DOSSIER ONA

Rapport de marché Pétrole et Gaz : La NNPC reste le principal fournisseur de gaz



Rapport de marché Pétrole et Gaz : La NNPC reste le principal fournisseur de gaz


Rapport de marché Pétrole et Gaz : La NNPC reste le principal fournisseur de gaz



NIGERIA

Le Dr Maikanti Baru, directeur général du groupe (Nigerian National Petroleum Corporation – NNPC) lors de l’ouverture officielle de la conférence sur le pétrole et le gaz au Nigeria à Abuja en 2019, a dressé une liste de plus de 8 milliards de dollars de transactions actuellement gérées et poursuivies par la NNPC depuis le début de 2019.

Il a déclaré que la NNPC participait à des financements et avait signé un protocole d’accord d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, parmi lesquels: le projet NNPC / SPDC Santolina III, le projet NNPC / MPN Satellite Field Development II, le financement par une tierce partie de la NNPC / NAOC (Nigeria Agip Oil Company) Projet de centrale électrique indépendante Okpai II, NNPC / TEPNG (Exploration totale et production au Nigéria) Projet de développement Ikike.

Le Dr Baru a déclaré que la société avait initié avec succès l’accord-cadre de MoU conclu entre NNPC et la société nigériane de gaz naturel liquéfié, prévoyant l’octroi d’un financement d’environ 2,5 milliards de dollars US pour la tranche de paiement payable par NNPC sur des projets de fourniture de gaz en amont destinés aux coentreprises SPDC, TEPNG et NAOC.

Il a ajouté que la NNPC avait également entamé des négociations sur les accords de financement et de services techniques pour les actifs identifiés de la Nigeria Petroleum Development Company – les OML 13, 65 et 111, le financement par une tierce partie du projet de gazoduc Ajaokuta-Kaduna-Kano, de nouvelles activités d’exploration et des activités sismiques. acquisition, traitement et interprétation des données pour le forage du puits Kolmani River-2 dans la cuvette de la Benue.

En ce qui concerne le gaz, M. Baru a déclaré que le Nigéria disposait de la 9ème plus grande réserve de gaz au monde, avec des réserves de gaz de 201 000 milliards de pieds cubes et un potentiel de hausse d’environ 600 milliards de pieds cubes. Il a également révélé que la NNPC restait le principal fournisseur de gaz du secteur de l’électricité du pays et avait attribué cet exploit à la stratégie de gestion efficace adoptée par les dirigeants actuels de la société, ajoutant que la NNPC participait à la croissance durable avec plusieurs projets critiques qui auraient un impact sur la chaîne de valeur de l’industrie.

M. Baru a exprimé sa satisfaction devant le niveau de réalisation enregistré dans le cadre du guide stratégique adopté par la direction de la NNPC (BUFA), qui indique que les résultats escomptés de l’effort actuel dépasseront les jalons actuels.

Alhaji Mele Kyari, futur directeur général de la NNPC, a salué le leadership de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour la prolongation de neuf mois de la production de pétrole supprimée dans le cadre de la «Déclaration de coopération» visant à améliorer le marché mondial du pétrole stabilité entre les membres de l’OPEP.

L’industrie pétrolière dans le cadre de cette coopération, les pays membres et non membres de l’OPEP, a accéléré la stabilisation du marché mondial du pétrole grâce à des ajustements volontaires de la production, qui s’élevaient à 1,8 million de barils par jour (bpd).

Lors de la réunion de l’OPEP à Vienne, Kyari a noté que la tarification et le volume des produits restaient des facteurs essentiels pour assurer une génération de revenus durable au Nigéria, exprimant ainsi l’engagement de la NNPC dans la réorganisation des raffineries.

GHANA

Le gouvernement ghanéen a accordé à Eni et à son partenaire Vitol les droits d’exploiter le bloc WB03, situé dans les eaux moyennement profondes du prolifique bassin du Tano. Le bloc est situé à environ 50 km au sud-est du FPSO John Agyekum Kufuor (JAK), qui produit actuellement du pétrole et du gaz à partir du champ de Sankofa.

Ce développement permettra à Eni de renforcer sa présence au Ghana. Eni sera l’opérateur de la licence avec une participation de 70%, tandis que Vitol détiendra les 30% restants. La coentreprise comprendra également la Ghana National Petroleum Corporation (GNPC) et une société enregistrée localement qui seront identifiées au moment de la finalisation du contrat, ce qui est soumis à l’approbation des autorités.

La dernière attribution est l’aboutissement du premier appel d’offres international du Ghana. Au cours de cette épreuve, cinq blocs ont été proposés dans des profondeurs allant de 100 à 4 400 m. Eni détient les droits sur les zones de développement de Sankofa et de Gye Nyame, ainsi que sur la zone d’exploration et de production du CTP-Block 4 dans le bassin de Tano au Ghana.

GLOBAL

Jeudi 4 juillet, les prix du pétrole ont baissé, les inquiétudes de la demande continuant d’exercer une pression à la baisse sur le secteur. Les échanges devaient être minces en raison des vacances du 4 juillet aux États-Unis.

Les contrats à terme sur le pétrole brut West Texas Intermediate ont chuté de 33 cents à 57,01 USD à 07h28 (11h28 GMT), tandis que le Brent s’échangeait de 9 cents à 62,73 USD.

Le rapport hebdomadaire de la US Energy Information Administration indiquait une diminution de 1,1% des stocks de brut. millions de barils au cours de la semaine se terminant le 28 juin, en-deçà des attentes d’un tirage d’environ 2,96 millions de barils, laissant planer un doute sur la demande alors même qu’elle se trouve en plein milieu de la saison de conduite aux États-Unis.

Plus tôt cette semaine, l’OPEP et ses alliés ont convenu de prolonger les réductions de production jusqu’en mars 2020. La nouvelle a eu peu d’impact sur les prix car les marchés ont chuté cette semaine, craignant un ralentissement de la croissance de la demande de pétrole résultant des incertitudes entourant le développement du commerce sino-américain.

Leave a Response