Connect with us

DOSSIER ONA

Nigéria : «Les entreprises pétrolières ont dépensé 2,5 milliards de dollars d’essence»

Published

on

Nigéria : «Les entreprises pétrolières ont dépensé 2,5 milliards de dollars d'essence»

Les sociétés productrices de pétrole au Nigéria ont brûlé du gaz d’une valeur de 2,5 milliards de dollars (875 milliards de nairas) au cours de la dernière année.

Les sociétés comprennent les sociétés pétrolières internationales (CIO), les producteurs indépendants et la Nigerian Petroleum Development Company (NPDC).

Les données du Département des ressources pétrolières (DPR) ont révélé que le volume de gaz non commercialisé (brûlé ou réinjecté) en mars 2019 était passé à 42%.

Pour corroborer les données de la RDP, AfriPERA, une organisation de recherche sur les politiques d’énergie et d’infrastructure, a déclaré que le Nigéria avait perdu en moyenne 875 milliards de nairas (2,5 milliards de dollars) de torchères.

Le président-directeur général de la société, M. Chinedu Onyeizu, a déclaré que la perte était en dehors de l’impact sans surveillance des externalités négatives associées au torchage du gaz.

«Depuis les années 1950, le Nigéria brûle son gaz naturel aux points de brûlage et, malgré les efforts déployés par les administrations successives pour réduire le gaspillage, le pays perd environ 2,5 milliards de dollars par an en raison du brûlage de gaz et des effets externes négatifs non surveillés. associé à la torchère à gaz,

En outre, le président de la Section du commerce des producteurs de pétrole (OPTS), Paul McGrath, a expliqué dans une réaction à la production de gaz que le gaz offrait une occasion unique de fournir aux Nigérians une énergie stable, largement disponible, rentable et généralement abordable.

Il a ajouté qu’un passage à la production d’électricité à partir de gaz représenterait des opportunités d’économies importantes par rapport à des sources telles que le diesel, qui coûte plusieurs fois plus cher que le gaz au prix actuel de 2,5 USD / Mbtu.

Selon le rapport du DPR, la production de gaz a augmenté de 15,4% à 263,48 milliards de pieds cubes par rapport à la production de la période précédente de février 2019.

Cela s’est traduit par une production quotidienne moyenne de 8 499,58 millions de pieds cubes standard de gaz par jour (mmscfd). Sur le volume de gaz fourni en mars 2019, 155,01 milliards de pieds cubes de gaz ont été commercialisés, soit 40,35 milliards de pieds cubes et 111,66 milliards de pieds cubes pour les marchés intérieur et d’exportation.

Le rapport indiquait que 58,81% du gaz quotidien moyen produit étaient commercialisés, le solde de 41,19% étant réinjecté, utilisé comme gaz combustible en amont ou comme torchage enregistré.

Le 18 avril, le Sénat avait adopté un nouveau projet de loi prévoyant une sanction contre le torchage du gaz et autres mauvaises pratiques dans le secteur pétrolier et gazier. Avant cela, la loi de 1979 sur la réinjection de gaz associés était en place pour contrôler les pratiques délicates dans le secteur. Depuis lors, aucune loi n’a été révisée ni modifiée en dépit de ses effets dévastateurs sur les communautés hôtes, et ce jusqu’en avril de cette année, lorsque le Sénat a adopté un nouveau projet de loi sur la combustion du gaz.

Le nouveau projet de loi prévoit notamment que tout détenteur de licence qui fournit des données inexactes au Département des ressources pétrolières (RPR) ou à toute autre autorité légale sera passible, sur déclaration de culpabilité, d’une amende de 10 millions de nairas ou de un mandat de six mois ou les deux.

Les autres objectifs du projet de loi sont notamment de s’assurer que le gaz naturel n’est pas brûlé à la torche, ni dans une opération de production de pétrole ou de gaz, ni dans un bloc, ni dans un champ, à terre ou en mer, ou dans une installation de gaz, qui doit commencer ses activités après le début de la Loi.

Le projet de loi vise également à garantir qu’aucun exploitant ne crée une installation pétrolière et gazière dans le pays sans obtenir au préalable l’autorisation du ministre pour les phases de conception, de mise en service et de production. Le projet de loi comprend 22 articles, dont des articles sur les sanctions pour fourniture de données inexactes, les frais d’amende pour le brûlage d’essence, le pouvoir du ministre de prendre des règlements et l’abrogation de la loi de 1979 sur la réinjection de gaz.

