Connect with us

EVENEMENTS

Le Sénégal lance un tour de licence

Published

on

Le Sénégal lance un tour de licence

Le Sénégal a lancé sa licence autour de la conférence de la Semaine africaine du pétrole en Afrique du Sud (AOW), bien qu’il soit critiqué par une entreprise pour avoir proposé un bloc controversé.

Le ministre sénégalais du Pétrole et de l’Énergie, Mouhamadou Makhtar Cissé, a officiellement ouvert le processus d’adjudication de 12 blocs au Sénégal. Il y aura des tournées de suivi à Houston et à Londres, avant de se terminer lors du Sommet du bassin de MSGBC en janvier 2020. À ce stade, les entreprises pourront soumettre des offres au cours des six prochains mois et se clôtureront à la fin du mois de juillet.

Pour Cisse, il y a deux objectifs pour le tour de licence. Faire de nouvelles découvertes et améliorer le sort du peuple sénégalais. Le ministre a ensuite souligné l’importance de la transparence et d’une gestion saine.

À la suite de la conférence de Cissé, les représentants sénégalais Joseph Medou et Papa Samba Bâ ont fait des présentations sur le contenu local et le gaz, a indiqué le ministère dans une déclaration. Il a pris note des réactions positives et de plusieurs demandes de réunions émanant d’entreprises sur les opportunités offertes par le pays.

Cisse a déjà eu des entretiens avec ExxonMobil et CNOOC International Ltd, poursuit le communiqué.

Bien que les entreprises aient manifesté leur intérêt pour les opportunités qui se présentent, une déclaration de PetroNor s’est opposée à l’inclusion du bloc Sénégal Offshore Sud Profond (SOSP) dans l’offre. La société a acquis African Petroleum dans le cadre d’un contrat conclu en août.

African Petroleum travaille sur un dossier d’arbitrage relatif au bloc SOSP, dans lequel il revendique une participation de 90%. PetroNor a déclaré avoir réservé ses droits sur la participation dans le bloc et que l’offre ne constituait pas une mise à jour du dossier d’arbitrage. La société « attend avec impatience le règlement de la question par le biais de voies d’arbitrage indépendantes ou d’un accord de règlement satisfaisant dans l’intérêt de toutes les parties ». Jens Pace, PDG de PetroNor, était auparavant PDG d’African Petroleum.

L’entreprise publique sénégalaise Petrosen avait annoncé un appel d’offres pour le SOSP – et un bloc adjacent moins profond – en 2018.

Le pays a également attribué le bloc Ruffisque Offshore Profond (ROP) à Total en mai 2017. African Petroleum a également revendiqué une participation de 90% dans ce bloc. La société française a foré le puits d’exploration Jamm 1X sur le bloc, mais des rapports suggèrent qu’il s’agissait d’une découverte non commerciale.

EVENEMENTS

Le Soudan du Sud et l’Egypte signent un accord de coopération historique lors de la conférence South Sudan Oil & Power 2019

Published

on

By

Le Soudan du Sud et l'Egypte signent un accord de coopération historique lors de la conférence South Sudan Oil & Power 2019
  • Le Soudan du Sud et l’Égypte signent un protocole d’accord concernant la coopération dans le domaine du pétrole et du gaz en aval lors de la Conférence sur le pétrole et l’énergie du Soudan du Sud en 2019.
  • Le pays va lancer son tout premier accord de licence au premier trimestre de 2020 concernant 13 blocs onshore ouverts à un appel d’offres.
  • SE M. Taban Deng Gai, Premier Vice-Président, et SE M. Awow, Daniel Chuang, Ministre du Pétrole, ont pris la parole lors de la conférence annuelle consacrée à la finance et aux investissements.

Témoignant de l’attractivité croissante du Sud-Soudan en tant que destination pour les investissements, South Sudan Oil & Power (SSOP) 2019 a accueilli des délégations et des responsables des pays suivants: Kenya, Éthiopie, Égypte, Somalie, Norvège et Afrique du Sud. .

Au cours de son discours d’ouverture, le ministre du Pétrole du Sud-Soudan, Daniel Awow Chuang, a exposé la vision du pays dans le secteur du pétrole et du gaz, alors que la production augmentait: «La production de pétrole au Soudan du Sud atteint 178 000 barils par jour. Nous espérons atteindre 250 000 barils par jour dans un proche avenir. Nous atteignons notre objectif avec succès grâce au soutien important de nos partenaires et des pays voisins ». Le ministre Chuang a souligné l’importance de sa coopération avec le Soudan, avec lequel un accord de paix historique a été signé en septembre dernier.

