Connect with us

ACTUALITE

Libye: le champ pétrolier d’al-Charara passe sous le contrôle des hommes du maréchal Khalifa Haftar

Published

on

Libye: le champ pétrolier d’al-Charara passe sous le contrôle des hommes du maréchal Khalifa Haftar

Le porte-parole de l’ANL, Ahmad al-Mesmari, a indiqué le 06 février en soirée que les forces du maréchal Haftar ont pénétré dans le champ d’al-Charara (sud-ouest), géré par la compagnie Akakus, sans combats. Le champ pétrolier est l’un des plus importants de Libye

 

L’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée du maréchal Khalifa Haftar a annoncé mercredi soir s’être emparée sans combats de l’un des plus grands champs pétroliers en Libye, où la production est à l’arrêt depuis près de deux mois.

Le porte-parole de l’ANL, Ahmad al-Mesmari, a indiqué que l’ANL a pénétré mercredi, 06 février, dans le champ d’al-Charara (sud-ouest), géré par la compagnie Akakus, une joint-venture entre la Compagnie nationale de pétrole (NOC), l’espagnol Repsol, le français Total, l’autrichien OMV et le norvégien Statoil.

L’ANL est entré dans le champ pétrolier après avoir négocié avec des groupes qui y sont présents, a déclaré M. Mesmari, sans donner d’autres détails.

La NOC n’a pas commenté cette annonce dans l’immédiat.

Le champ d’al-Charara, situé dans la région d’Oubari, environ 900 km au sud de Tripoli, produit 315 000 barils par jour, soit près d’un tiers de la production globale libyenne.

Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est dirigée par deux entités rivales: le Gouvernement d’union nationale (GNA, basé à Tripoli) et reconnu par la communauté internationale, et un cabinet parallèle installé dans l’est et soutenu par le maréchal controversé Khalifa Haftar.

Une myriade de milices armées, qui changent d’allégeance selon leurs intérêts, et des djihadistes, font régner un climat d’insécurité chronique dans ce pays riche en pétrole.

Le champ d’al-Charara était ainsi contrôlé par des groupes armés de la région qui bloquaient la production sur le site pour protester, selon eux, contre la marginalisation de leur région par le GNA.

A la tête du GNA, Fayez al-Sarraj s’était rendu récemment sur ce site, promettant le déblocage d’importants fonds pour le développement de la région.

Pour autant, la NOC avait indiqué que toute reprise de la production pétrolière devrait attendre que le champ al-Charara soit sécurisé. Elle avait aussi demandé à ce que les groupes le contrôlant soient remplacés par une brigade des « Gardes des installations pétrolières », qui dépendent du GNA.

L’annonce de l’ANL mercredi intervient au lendemain de celle d’Oussama Jouili, un responsable militaire du GNA, qui avait affirmé avoir envoyé une force pour sécuriser le champ pétrolier.

L’ANL a lancé mi-janvier une offensive dans le sud où les réseaux jihadistes et de contrebande pullulent, assurant vouloir la « purger (…) des groupes terroristes et criminels ».

Elle contrôle déjà les plus importants terminaux pétroliers, dans l’est du pays, dont la gestion a été confiée à la NOC, qui tente tant bien que mal de garder sa neutralité entre les camps rivaux.

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

ACTUALITE

Le Cameroun a conclu “plus de 20 contrats pétroliers” avec le Code pétrolier de 1999 (SNH)

Published

on

By

Le Cameroun a conclu “plus de 20 contrats pétroliers” avec le Code pétrolier de 1999 (SNH)

Une version révisée dudit Code a été adoptée par le Parlement camerounais, réuni en session ordinaire du 12 mars au 10 avril, en vue de donner “plus de mesures incitatives pour soutenir les programmes de travail des compagnies pétrolières et gazières”

L’Assemblée nationale et le Sénat camerounais ont adopté – lors de leur récente session ordinaire tenue du 12 mars au 10 avril à Yaoundé – un projet de loi portant Code pétrolier. Le document devrait maintenant être promulgué par le chef de l’Etat en vue de remplacer l’ancien Code pétrolier, qui date du 22 décembre 1999.

Avec le Code pétrolier de 1999, “le Cameroun a pu conclure plus de 20 contrats pétroliers et attirer d’importants investissements dans le secteur des hydrocarbures”, soutient l’administrateur-directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (SNH), Adolphe Moudiki, dans une interview accordée au site du Congrès et exposition Cape VII de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO).

Le congrès et exposition CAPE VII a eu lieu à Malabo (Guinée équatoriale), du 03 au 05 avril. Le Cameroun, avec 17 autres pays africains, est membre de l’APPO; organisation fondée en 1987 pour promouvoir la coopération dans le secteur pétrolier entre les pays producteurs de brut sur le continent.

