Namibie : ReconAfrica commence son premier puits

Reconnaissance Energy Africa a commencé à forer son premier puits

Reconnaissance Energy Africa a commencé à forer son premier puits dans le bassin de Kavango en Namibie.

Le puits, 6-2, est le premier des trois puits du nord-est de la Namibie. L’entreprise a l’intention d’atteindre une profondeur totale de 12 500 pieds (3 810 mètres). Le forage et l’analyse initiale du puits devraient prendre 45 jours.

La première partie du puits atteindra 4 800 pieds (1 463 mètres). ReconAfrica exécutera ensuite des cœurs et des journaux de paroi latérale pour identifier les cibles conventionnelles. La société a déclaré qu’elle prévoyait d’atteindre le sommet de la section permienne à environ 4 000 pieds (1 219 mètres).

La deuxième étape sera forée à la profondeur cible, à travers des sections permiennes intermédiaires et inférieures. ReconAfrica effectuera des tests supplémentaires pour la partie inférieure. Schlumberger fournira la journalisation pour les deux sections.

Nick Steinsberger, vice-président principal du forage et des achèvements de ReconAfrica, a déclaré que le forage de trois puits dans «un bassin permien récemment découvert, où une société détient tous les droits, est certainement une opportunité rare. Il existe de nombreuses similitudes importantes entre le bassin de Kavango et le bassin du Permien dans l’ouest du Texas, l’un des bassins producteurs les plus prolifiques du monde, où je forge et complète activement des puits depuis de nombreuses années.

Le géochimiste de ReconAfrica, Dan Jarvie, a déclaré: «L’analyse géologique et géochimique fournira des détails sur les réservoirs conventionnels potentiels empilés ainsi que sur les multiples roches mères de pétrole. L’analyse stratigraphique et la roche mère de pétrole fourniront à la société une base pour évaluer le moment de la production de pétrole léger, son expulsion et sa migration vers des réservoirs conventionnels pour une production future.

Compte tenu de l’opposition aux plans du méné canadien, au milieu des préoccupations concernant la fracturation hydraulique, ReconAfrica a fait une grande partie de ses plans de fluide de forage. Valence Drilling Fluids fournira des fluides organiques et biodégradables, qui sont «totalement sans danger pour l’environnement».

Liens communautaires

ReconAfrica travaille également au forage de trois puits d’eau pour la communauté. L’entreprise a publié un rapport mettant en avant un certain nombre de témoignages d’habitants locaux , qui bénéficient d’un meilleur accès à l’eau.

«Deux des exigences essentielles les plus fondamentales pour mettre fin à la pauvreté sont l’accessibilité à une énergie abordable et durable ainsi que le développement d’infrastructures locales», a déclaré la société.

Les déclarations de ReconAfrica selon lesquelles elle poursuit le pétrole conventionnel n’ont pas influencé les opposants à la société. Frack Free Namibia & Botswana a continué à accuser le méné de la planification de la fracturation.

Il a également cité l’évêque Geoff Davies, chef de l’Institut pour l’environnement des communautés religieuses d’Afrique australe (Safcei), qui a publié une déclaration en décembre appelant les investisseurs à retirer de l’argent des sociétés de combustibles fossiles. L’évêque a déclaré que si le forage de ReconAfrica se poursuivait, «cela équivaudrait à un génocide».

ReconAfrica n’est pas la seule entreprise à envisager de forer en Namibie cette année. D’autres plans sont principalement axés sur l’offshore. Total forera son puits Vénus vers le milieu de l’année, tandis que Shell et Maurel et Prom pourraient forer en 2021-2022.

Exit mobile version