SE Chuang et Taban Deng Gai, premier vice-président du Soudan du Sud, ont souligné plusieurs initiatives montrant les efforts du pays pour accroître de manière significative la production de pétrole. Sudd Petroleum Operating Company a annoncé la semaine dernière sa reprise de la production de pétrole à la fin de l’année. D’une capacité de 80 000 barils par jour, les champs pétrolifères sont fermés depuis 2016.

Le fonds pour les combustibles stratégiques d’Afrique du Sud, qui a signé un accord de partage de l’exploration et de la production en mai 2019, a annoncé le lancement d’une campagne de levés aériens de son bloc B2 en décembre.

La SSOP 2019 a vu la signature d’un mémorandum d’accord entre le gouvernement du Sud-Soudan et la compagnie pétrolière nationale égyptienne, l’Egypt National National Petroleum Corporation (EGPC), concernant la coopération régionale dans le domaine du pétrole et du gaz en aval. Cela intervient quelques semaines après que le président égyptien Al-Sisi a appelé les sociétés d’exploration et de production égyptiennes à accroître leur participation dans les pays africains et a exhorté les sociétés de services à investir au Soudan du Sud. L’Égypte s’est vantée d’une forte participation à cet événement en présence de plusieurs sociétés et délégations, notamment EGPC, Petrojet, Petrogas, Al Khorayef, Drexel Oilfied Equipment, entre autres.

Le Soudan du Sud a annoncé qu’il lancerait son tout premier cycle d’octroi de licences au premier trimestre de 2020, en mettant en place 13 blocs onshore. De nombreuses sociétés d’exploration et de production internationales ont déjà manifesté leur intérêt pour le potentiel pétrolier et gazier du Soudan du Sud.

Continue Reading

EVENEMENTS

BP et l’INPG lancent une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz au Sénégal

Published

on

By

BP et l’INPG lancent une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz au Sénégal

BP et l’INPG annoncent le lancement d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz à Dakar et Saint-Louis, dans le cadre de leur engagement en faveur du renforcement des capacités nationales.

DAKAR – BP et l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG) ont aujourd’hui annoncé le lancement d’une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz à Dakar et Saint-Louis. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’engagement de BP en faveur du développement des personnes et des compétences nationales, et dans celui de la mission de l’INPG qui est d’accroître l’expertise nationale dans les secteurs pétrolier et gazier.

Ce programme a été élaboré pour promouvoir la connaissance de l’industrie pétrolière et gazière et vise à former plusieurs centaines de participants à Dakar et à Saint-Louis sur une période d’un an.

BP et l’INPG lancent une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz au Sénégal

Ce programme comprend deux modules distincts : Fondamentaux du pétrole et du gaz ainsi que les aspects juridiques, institutionnels et fiscauxdu pétrole et du gaz. Le cours sera dispensé à un éventail de parties prenantes des médias, de la société civile, du secteur privé, des universités, de l’administration publique et des parlementaires.

Les cours seront organisés à Dakar dans les locaux de l’INPG et animés par DAI, une agence internationale avec une forte experience dans l’organisation de programmes de formation pour l’industrie du pétrole et du gaz.

BP et l’INPG lancent une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz au Sénégal

Aguibou Ba, Directeur Général de l’INPG a déclaré : « Ce programme de formation fournira les compétences de base et améliorera les connaissances générales sur le secteur pétrolier et gazier. C’est une façon de soutenir notre stratégie de développement local afin de sensibiliser davantage les populations et de les impliquer dans le développement durable de ce secteur au Sénégal. »

D’après Geraud Moussarie, Directeur Général de BP, « Le programme a été conçu pour renforcer la capacité à promouvoir la participation locale dans cette nouvelle filière énergétique. »

« Alors que BP commence à s’implanter au Sénégal, nous pouvons voir les impacts du développement de la chaîne d’approvisionnement, et nos activités de renforcement des capacités vont encourager l’implication au niveau local. BP entrevoit un futur prometteur pour l’industrie gazière au Sénégal, et j’ai personnellement hâte de voir le projet Greater Tortue Ahmeyim (GTA) y jouer un rôle de premier plan. »

BP et l’INPG lancent une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz au Sénégal

Ces ateliers sur le pétrole et le gaz sont juste une composante d’un programme exhaustif axé sur le développement des personnes et des compétences. BP a notamment financé l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG) du Sénégal à hauteur de plusieurs millions de dollars, et soutient pour ses étudiants des détachements dans l’industrie, des activités de renforcement des capacités de la CPN et des régulateurs, des cours d’anglais et des bourses d’études dans le cadre du programme Chevening. Le recrutement de 25 techniciens stagiaires sénégalais a également été lancé récemment. Outre les personnes et les compétences, BP met également l’accent sur les investissements sociaux et le développement de la chaîne d’approvisionnement locale.