Le sénateur Bassey Albert, parrain du projet de loi, a déclaré: «L’approbation de la loi tant attendue sur la combustion du gaz au bout de 40 ans est l’un des plus beaux cadeaux de départ, que le 8ème Sénat pourrait éventuellement offrir aux Nigérians à l’heure actuelle».

DOSSIER ONA

L’Angola espère que les réformes aideront les ventes d’actifs pétroliers

Published

on

By

L'Angola espère que les réformes aideront les ventes d'actifs pétroliers

L’Angola espère que des réformes économiques radicales permettront de concrétiser un plan ambitieux de vente d’actifs clés de l’État, notamment des participations dans la société pétrolière Sonangol, une part de Puma Energy et plus de 100 autres entreprises.

Le deuxième plus grand exportateur de pétrole d’Afrique est à la recherche de liquidités alors qu’il a du mal à faire face aux prix moribonds du brut, à la baisse de la production et à des années de mauvaise gestion qui ont laissé la Sonangol gonflée et inefficace.

En août, le gouvernement a publié une longue liste d’actifs qui seront proposés aux investisseurs via des offres publiques, des cessions de participations, des cessions d’actifs ou des appels d’offres.

Le calendrier rapide vise une introduction en bourse de Sonangol en 2022, la vente d’une participation de 28% dans Puma et sa participation dans la société pétrolière China Sonangol en 2020 et le déchargement d’une part de la raffinerie ivoirienne SIR cette année.

Le gouverneur de la banque centrale, Jose Massano, a déclaré à Reuters que la vente d’actifs suscitait un « intérêt considérable », mais que la nation s’efforçait de se défaire de l’image de la corruption généralisée, du contrôle de l’Etat et de l’hostilité envers les capitaux étrangers.

« La plupart des investisseurs ont exprimé des inquiétudes quant à la sécurité d’obtenir des fonds en Angola », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne devrait pas y avoir de tels problèmes.

« Dans le passé, nous avons eu cette difficulté, mais nous avons également introduit des changements », a-t-il déclaré.

Une campagne anti-corruption a pris de l’ampleur depuis 2017, lorsque Joao Lourenco a mis fin au régime de près de 40 ans de l’ancien président angolais, José Eduardo dos Santos.

Lourenco a limogé la fille de l’ex-dirigeante Isabel à la présidence de Sonangol plus tard la même année et le gouvernement a tenté de réprimer l’influence de l’ex-première famille et de réformer les institutions étatiques.

La Banque mondiale donne son avis sur le processus de vente d’actifs afin de s’assurer qu’il est transparent et ouvert à une gamme d’investisseurs potentiels.

Changements

Selon Massano, l’Angola a éliminé cette année un arriéré d’argent que les investisseurs avaient cherché à rapatrier et a modifié la loi afin que ceux qui envisagent de retirer des fonds puissent le faire par l’intermédiaire de banques commerciales, en contournant la Banque centrale.

Le pays a également supprimé les règles imposant aux entreprises étrangères de s’associer à une entreprise locale.

Kwadwo Sarkodie, associé du cabinet d’avocats Mayer Brown, qui conseille les gouvernements et les entreprises internationales en Afrique, a déclaré que Sonangol était le joyau de la privatisation.

« La Sonangol est une organisation si centrale à une grande partie de ce qui se passe en Angola », a-t-il déclaré.

« La recherche de liquidités est d’une importance capitale. Elle permet de gagner de l’argent dans le contexte des difficultés de ces dernières années causées par les prix du pétrole », a-t-il ajouté.

L’Angola souhaite que les sociétés pétrolières internationales développent ses gisements et freinent les baisses importantes de sa production. L’année dernière, il a réduit de moitié les taxes sur certains gisements de pétrole jusqu’à 10% et a créé un organisme indépendant, l’Agence nationale du pétrole, du gaz et des biocarburants (ANPG), chargé de gérer les ventes de concessions pétrolières et gazières.

Mais les observateurs disent que les coûts de production relativement élevés de la nation sont un problème.

« C’est un environnement assez difficile pour le moment. L’Angola n’a pas la meilleure réputation en tant que lieu d’achat d’actifs », a déclaré Anish Kapadia, directeur général d’AKap Energy Ltd. investir. Il y a eu quelques changements, mais cela n’a pas vraiment été suffisant. « 

Puma Energy, la coentreprise angolaise avec la société de négoce Trafigura, figure parmi les plus intéressantes pour les investisseurs potentiels, ont expliqué des sources, en raison notamment du faible niveau d’expertise nécessaire pour gérer les opérations de vente au détail et de carburant, par rapport aux actifs pétroliers en amont.

Mais Puma a également décidé de vendre et de restructurer ses actifs pour compenser la faiblesse des bénéfices et réduire le niveau de sa dette.

Continue Reading

DOSSIER ONA

Le négociant de pétrole Gunvor condamné à une amende de 95 millions $ pour corruption au Congo et en Côte d’Ivoire

Published

on

By

Le négociant de pétrole Gunvor condamné à une amende de 95 millions $ pour corruption au Congo et en Côte d’Ivoire

les procureurs fédéraux de Suisse ont condamné le négociant de pétrole Gunvor à payer une amende d’environ 95 millions de dollars, pour avoir corrompu des dirigeants des secteurs pétroliers congolais et ivoiriens entre 2009 et 2011. L’annonce a été faite ce matin par le Bureau du procureur général de Suisse.

Le Titre exécutoire explique que « le négociant genevois de matières premières a été condamné pour n’avoir pas pris toutes les mesures organisationnelles raisonnables et nécessaires pour empêcher ses employés et agents de corrompre des agents publics afin d’accéder aux marchés pétroliers en République du Congo et en Côte d’Ivoire ».
Le règlement comprend une amende de 4 millions de dollars, plus les bénéfices bruts et les intérêts que la société a réalisés sur ses transactions dans les deux pays.

Dans les faits, une enquête avait été ouverte fin 2011 en Suisse, sur les conditions d’obtention en juin 2010 de droits d’exportation de pétrole congolais sur une période de trois ans. En juillet 2011, conformément à l’accord, Gunvor a effectué des versements anticipés de 125 et 500 millions de dollars à la société publique congolaise du pétrole (SNPC). Ce n’est qu’en 2018, qu’un ancien employé de Gunvor, Pascal Collard a admis avoir été mandaté pour payer des pots-de-vin à des dirigeants congolais, dans le cadre de l’accord. Dans un acte d’accusation, ce dernier a ajouté que la direction générale était parfaitement au courant et a même approuvé les transactions avec lesdits dirigeants.

En Côte d’Ivoire, les juges accusent le négociant d’avoir usé de la même stratégie pour se garantir l’accès à la matière première entre 2009 et 2011. Parallèlement à cette affaire, l’ONG suisse Public Eye suspecte Gunvor d’avoir obtenu, en 2014 une cargaison ivoirienne de 650 000 barils de brut, avant sa mise en vente officielle. Une enquête a été ouverte au sein du Ministère Public de la Confédération (MPC), l’organe d’investigation et accusateur public fédéral suisse.

Après la publication de la décision de justice, la société a affirmé dans un communiqué qu’il n’y a « aucune implication consciente ou souhaitée des employés ou des membres de la direction dans ces activités ». Si le gouvernement congolais a toujours nié ces accusations, le Bureau du procureur général affirme que le président Denis Sassou Nguesso ainsi que des membres de sa famille font partie des bénéficiaires des pots-de-vin. En Côte d’Ivoire, d’anciens hauts fonctionnaires du gouvernement ont également été mis en cause.

Continue Reading

DOSSIER ONA

Sénégal : L’industrie pétrolière… félicitent Macky Sall, « Homme de l’Année » de l’industrie pétrolière en Afrique…

Published

on

By

Sénégal : L’industrie pétrolière... félicitent Macky Sall, « Homme de l’Année » de l’industrie pétrolière en Afrique...

Le secteur de l’énergie africain et mondial se rallie aux efforts de Macky Sall pour développer l’industrie pétrolière et gazière de son pays, qui positionnent le Sénégal comme un nouveau pôle énergétique en Afrique. De tels efforts et réalisations sont célébrés cette semaine alors que le président du Sénégal reçoit le prix d’Homme africain de l’année, décerné par Africa Oil & Power.

Ce prix est une reconnaissance du travail de Macky Sall et des efforts de son gouvernement pour stimuler le développement de l’économie sénégalaise, créer un environnement favorable pour les investisseurs et faire en sorte que le pétrole et le gaz extraits du Sénégal créent des emplois et des opportunités de croissance pour les entreprises sénégalaises.

« Le Sénégal continue de manifester son engagement en faveur de la transparence, et son président Macky Sall continue de dialoguer avec ceux qui sont en désaccord avec lui, de rechercher un consensus sur les questions relatives aux industries extractives et de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter la malédiction des ressources naturelles », a déclaré Akere Muna, ancien vice-président de Transparency International et ancien président du conseil de la Conférence internationale contre la corruption. « Le peuple sénégalais comprend maintenant les enjeux de ces ressources et son président s’engage fermement à assurer une répartition transparente des revenus et des ressources au bénéfice de l’économie sénégalaise et de ses citoyens. Le président devrait utiliser ce prix pour faire du Sénégal un endroit où les Africains peuvent être fiers du secteur des ressources naturelles », a ajouté Muna.

« Alors que le Sénégal se rapproche de sa première production de gaz et de sa production de pétrole, nous félicitons son président Macky Sall et son gouvernement pour avoir ajouté un autre pays africain à la liste des producteurs mondiaux d’hydrocarbures », a ajouté Mahaman Laouan Gaya, secrétaire général de l’Organisation des producteurs africains de pétrole (APPO). « Les producteurs africains sont prêts à coopérer avec le Sénégal pour soutenir son développement économique, et nous sommes vraiment impatients de suivre le pays dans son nouveau chemin vers la prospérité. »

Peu de temps après avoir découvert du pétrole et du gaz en 2014 et 2016, le Sénégal a engagé un dialogue national avec le secteur privé, les investisseurs étrangers et la société civile sur les prochaines étapes du développement de l’industrie. Cela a abouti à la création de nouvelles entités telles que le Comité d’orientation stratégique sur le pétrole et le gaz (COS-Petrogaz), mais aussi à un tout nouveau Code du pétrole en 2019 et à de nouvelles réglementations sur le contenu local pour garantir la création d’emplois locaux et la procuration de biens et services locaux par l’industrie. En conséquence, les investissements étrangers ont augmenté et plusieurs grandes sociétés internationales, des sociétés pétrolières nationales et des indépendants ont pénétré le marché.

« Ce que le Sénégal et son président Macky Sall ont prouvé, c’est que le pouvoir de la volonté politique et du leadership ne peut pas être sous-estimé », a déclaré le prince Arthu Eze, président d’Atlas Oranto Petroleum, qui explore actuellement au Sénégal. « Des réglementations saines, une bonne gouvernance et une direction politique alignée sur un objectif commun de développement économique et de mettre l’énergie aux services des citoyens, voilà ce qui fait du Sénégal un nouveau cas de succès africain. Je salue le président et le peuple sénégalais, toute l’Afrique est en train de prier pour vous. »

Le Sénégal fait notamment la une des journaux pour avoir accéléré le développement de son industrie et ne pas avoir perdu de temps à développer ses découvertes. L’industrie salue notamment les autorités du pays pour le peu de temps qu’il a fallu entre les premières découvertes de pétrole et de gaz au Sénégal et la prise de décisions finales d’investissement. En conséquence, le Sénégal devrait devenir prochainement un exportateur mondial de gaz aux côtés de pays africains comme ceux du Forum des pays exportateurs de gaz, notamment l’Algérie, l’Égypte, l’Angola, le Mozambique, la Guinée équatoriale, la Libye et le Nigéria.

« Cela prouve la volonté du gouvernement sénégalais de développer ces ressources et le secteur dans son ensemble », a déclaré Jude Kearney, ancien sous-secrétaire adjoint de l’administration Clinton et actuel président de Kearney Africa Advisors. « Plus important encore, cela n’a pas été fait au détriment de l’adoption de bonnes pratiques de gouvernance et de la mise en place d’un cadre réglementaire solide », a ajouté Kearney.

« Le président du Sénégal, Macky Sall, a établi de solides relations avec le monde, y compris l’Allemagne, ce qui sera très bénéfique pour attirer le capital et la technologie adéquats pour développer son secteur énergétique », a ajouté Sebastian Wagner, PDG du Germany Africa Business Forum ( GABF).

La Chambre africaine de l’énergie, dirigée par notre président, NJ Ayuk, se joint à l’industrie pour féliciter le président Macky Sall d’avoir pris les mesures voulues pour développer le secteur pétrolier et gazier sénégalais et faire en sorte que l’énergie serve tous les citoyens sénégalais. Avec ses partenaires, la Chambre continuera d’aider le Sénégal à promouvoir la bonne gouvernance, à attirer les investissements et à renforcer les capacités nationales tout au long de la chaîne de valeur.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :