ministère du Commerce et de l’Industrie, des projets sont en cours pour porter les réserves à 150 millions de litres, ce qui permettra de répondre à la demande du pays pendant quatre mois en cas de pénurie.

Les réserves comprendraient 112 millions de litres de carburant gouvernemental et 38 millions de litres de réserves commerciales.

Les détails sont apparus lorsque le Comité des comptes publics (PAC) a chargé les fonctionnaires du ministère d’expliquer pourquoi il n’atteignait pas ses objectifs de stockage de carburant.  

L’audience de mercredi sur le PAC a été organisée dans le prolongement du rapport du vérificateur général pour l’exercice 2017/2018, qui montre que le pays ne disposait que de 4,2 millions de litres de carburant au moment de la vérification.

Les responsables du ministère ont expliqué qu’ils avaient depuis ajouté 10 millions de litres supplémentaires et que leur objectif est d’atteindre 26 millions de litres d’ici la fin de l’exercice.

La députée Marie-Alice Kayumba Uwera a déclaré: «Le carburant en stock est peu comparé à ce que le gouvernement a ciblé pour stocker. Que se passerait-il en cas de pénurie? 

Les responsables ont expliqué qu’une nouvelle politique et stratégie pétrolière en aval était en préparation. 

Cependant, Robert Opirah, directeur général du commerce et de l’investissement au ministère du Commerce et de l’Industrie, a déclaré au Comité que le plan d’amélioration de la capacité de stockage de carburant était ralenti par un déficit de financement.

«Nous prévoyons d’améliorer la capacité de stockage afin de pouvoir stocker du carburant pouvant être utilisé pendant au moins quatre mois», a-t-il déclaré.

Le ministère a déjà lancé un appel d’offres pour la construction de 60 réserves de carburant à base de pétrole d’une capacité de 60 millions de litres, a-t-il déclaré.

Il a également révélé que le projet de politique, qui est en attente d’approbation par le Cabinet, devrait résoudre les problèmes existants.

ACTUALITE

Afrique du Sud : Total doit forer jusqu’à trois puits d’exploration près de Brulpadda en 2020

Published

on

By

Afrique du Sud : Total doit forer jusqu'à trois puits d'exploration près de Brulpadda en 2020

Le groupe pétrolier français Total devrait forer jusqu’à trois puits d’exploration dans les blocs 11B / 12B au large des côtes sud-africaines. Le premier puits d’exploration est prévu pour le premier trimestre de 2020.

Africa Energy, partenaire de Total dans le bloc, a annoncé la semaine dernière que Total forerait jusqu’à trois puits d’exploration en 2020.

Le premier puits d’exploration, le Luiperd-1, devrait débuter avec la plate-forme Odfjell Deepsea Stavanger au premier trimestre de 2020.

Selon la société, le puits ciblera d’importantes ressources potentielles à environ 40 kilomètres au nord-est de la découverte de Brulpadda, où Total a fait une découverte importante de condensat de gaz en février 2019.

Le bloc 11B / 12B est situé dans le bassin Outeniqua, à 175 kilomètres de la côte sud de l’Afrique du Sud. Le bloc couvre une superficie d’environ 19 000 kilomètres carrés et une profondeur d’eau allant de 200 à 1 800 mètres.

Africa Energy détient 49% des actions de Main Street 1549 Proprietary Limited, qui détient une participation de 10% dans les blocs 11B / 12B.

Total détient une participation de 45% dans le bloc, tandis que Qatar Petroleum et CNRL détiennent des participations respectives de 25 et 20%.

Programme sismique sur les blocs d’Afrique du Sud 

Total a également attribué des programmes sismiques 2D et 3D au bloc. Comme indiqué précédemment, la société française a fait appel à Shearwater GeoServices pour le levé sismique 2D. En outre, Africa Energy a déclaré que Total avait passé des contrats avec PGS pour la deuxième phase de la sismique 3D sur le bloc.

Selon Africa Energy, les deux enquêtes devraient commencer en décembre 2019 et se poursuivre jusqu’en avril 2020.

Shearwater acquerra 3 350 km linéaires de données sismiques 2D avec le MPV SW Cook avec traitement accéléré à bord. Le programme tentera de définir l’inventaire de prospects et de prospects de la grande zone sous-explorée du bloc.

PGS va acquérir 2 200 kilomètres carrés de données sismiques 3D en utilisant le navire sismique PGS Apollo. Cette partie du programme sismique couvrira le reste du fairway Paddavissie afin de mieux délimiter les perspectives et les pistes identifiées lors des précédentes enquêtes.

Jan Maier , vice-président de l’exploration chez Africa Energy, a déclaré: «Suite à la découverte majeure du pétrole et du gaz de Brulpadda en février de cette année, les partenaires de la coentreprise ont mené une étude 3D de 570 kilomètres carrés avec Polarcus en mars et avril.

