Accueil ANALYSES Les principaux projets de pipelines africains à suivre en 2023

Les principaux projets de pipelines africains à suivre en 2023

par admin
Les principaux projets de pipelines africains à suivre en 2023

Les principaux producteurs d’énergie d’Afrique accordent la priorité à la coopération transfrontalière pour remédier aux infrastructures inadéquates ou obsolètes, qui ont jusqu’à présent empêché la pleine exploitation et la monétisation des ressources pétrolières et gazières du continent.

En conséquence, un certain nombre de projets régionaux d’oléoducs et de gazoducs qui ont été annoncés, avancés et/ou devraient être accélérés l’année prochaine. Les principaux réseaux de commerce et de distribution de pétrole et de gaz qui devraient façonner l’industrie africaine des hydrocarbures en 2023 et au-delà comprennent :

Système d’oléoducs d’Afrique centrale

Lancé en septembre dernier par SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, le Système d’oléoducs d’Afrique centrale (CAPS) reliera les pays d’Afrique centrale, orientale et occidentale – dont le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la Guinée équatoriale, le Gabon , la République du Congo, la République démocratique du Congo, le Rwanda et le Burundi – pour aider à lutter contre la pauvreté énergétique et réduire la dépendance vis-à-vis des importations énergétiques non africaines. Le système comprendra des raffineries, des centrales électriques au gaz, des terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL) et des oléoducs et gazoducs multinationaux.

Gazoduc Nigéria-Maroc

Suite à la signature d’un protocole d’accord en septembre dernier entre la Nigerian National Petroleum Company (NNPC), l’Office national marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Nigeria. Le gazoduc marocain devrait connaître des progrès significatifs à partir de 2023. Les deux pays cherchent à maximiser la monétisation des ressources naturelles dans la région, alors que la demande énergétique augmente et que la transition énergétique exige et que la guerre russo-ukrainienne restreint l’approvisionnement mondial. Plus tôt ce mois-ci, Foday Mansaray, directeur général de la Direction du pétrole de la Sierra Leone, a également signé un protocole d’accord avec les représentants de la NNPC et de l’ONHYM pour confirmer l’engagement de la Sierra Leone à contribuer à la faisabilité du projet. Le pipeline reliera 13 pays africains.

Gazoduc transsaharien

Les ministres de l’énergie respectifs et les chefs des compagnies pétrolières nationales du Nigeria, du Niger et de l’Algérie ont franchi une nouvelle étape pour le gazoduc transsaharien – un projet de près de cinq décennies en gestation – en juin dernier en établissant un groupe de travail et une feuille de route pour le développement du gazoduc transsaharien. Alors que les trois pays cherchent à accroître l’utilisation des ressources gazières pour stimuler la sécurité énergétique régionale et les exportations d’énergie vers l’Europe, le gazoduc transsaharien devrait entrer dans une nouvelle ère de déploiement accéléré en 2023. Le gazoduc de 4 128 km aura un capacité annuelle de 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel et représente une opportunité stratégique pour diversifier les approvisionnements européens en gaz, en particulier à la lumière du gaz russe actuellement sanctionné.

Pipeline de pétrole brut d’Afrique de l’Est

En novembre dernier, le pipeline de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP) d’une valeur de 10 milliards de dollars et d’une longueur de 1 443 km a obtenu l’approbation de l’Assemblée législative de l’Afrique de l’Est (EALA), ce qui représente une avancée clé dans le projet. Cette étape fait suite à EACOP Ltd, la société qui dirige la mise en œuvre du projet, a déposé une demande pour lancer la construction du projet auprès du gouvernement ougandais. Une fois achevé en 2025, le pipeline transportera jusqu’à 246 000 barils de pétrole brut par jour de l’Ouganda au port de Tanga en Tanzanie, pour l’exportation vers les marchés mondiaux. Entre-temps, 2023 devrait atteindre de nouveaux sommets en termes de coopération et de développement régionaux, les gouvernements respectifs de la Tanzanie et de l’Ouganda cherchant à stimuler les activités en amont et l’exploitation des hydrocarbures pour stimuler l’expansion économique.

You may also like

A Propos

Or Noir Africa continue de fournir des informations opportunes et une analyse approfondie des événements qui façonnent cette région passionnante de l’Afrique

Meilleurs Articles

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

fr_FR