Libye : Camco signe avec Weatherford pour l’exploitation forestière

Camco a signé un accord de services stratégiques avec Weatherford

Camco a signé un accord de services stratégiques avec Weatherford, dans le cadre duquel il vise à accroître sa part de marché en Libye.

Camco a annoncé l’accord le 22 novembre. En travaillant ensemble, les deux sociétés fourniront des technologies pour les services filaires à trous tubés et à trous ouverts. Camco offrira également les services d’exploitation forestière compacts de Weatherford, a-t-il déclaré.

L’entreprise, filiale à 100% d’Edgo, travaille sur le marché libyen depuis les années 1980. Il s’est étendu au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord au sens large.

L’unité d’Edgo a déclaré que l’accord avec Weatherford consoliderait sa position «parmi les leaders des services filaires et augmenterait encore sa part de marché dans l’industrie pétrolière et gazière libyenne».

La société a déclaré que ces services permettraient aux opérateurs en Libye d’améliorer la caractérisation de leurs réservoirs, l’évaluation de la formation et d’intégrer plus efficacement les données de différentes disciplines.

Camco a récemment réalisé un premier travail de trou ouvert filaire pour Waha Oil Co. (WOC), le deuxième producteur de pétrole de Libye. Il a également travaillé avec Sirte Oil Co. (SOC) et Arabian Gulf Oil Co. (Agoco). Il a organisé deux ateliers en octobre avec la National Oil Corp. (NOC) et Nafusah Oil Co.

La société a pu continuer à opérer dans l’État d’Afrique du Nord malgré le COVID-19 et des problèmes de sécurité.

L’entreprise appartenant à Edgo travaille avec TGT Oilfield Services, effectuant des opérations d’exploitation forestière en Libye, y compris sur le champ de Chadar.

Edgo possède également ESP Limited, qui distribue des systèmes de levage artificiel Baker Hughes en Libye. SOC a attribué à ESP les travaux d’installation de pompes submersibles électriques dans le cadre d’un contrat en avril. ESP a également célébré l’installation d’une pompe Baker Hughes dans le champ offshore de Bouri, en janvier.

Exit mobile version