La version révisée du Code pétrolier du Cameroun, en attente de promulgation, prévoit plus de mesures incitatives pour soutenir les programmes de travail des compagnies pétrolières et gazières, d’après la SNH.

“Afin de faire face à la concurrence existante entre les pays pour la promotion de leurs domaines miniers, nous améliorons sans cesse le cadre contractuel et fiscal du secteur des hydrocarbures”, explique l’ADG de la SNH.

Toutes choses qui visent à “promouvoir les opportunités existantes en matière d’exploration et de développement et attirer davantage de sociétés internationales pétrolières et gazières à la compétence reconnue”, ajoute-t-il.

Selon les données publiques de la Société nationale des hydrocarbures, le Cameroun a produit 25,13 millions de barils de pétrole brut et 61 454,28 millions de pieds cubes standard de gaz naturel au courant de l’exercice 2018.

La SNH, entreprise publique, est le bras droit de l’Etat dans la gestion des ressources pétrolières et gazières du domaine minier national.

Continue Reading

ACTUALITE

Nigéria : Les perspectives de croissance du marché global du raffinage pétrolier s’appuient énormément sur la raffinerie de Dangote

Published

on

By

Nigéria : Les perspectives de croissance du marché global du raffinage pétrolier s’appuient énormément sur la raffinerie de Dangote

Dans son rapport sur les perspectives du secteur pétrolier « World Oil Outlook (WOO) », l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s’est dite optimiste face aux perspectives du marché mondial du raffinage d’huile, essentiellement grâce à la raffinerie de l’homme d’affaires nigérian Aliko Dangote (photo).

Cette usine de 650 000 b/j sera l’une des plus importantes du monde et donnera une nouvelle dimension au commerce de produits pétroliers au Nigeria et sur le marché régional. L’OPEP a déclaré que l’achèvement du projet en 2020 réduirait les importations de produits pétroliers en Afrique de l’Ouest.

« Ce qui devrait se produire, en particulier en Afrique de l’Ouest, c’est une réduction des besoins et des opportunités d’importation de produits », explique le document.

Le cartel s’attend aussi à voir la capacité de raffinage installée de ses membres bondir, ce qui est important dans les échanges sur le marché. « Les perspectives pétrolières mondiales laissent entendre qu’en Afrique, de nouveaux projets pourraient améliorer quelque peu la situation de la capacité globale de raffinage », a indiqué le document.

Actuellement, la production mondiale totale de pétrole est en moyenne de 80,622 millions de barils par jour. L’OPEP en compte pour 44% seulement, notamment en raison de la faible capacité de traitement de ses membres africains. Mais l’organisation reste confiante, car des travaux de réhabilitation des raffineries existantes ont démarré au Nigeria.

Dans son document, l’OPEP a également fait allusion à une cinquantaine de projets de raffinage en Afrique qui, s’ils étaient tous opérationnels, ajouteraient près de 5 millions b/j de nouvelles capacités de raffinage sur le continent.

La raffinerie de Dangote entre en service l’année prochaine.

Continue Reading

ACTUALITE

Sénégal – Mauritanie : Black & Veatch va procéder à la conversion FLNG sur Grand Tortue Ahmeyim

Published

on

By

Sénégal - Mauritanie : Black & Veatch va procéder à la conversion FLNG sur Grand Tortue Ahmeyim

Black & Veatch, un des leaders mondiaux des solutions de dessus de gaz naturel liquéfié flottant (FLNG), a annoncé avoir reçu un avis de départ complet de son opérateur, BP, du projet Grand Tortue Ahmeyim (GTA).

Après avoir reçu un avis limité en décembre 2018, préalablement à une décision d’investissement finale (FID), Black & Veatch et Keppel Shipyard Limited collaboreront pour convertir le méthanier Golar LNG, appartenant à Golar LNG. Cette annonce s’inscrit dans les développements de la première phase du projet GTA de BP pour lequel le FID a été annoncé fin décembre 2018.

Les chefs de projet de Gimi s’appuieront sur le succès du navire Hilli Episeyo FLNG, également propriété de Golar LNG, qui était la toute première conversion d’un méthanier en une usine de liquéfaction de gaz naturel en état de fonctionnement. Hilli Episeyo produit actuellement du GNL au large du Cameroun.

Black & Veatch apportera son expertise mondiale au projet, y compris sa technologie brevetée de liquéfaction PRICO.

Bob Germinder, vice-président principal et directeur général de Floating Oil & Gas Solutions, a déclaré: «Les coûts plus bas et très prévisibles des projets construits dans un environnement de chantier naval contrôlé constituent un autre avantage crucial offert par FLNG. Cet avis de mise en œuvre souligne la position de Black & Veatch en tant que partenaire de confiance des entreprises souhaitant répondre à la demande mondiale de GNL. »

Continue Reading
Advertisement
Advertisement

Tendance

%d blogueurs aiment cette page :