BP et l’INPG lancent une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz au Sénégal

BP et l’INPG lancent une série d’ateliers de formation sur le pétrole et le gaz au Sénégal

Notes aux rédacteurs

• BP est arrivé en Mauritanie et au Sénégal par le biais d’un accord avec Kosmos Energy, annoncé en décembre 2016.

• BP détient une participation et des intérêts de travail réels dans les blocs de Saint-Louis Profond et de Cayar Profond au large du Sénégal à hauteur de 60 %, avec Kosmos Energy détenant 30 % et la Société des Pétroles du Sénégal (Petrosen) détenant 10 %. En Mauritanie, les intérêts de travail de BP dans les blocs offshore C-6, C-8, C- 12 et C-13 sont de 62 %, avec Kosmos Energy détenant 28 % et la Société Mauritanienne des Hydrocarbures et du Patrimoine Minier (SMHPM) détenant 10 %.

• Le champ gazier de la Tortue est situé sur la frontière maritime de la Mauritanie et du Sénégal et est développé dans le cadre du projet Grand Tortue Ahmeyim, une plateforme flottante de gaz naturel liquéfié offshore innovante. Ce sera le premier projet à établir le bassin en tant que source de gaz de classe mondiale, générant des revenus pour les pays, et source d’énergie abordable et produite nationalement.

• Créé en novembre 2017, l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG) du Sénégal vise à établir un pôle d’excellence aux niveaux national et régional en matière de formation spécialisée des ingénieurs, des techniciens et des opérateurs dans les métiers du pétrole et du gaz ; renforcer des capacités des administrations et des acteurs du secteur ; et proposer des activités pour améliorer la gestion des ressources hydrocarbures. L’INPG a lancé son premier Mastère en ingénierie pétrolière et gazière en octobre 2018. Les 22 étudiants de la première promotion ont été sélectionnés parmi 2200 candidats.

Continue Reading

EVENEMENTS

CIEHC 2020 Débutera en Février…. Une Grande Conférence et Exposition sur le Pétrole et le Gaz en Afrique Centrale

Published

on

By

CIEHC 2020 Débutera en Février.... Une Grande Conférence et Exposition sur le Pétrole et le Gaz en Afrique Centrale

Brazzaville, Congo – Octobre 2019 : Le Ministère des Hydrocarbures de la République du Congo et AME Trade Ltd annoncent officiellement la 4e édition de la Conférence Internationale et Exposition sur les Hydrocarbures au Congo, CIEHC 2020, qui se tiendra du 19 au 21 février au Centre International de Conférence de Kintélé Brazzaville au Congo

  CIEHC est le lieu de rencontre de l’industrie congolaise des hydrocarbures avec le gouvernement afin de partager et discuter de l’avenir de l’industrie pétrolière et gazière nationale. Le thème de CIEHC 2020 est le « Création d’une chaîne de valeur locale et utilisation des ressources en hydrocarbures comme catalyseur du développement socio-économique, de la diversification économique et de l’intégration dans la région»

  Jean-Marc THYSTERE TCHICAYA, Ministre des Hydrocarbures, invite les acteurs du secteur pétrolier et gazier à participer à CIEHC 2020, « cet événement d’envergure internationale, qui a déjà pris date dans les annales du secteur du pétrole et du gaz en République du Congo et qui s’établit a ce jour comme l’une des plus importantes plateformes de rencontres de l’industrie des hydrocarbures dans la zone du Golfe de Guinée. »

  Grace à ces nombreux projets et nouveaux codes pétroliers, la République du Congo est devenue le troisième producteur pétrolier en Afrique subsaharienne. Le gouvernement Congolais met aujourd’hui un point d’honneur à utiliser ses ressources en hydrocarbures comme catalyseur du développement socio-économique, de la diversification économique et d’intégration dans la région.

  Avec plus de 700 participants accueillis lors de la dernière édition, CIEHC constitue sans aucun doute le plus grand rassemblement de professionnels de l’industrie pétrolière et gazière en Afrique centrale. La conférence rassemble les décideurs de l’industrie pétrolière et gazière du Congo : 76 % des participants à la 3e CIEHC faisaient partie de la haute direction et exerçaient des pouvoirs décisionnels. Durant les 3 jours d’exposition, les participants auront aussi l’occasion unique de mettre en avant leurs projets et leurs services aux acteurs clés de l’industrie pétrolière et gazière du Congo.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :