ACTUALITE

Nigéria : Buhari soutient les modifications de la loi sur le pétrole

Nigéria : Buhari soutient les modifications de la loi sur le pétrole
Nigéria : Buhari soutient les modifications de la loi sur le pétrole

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a déclaré que le pays adopterait bientôt le projet de loi sur l’industrie pétrolière (PIB), dont plusieurs versions sont en préparation depuis plus de 10 ans.

Le président, prenant la parole lors de la célébration du 59 e anniversaire du Nigéria , a déclaré que les amendements à la loi sur l’offshore profond et à la loi sur les contrats de partage de la production dans les bassins intérieurs seraient également adoptés. L’intention est de faire en sorte que le gouvernement reçoive «une part équitable des revenus pétroliers, tout en encourageant les investissements du secteur privé».

Buhari a refusé de signer une version précédente du PIB, le projet de loi sur la gouvernance de l’industrie pétrolière (PIGP) en 2018. Il a rejeté le PIGP au motif qu’il réduirait le pouvoir du ministre du Pétrole, une fonction occupée par le président.

Le président du Sénat, Ahmad Lawan, a déclaré la semaine dernière que le PIB serait adopté avant la fin de 2020. Lawan a ensuite appelé les agences de sécurité à faire davantage pour assurer leurs opérations.

De nouveaux investissements sont essentiels pour garantir la production pétrolière future du Nigéria. Mele Kyari, responsable de la NNGN, a déclaré cette semaine à l’agence Reuters que le pays comptait augmenter sa production à 3 millions de barils par jour dans les deux ou trois prochaines années. Cela semble peu probable.

Le président a critiqué ses prédécesseurs pour avoir rendu le gouvernement trop dépendant du secteur pétrolier. «L’administration s’est engagée à gérer de manière responsable nos dotations en richesse pétrolière. Nous continuerons à économiser prudemment nos revenus pétroliers et à investir davantage dans les secteurs non générateurs d’emplois », a-t-il déclaré.

Le discours de Buhari a également doublé les efforts de lutte contre le militantisme dans le delta du Niger. « Nous poursuivrons également notre lutte contre le soutage illégal du pétrole brut et la contrebande de produits pétroliers raffinés à travers nos frontières, y compris les poursuites diligentes et la condamnation des contrevenants reconnus coupables de ces actes », a-t-il déclaré. Le pays « prendrait toutes les mesures nécessaires pour lutter contre le trafic illicite, le transbordement et d’autres pratiques commerciales prédatrices qui détruisent des emplois dans notre pays ».

Dans le cadre des efforts déployés par Abuja pour renforcer la sécurité dans la région productrice de pétrole, M. Buhari a noté le transfert de la Commission de développement du delta du Niger (NDDC) au ministère des Affaires du delta du Niger. Le président a déclaré que cela avait été motivé par un engagement à « améliorer le niveau de vie de nos communautés dans le delta du Niger ». Il a également noté les travaux en cours sur le nettoyage de Ogoniland.

La NDDC est financée par une taxe de 3% sur les dépenses des sociétés pétrolières au Nigeria. En tant que tel, il dispose de ressources substantielles qui sont en grande partie non contrôlées par le gouvernement central. La commission a été poursuivie par un scandale. À la mi-septembre, un certain nombre d’anciens responsables de la NDDC ont été convoqués devant un comité de la Chambre des représentants pour des projets abandonnés et le prétendu manque d’optimisation des ressources.

Leave a Response