«Nous avons maintenant analysé les données de carottage et de journalisation de Brulpadda et intégré les données 3D accélérées issues de l’enquête Polarcus . Ces données nous ont aidés à choisir l’emplacement du prochain puits d’exploration, Luiperd-1, qui devrait débuter au premier trimestre 2020 ».

Maier a ajouté: « La première phase des données 3D nous a également permis de mieux comprendre la géométrie et l’épaisseur des séquences de réservoirs, confirmant ainsi le potentiel de ressources important du chenal Paddavissie. »

Africa Energy détient 49% des actions de Main Street 1549 Proprietary Limited, qui détient une participation de 10% dans les blocs 11B / 12B. Total est opérateur et détient une participation de 45% dans les blocs 11B / 12B, tandis que Qatar Petroleum et Canadian Natural Resources Limited détiennent des participations respectives de 25% et 20%.

Continue Reading

ACTUALITE

Sénégal : Woodside veut imposer sa loi au Port autonome de Dakar

Published

on

By

Sénégal : Woodside veut imposer sa loi au Port autonome de Dakar

L’exploitation du champ de SNE, situé en eaux profondes en 100 km du Sud de Dakar commence à polluer les relations entre acteurs. Depuis l’annonce de la présence de gisements de ces ressources naturelles dans le sous-sol sénégalais, la suspicion autour de leur exploitation enfle de jour en jour.

Le contentieux est révélé par Africa intelligence et porte sur la Concession de terminal pour le développement et l’exploitation d’une base de support logistique aux activités pétrolières et gazières offshore. Ce qui explique le lancement, par le Port autonome de Dakar, un appel d’offres pour le choix des sociétés qui seront chargées de l’aménagement et la gestion d’une plateforme logistique pétrolière sur le Port. Seulement, Africa Intelligence redoute que « deux plateformes concurrentes soient mises en place, ce qui fera difficilement sens ». Cette inquiétude est née de l’existence de deux procédures d’appel d’offres.

La société australienne Woodside devenue, depuis décembre 2018, opérateur de la phase de développement du champ Sne et le Port autonome de Dakar cherchent, chacun de son côté, la société ou le groupe de sociétés devant développer et exploiter un terminal de support aux activités pétrolières et gazières.

D’après les informations livrées par Africa Intelligence, Woodside a déjà arrêté une liste de sociétés pour organiser une sélection. Une « incongruité », d’après des acteurs du milieu pétrolier, Woodside ne pouvant pas être opérateur et choisir ses propres prestataires. Au même moment, le Port de Dakar a lancé un appel d’offres. Cette procédure serait du saupoudrage d’après Woodside qui « craint que le directeur général du Port, Aboubacar Sadikh Bèye et le ministre du Pétrole Mouhamadou Makhtar Cissé n’utilisent cet appel d’offres pour désigner certaines firmes », lit-on dans le texte, Mieux, l’on donne des pistes, en citant les société Maritalia de Alioune Ndiaye, Teranga Oil§Gas de Mamadou Lamine Diop et Ehi Otoikhine parmi les favoris du Port.

Le texte précise que Maritalia et Teranga Oil§Gas auraient même créé la société Atlantique Offshore Services (Atos) épaulée par la société de logistique de Singapour Altus afin de remporter le contrat ».

Continue Reading

ACTUALITE

La Côte d’Ivoire à la recherche de majors lors de l’ouverture de sa ronde de licence de pétrole et de gaz

Published

on

By

La Côte d'Ivoire à la recherche de majors lors de l'ouverture de sa ronde de licence de pétrole et de gaz

La Côte d’Ivoire veut plus d’explorateurs de pétrole et de gaz pour relancer la croissance économique, a déclaré le ministre de l’Énergie, Abdourahmane Cissé.

La nation ouest-africaine a ouvert une nouvelle série de licences pour cinq blocs offshore proches de d’autres découvertes et infrastructures, a déclaré Cissé à Abidjan. Le plus grand producteur mondial de cacao a des réserves prouvées de pétrole estimées à 100 millions de barils et des réserves de gaz de 1 000 milliards de pieds cubes, selon l’Administration du commerce international du département du Commerce des États-Unis .

« Nous voulons des entreprises fortes, des entreprises qui ont fait des choses dans d’autres pays », a déclaré Cissé. «Nous voulons nous assurer que les choses iront vite, en termes d’obligation de travail.»

Eni SpA et Total SA ont obtenu des licences d’exploration plus tôt cette année , tandis que les accords pour deux autres blocs doivent encore être conclus. « Notre politique est maintenant que les conditions convenues fonctionnent pour les deux parties », a déclaré Cissé. « Lorsque nous ne sommes pas d’accord, nous ne signons pas. »

Trois des cinq blocs ouverts à l’octroi de licences sont nouvellement zonés, ce qui porte à 51 le nombre total de personnes dans le pays, a déclaré Cissé. Quatre d’entre elles sont en production et 28 en exploration.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :