Connect with us

DOSSIER ONA

Nouvelle exploration pétrolière et gazière en Afrique; Les réformes de l’industrie en tête à l’APPO CAPE VII

Published

on

APPO Cap VII commence, ministres, chefs d'Etat et dignitaires s'unissent

Le Congrès et exposition Cape VII de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO), organisation du développement du secteur pétrolier et gazier africain à travers la coopération intra-africaine, a vu la signature d’un accord clé présentations et discours d’ouverture de chefs d’État et de ministres de tout le continent.

L’unification des pays africains et la nécessité de renforcer la coopération sur tout le continent par le biais de la participation à des organisations telles que l’APPO et l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont été au cœur de la manifestation.

«Il est clair que la Guinée équatoriale reconnaît la valeur de travailler par le biais d’organisations telles que l’OPEP, qui peuvent donner aux pays africains la possibilité de s’exprimer sur la scène mondiale. Le secteur pétrolier et gazier du pays continue d’évoluer et de se développer et contribue à dynamiser davantage ce grand pays. Cela implique d’attirer de nouveaux investissements, de lancer une nouvelle série de licences avec de nouvelles sociétés pétrolières et gazières et des opérateurs étrangers intéressés par de nouveaux blocs, ainsi que de poursuivre les travaux d’amélioration de l’environnement réglementaire », a déclaré SE Mohammed Sanusi Barkindo, secrétaire général de l’OPEP.

Le ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, a lancé un appel à l’action aux sociétés pétrolières nationales pour qu’elles s’approprient les ressources naturelles nationales, conformément au thème de la contribution de l’Afrique à la construction de sa propre nation. APPO a également présenté un cadre pour le contenu local pendant la conférence, avec des plans pour créer un guide officiel de contenu local pour les membres de l’APPO.

«Les compagnies pétrolières nationales doivent se réveiller. Les compagnies pétrolières nationales sont dans le coma. APPO a besoin de dents. Il est très important que les pays africains disposant de ressources se réveillent. Nous sommes le seul continent à faire des découvertes mois après mois. Sénégal, Mozambique, Gabon, Nigeria, Guinée équatoriale. La plus grande ressource au monde se trouve en Afrique », a déclaré Lima.

Des accords définitifs ont été signés par le ministère des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale avec d’importantes sociétés pétrolières et gazières afin de monétiser le gaz provenant de l’unité Alen exploitée par Noble Energy. Signés le 1er avril, les accords ont vu la participation de Sonagas dans l’usine de production d’EGLNG augmenter de 25 à 30%, ainsi que l’engagement de forger du gaz Alen Unit via l’usine de traitement de gaz de pétrole liquéfié (GPL) d’Alba Plant.

«C’est le coup d’envoi de notre méga hub gazier, et nous ferons plus d’accords sur d’autres actifs gaziers dans le pays qui doivent être développés. Le développement du méga hub gazeux assurera la prospérité future de l’industrie gazière de Guinée équatoriale. Je suis fermement convaincu que cela créera des opportunités de développement pour nos citoyens dans les segments en amont et en aval de l’industrie du pétrole et du gaz naturel du pays », a déclaré Lima.

Le cycle d’octroi de licences pour l’exploitation de mines de pétrole et de gaz EG Ronda 2019 a été officiellement lancé par le président de la Guinée équatoriale, SE Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. La ronde propose 26 blocs onshore et offshore, y compris l’ancien bloc R d’Ophir Energy, qui comprend le projet de gaz naturel liquéfié flottant Fortuna, actuellement bloqué, qui est maintenant proposé sous le numéro EG-27.

Des blocs d’exploration libres et des images du bassin côtier ont également été au centre de l’appel d’offres lancé par le ministère des Hydrocarbures de la République démocratique du Congo. Le pays a fait la promotion de sa superficie disponible située dans trois bassins sédimentaires contenant un potentiel pétrolier important, en ciblant la promotion des blocs auprès des sociétés nationales et des pays membres de l’APPO.

«Ce que nous pouvons dire maintenant, c’est que le Congo est un pays d’avenir et que nous pouvons maintenant inviter nos frères africains à investir en nombre, car le potentiel est énorme. Il existe de nombreuses opportunités dans ce pays et nous vous invitons tous à venir investir au Congo », a déclaré le ministre des Hydrocarbures, John Kwet-Mwen Kwet, à l’APPO.

L’APPO a également présenté une présentation du douzième cycle de licences au Gabon, ainsi que des exposés sur les possibilités d’exploration au Nigéria, présentés par Enorense Amadasu, de la Division de la surveillance et de la réglementation en amont du Département des ressources pétrolières du Nigéria, ainsi qu’un aperçu des blocs disponibles au Congo.

En plus des rondes de licences, les ministres ont également encouragé l’exploration sur tout le continent. SE Ezekiel Lol Gatkuoth, ministre du Pétrole, a mis en avant le vaste potentiel d’exploration du Sud-Soudan – 70% du pays restant à explorer. Gatkuoth, avec d’autres, a également plaidé pour une plus grande monétisation du gaz afin de stimuler la croissance économique et l’élimination du torchage du gaz sur le continent.

« Nous devons faire plus d’exploration, et avec le prix actuel du pétrole, je pense que nous pouvons faire des affaires au Sud-Soudan », a-t-il déclaré à l’auditoire d’APPO. «Nous avons beaucoup de blocs vides et nous voulons que tous les investisseurs viennent investir au Soudan du Sud. Pour nous, nous voulons avoir des investissements à long terme avec nos partenaires. Nous devons commencer à nous concentrer sur la manière dont nous pouvons maintenant diriger l’Afrique. ”

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

DOSSIER ONA

Le pétrolier britannique MX Oil change de nom et devient ADM Energy

Published

on

By

Le pétrolier britannique MX Oil change de nom et devient ADM Energy

 Le conseil d’administration du pétrolier britannique MX Oil vient de valider le changement de nom de l’entreprise en ADM Energy. L’entreprise envisage aussi une réorganisation du capital-actions suite à sa récente levée de fonds de 680 000 £.

Le changement de nom d’ADM Energy fait surtout suite au récent investissement stratégique de l’homme d’affaires dubaïote Shaikh Ahmed Bin Dalmook Al Maktoum.

L’investisseur stratégique de la société dispose d’un vaste réseau de contacts influents au sein de l’industrie pétrolière et gazière et le conseil considère son soutien à la société comme une occasion importante.

Il faut dire que l’homme d’affaires a acheté des actions pour 534 000 £ lui offrant 29,86 % du capital social élargi de la société.

Plusieurs autres efforts sont en cours pour préparer l’entreprise à accueillir de nouveaux investissements innovants. Une assemblée générale est en préparation dans ce sens.

« Avec l’appui d’un nouvel actionnaire influent, la société a été repositionnée pour profiter d’occasions qui étaient auparavant hors de notre portée.  Nous avons hâte d’informer le marché de nos progrès », a déclaré Stefan Oliver, le PDG.

ADM Energy est l’opérateur du champ Aje Field situé dans le bloc offshore OML 113. En 2017, les responsables de la compagnie ont décidé qu’outre le pétrole qui est en production sur place, ils vont concentrer leurs efforts dans la production du gaz naturel dont regorge en abondance le périmètre.

Continue Reading

DOSSIER ONA

Sénégal : François Bakou tient tête au Pool Assurance Pétrolière

Published

on

By

Sénégal : François Bakou tient tête au Pool Assurance Pétrolière

Le secteur des assurances au Sénégal est sous tension. La compagnie d’assurance Amsa multiplie les manœuvres pour ne pas rejoindre le Pool d’Assurance des Risques Pétroliers & Gaziers du Sénégal. Pour rappel, le regroupement de sociétés d’assurance agréées sur le marché sénégalais, qui  ambitionne de couvrir les risques pétroliers selon le principe de la coassurance, est une organisation en vertical avec la SEN-RE et le marché International de la Réassurance.

La démarche, une première en zone de la Conférence interafricaine des marchés de l’assurance (CIMA*), allait dans le sens du  renforcement des capacités du Local Content du secteur privé des assurances au Sénégal.
En effet, le Président Macky SALL a décidé depuis l’avènement relative aux découvertes pétrolières et gazières, de réformer le secteur et de l’organiser (mise en place du COS Petrogaz*, renforcement du respect des normes de transparence ITIE*, nouveau code pétrolier, loi sur le local content…) afin que celui-ci puisse avoir une organisation cohérente pour optimiser les retombées des ressources par le renforcement des capacités du contenu local en faveur du secteur privé Sénégalais. Faut il rappeler la déclaration du Président Macky Sall lors du Groupe Consultatif et concernant le local content, notamment celui du secteur des assurance?

Le 21 décembre 2018 à l’Hôtel Salomon de Rothschild, le chef de l’Etat avait estimé qu’en ce qui concerne:« …la gestion de la logistique, ainsi que les services divers, les assurances, tout ça. Nous pourrons travailler avec le secteur privé national et international pour que…cela puisse être propice au développement national… »

L’exception ambigüe d’Amsa

Le secteur des assurances a compris le message lancé par le chef de l’Etat et a souhaité y répondre favorablement en s’organisant par la mise en place d’un Pool dédié aux risques Pétroliers et Gaziers. Aujourd’hui ce Pool est fonctionnel et l’ensemble des compagnies sont membres à une exception ambiguë d’AMSA.

Ambiguë car cette dernière a envoyé un courrier officiel désignant Déthié AW comme représentant ses  intérêts au sein du Pool, mais au même moment AMSA ne signe pas les statuts. Deuxième fait qui souligne l’ambiguïté d’AMSA, elle appose sa signature et son cachet sur une affaire venant du Pool, pour ensuite envoyer un courriel indiquant qu’elle  souhaitait annuler sa participation. Quelle explication donner à des  positions aussi contraires ?
Quel est le message que fait passer François BAKOU qui manoeuvre pour s’arroger l’ensemble des programmes d’assurance sur le pétrole et le gaz au Sénégal, risque qui couvre une matière première Sénégalaise, qui selon la constitution appartient au peuple sénégalais? En principe, les retombées liées à ce programmes doivent avant tout être gérées en toute transparente dans leur réintégration au sein de l’économie Sénégalaise.

Avant la création du Pool, un comité Scientifique avait été mis en place avec comme membres Mamadou DIOP, DG de la SONAM, Alioune DIAGNE, DG d’AXA Assurance Sénégal, Majdi YASSINE, Administrateur Directeur Général de SAHAM Assurance Sénégal (membre du Groupe SANLAM).
Ce comité scientifique était présidé par Adama NDIAYE, actuel Président de la FANAF, ancien Commissaire Contrôleur de la Cima, Ex DGA d’AVENIR RE, Ex-DG de SEN RE et administrateur dans plusieurs compagnies d’assurances en zone CIMA.
Après un travail de bencharmaking des expériences liées à la couverture des assurances des activités pétrolières à l’échelle mondiale et particulièrement africaine, la conclusion de l’étude était claire et se résumait à la mise en Place du Pool Pétrolier et Gazier.
Les avantages d’un tel Pool sont multiples pour ne citer que la construction commune au niveau d’un marché d’un contenu local fort, l’optimisation du cost-oil  en faveur de l’Etat par la mise à profit de l’expérience du marché sénégalais en matière de négociation sur le marché international de la réassurance, la surveillance de la règlementation en matière d’assurance et de réassurance avec la participation de la SEN RE, la génération d’un revenu pour le secteur pouvant allant jusqu’à 25% du montant de la prime d’assurance, soit environ 10 milliards par an, qui pourront contribuer aux souscriptions des émissions obligataires de l’Etat du Sénégal.

Faut-il le rappeler, les compagnies d’assurances du Sénégal sont les premières contributrices aux émissions obligataires de l’Etat et des bons du trésor sénégalais. Pour conforter ce trend, les experts estiment qu’il faut éviter un traitement des opérations réductrices par la mise en place de fronting sous-rémunéré, ce procédé dévastateur qui réduit la compagnie d’assurance à un simple intermédiaire pour des risques qui sont rétrocédés entièrement à l’extérieur.

Le local content face aux lobbys puissants

Malheureusement, c’est ce scénario du fronting, contraire aux vœux du président Macky Sall sur l’implication du secteur privé, et aux toutes dernières réformes de la CIMA, qui est privilégiée par certains lobbyistes.
A commencer par le Sénégalo-ivoirien François Bakou, qui veut jouer en solo, fortement soutenu par Marsh Sénégal, qui est détenu minoritairement par le groupe Marsh Mc Lennan, une maison de courtage internationale, et, susurre-t-on, quelques cadres de la Direction de l’Assurance.

La compagnie Amsa détenue en majorité par François BAKOU, avait , rappelons-le, reçu un marché de plus de 10 milliards de FCFA concernant l’IFC de la SENELEC en 2017. Cette même structure avait fait les gros titres dans les affaires de la Société Africaine de Raffinage (SAR) et de l’ARTP (régulateur des télécoms ), affaires pour lesquelles l’Inspection Générale d’Etat et la Cour des Comptes avaient épinglé AMSA…

Pourquoi le puissant François Bakou fait aujourd’hui un pied de nez au marché sénégalais ? Certains prétendent qu’il trouve sa protection en très haut lieu, ce qui du reste est  à vérifier… Bénéficierait-il d’une caution lui permettant de concourir en solo pour assurer à lui seul et par devers Amsa, un risque pétrolier ?
D’aucuns parlent de potentiel conflit d’intérêt en rappelant que le Directeur des Assurances, Mamadou Dème, est aussi administrateur au sein la compagnie AMSA…, au nom des parts ultra minoritaires que l’Etat avait acquis dans cette compagnie.
Certains pensent, que la posture doit être clarifiée dans les plus brefs délais, et que cette situation ne saurait se maintenir pour des raisons d’éthique et de déontologie,  le régulateur doit être équidistant de l’intérêt d’une seule compagnie, qu’il doit contrôler. Un Directeur Général de la place indique que  « cette situation est explosive, elle met en danger tout un secteur, et expose la crédibilité de l’Etat et ses démembrements. D’ailleurs pourquoi la Direction des Assurances continue à occuper un tel poste qui compromet sa légitimité d’autorité de contrôle? »
Pour confirmer les propos de ce DG, nos analystes politiques indiquent que le Président Macky SALL dans son nouveau mandat souhaite mettre de l’ordre pour renforcer les institutions. La feuille de route se dessine petit à petit, mais ce que nos analystes retiennent sont deux messages lancés par le chef de l’Etat, le premier, à l’endroit des Ministres, pour leur rappeler que « les postes ministériels ne sont pas éternels», et le second message est d’avoir « … le sens de l’écoute, le dialogue social avec les acteurs des différents secteurs, ainsi que l’ouverture à toutes les forces vives de la Nation». En outre, le président Sall exhorte le gouvernement de concentrer ses efforts à «…la promotion du secteur privé »

Les objectifs communs entre Amsa et Marsh Sénégal se reflètent parfaitement dans les récentes  déclarations de Cheikh Bâ, le DG de Marsh Senegal, estimant que le risque pétrolier «ne peut être assuré par le marché sénégalais» ?
Ces déclarations, selon l’ensemble du marché,  sont totalement infondées. Les acteurs du secteur  ont indiqué qu’ils comprennent mieux aujourd’hui l’objectif des déclarations de Cheikh BA qui serait  de court circuiter tout un marché au nez et à la barbe de l’économie sénégalaise…

Nos enquêtes ont révélé que le marché Sénégalais présente un vraie et réelle compétence depuis des années, qui se confirme par une garantie sous capitaux de près de 15 Milliards de USD et cela sur seulement 10 clients. Par ailleurs, le marché,  à travers Saham Assurance,  avait assuré les phases d’exploration de CAIRN ENERGY pour des capitaux sous garanties de quelques centaines de millions de USD.  Pourquoi donc, au regard des états de service du secteur,  un «professionnel» des assurances comme MARSH sous-estime-t-il le marché qui, pour information, est en train de devenir le deuxième marché d’assurance de la Zone CIMA ?

Le Pool souscrit son premier contrat

Pour confirmer l’effectivité du Pool, Majdi YASSINE, et Adama NDIAYE, respectivement, Président et Directeur Exécutif du Pool d’Assurance des Risques Pétroliers et Gaziers, viennent d’annoncer la réalisation de la première affaire en assurant une plateforme pour des capitaux de près de 130 milliards de FCFA, avec une coassurance qui a permis de servir toutes les compagnies d’assurance (28 sur 29, seule Amsa n’a pas souscrit), créant ainsi une solidarité sans précédent sur le marché. Cette affaire souscrite en collectif augure de belles perspectives de la mise en commun des compétences et capacités de tous. Dans ce qui constitue une première, le Pool a collaboré avec le marché international de la réassurance notamment celui de Londres et selon les critères exigés par les bailleurs de fond. L’opération ainsi bouclée démontre à suffisance que le marché sénégalais est assez mature et compétent pour structurer des solutions à des standard internationaux.

D’ailleurs, les autres courtiers internationaux spécialisés dans la réassurance à l’international ont,  contrairement à MARSH, approché le marché à travers le Pool, pour manifester leur soutien à cette initiative et leur disposition à œuvrer pour la construction d’un marché structurant au profit du Sénégal par la mise à disposition de capacités dépassant 3 milliards de USD. Une stratégie apparemment qui ne s’inscrit pas dans les objectifs du Groupe Marsh McLennan qui, à travers Marsh Sénégal,  participe, en collaboration avec AMSA, à déstabiliser le pool pétrogaz. Comment la Direction des Assurances compte-t-elle jouer son rôle, qui rappelons le, est de  favoriser toute initiative portée par un marché afin d’en soutenir son développement et sa cohésion ? La Direction des Assurances actuelle sera-t-elle aussi courageuse et visionnaire pour accélérer le processus d’arrêté Ministériel pour participer de manière inclusive à l’émergence du secteur des assurances au Sénégal, comme cela avait été fait de façon courageuse et transparente en 1998 pour les risques de Transports Public des Voyageurs, ce qui avait permis de réunir tout un marché pour éviter la faillite d’une classe de risque sensible ? Cèdera-t-elle face à l’obstination d’une seule compagnie ? Alors qui a intérêt à faire saborder le pool petrogaz?

Source :  Financial Afrik

Continue Reading

DOSSIER ONA

Sénégal : Nouveau code pétrolier, plus innovant

Published

on

By

Sénégal : Nouveau code pétrolier, plus innovant

Le nouveau code pétrolier adopté le 24 janvier 2019 par l’Assemblée Nationale en remplacement de la loi n°98-05 formant ancien code pétrolier, a eu pour objectif de mettre le dispositif législatif en adéquation avec le contexte actuel.

Il apporte plusieurs innovations. Les principales sont les suivantes:

  • Consécration du droit de propriété au bénéfice du peuple sénégalais et non de l’Etat
  • Changement de dénomination des titres miniers d’exploitation (remplacement de « permis de recherche » par « autorisation de prospection » et « concession d’exploitation » par « autorisation exclusive d’exploitation »
  • Limitation de la possibilité d’entreprendre des opérations pétrolières (uniquement les personnes morales de droit sénégalais ou l’Etat par le biais de personnes morales de droit sénégalais ou de la société pétrolière nationale)
  • Introduction d’un « ticket d’entrée » à payer par le titulaire du contrat pétrolier à l’Etat
  • Abrogation du régime de dérogation fiscale
  • Introduction d’une obligation d’information du Ministre en charge du secteur pétrolier sur les résultats obtenus lors des travaux de prospection et sur les mouvements de fonds
  • Introduction d’une obligation de communication au public concernant tous les revenus dus et perçus par l’Etat et les réalisations sociales effectuées par les entreprises pétrolières et gazières
  • Création d’une Commission d’examen et de négociation des contrats pétroliers
  • Réduction de certains délais pour une exécution plus rapide des travaux (période de détention de 3 à 2 ans pour les hydrocarbures liquides et de 8 à 5 ans pour les hydrocarbures gazeux, période d’exploitation provisoire de 2 ans à 6 mois, période d’exploitation de 25 ans à 20 ans)
  • Modification du calcul du coût pétrolier avec fixation d’un pourcentage maximal (entre 55% et 70%)
  • Hausse des taux de redevance sur les productions de pétrole brut ou de gaz naturel (entre 6% et 10%)
  • Précisions relatives aux modalités de recouvrement du loyer superficiaire auparavant fixées par le contrat
  • Définition du prix de vente des hydrocarbures correspondant au prix du marché au point de livraison des hydrocarbures
  • Introduction de l’étude d’impact social en plus de l’étude d’impact environnemental
  • Possibilité de recours à des modes alternatifs de règlement des conflits (bons d’offices, médiation, conciliation, arbitrage ou tout autre mécanisme juridictionnel ou non convenu par les parties)

Continue Reading
Advertisement
Advertisement

Tendance

%d blogueurs aiment cette page :