Connect with us

DOSSIER ONA

Rapport de marché Pétrole & Gaz : La Guinée équatoriale lance le premier stockage de GNL sur la côte ouest africaine

Published

on

Rapport de marché Pétrole & Gaz : La Guinée équatoriale lance le premier stockage de GNL sur la côte ouest africaine

NIGERIA

La Société nationale nigériane du pétrole (NNPC) a annoncé que 15 sociétés pétrolières avaient remporté l’appel d’offres pour sa vente directe de pétrole brut et leur achat direct 2019/2020. Le contrat est pour un an, du 1er octobre 2019 au 30 septembre 2020. En vertu du contrat DSDP, la NNPC vend du pétrole brut directement aux raffineurs offshore et reçoit des produits raffinés en retour. La NNPC vise environ 14 milliards de litres de produits fournis par le PDD 2019/2020.

Les sociétés gagnantes sont: BP Oil International Ltd / AYM Shafa Ltd, Vitol SA / Calson-Hyson; Totsa Total Oil Trading SA / Total Nig. Plc, Gunvor International BV / AY Maikifi Oil & Gas Co. Ltd; et Trafigura Pte Ltd./AA Rano Nig. Ltd, CEPSA SAU / Oando Plc; Mocoh SA / Mocoh Nig. Ltd; Litasco Sa / Brittania-U Nig. Ltd./Freepoint Commodities; MRS Oil & Gas Company Ltd et Sahara Energy Resource Ltd.

La NNPC et le Corps de la sécurité et de la défense civile du Nigéria (NSCDC) se sont engagés à travailler ensemble pour contrôler les activités des vandales de pipeline et des voleurs de pétrole dans le pays. Le directeur général du groupe de la NNPC, Alhaji Mele Kyari, a donné l’assurance lorsqu’il a reçu le commandant général du NSCDC, Abdullahi Muhammadu, aux tours de la NNPC.

Dans le cadre des efforts visant à débarrasser le pays de la menace de vandales sur un pipeline, la nouvelle direction de la NNPC mettait en place un système de protection du pipeline basé sur les performances afin de permettre une sécurité appropriée. Alhaji Kyari a fait remarquer que la collaboration entre la NNPC et la NSCDC avait permis de garantir un approvisionnement et une distribution ininterrompus de produits pétroliers par les pipelines et divers dépôts.

Le Conseil nigérian pour le développement du contenu et la surveillance (NCDMB) investit dans des fonds propres pour la création de deux raffineries modulaires dans les États de Imo et Bayelsa, qui produiront un total de 17 000 barils de pétrole brut par jour.

L’investissement en capital servira à l’établissement d’une raffinerie modulaire de 5 000 barils par Waltersmith Refining and Petrochemical Company Limited à Ibigwe, dans l’État d’Imo, ainsi que dans la raffinerie modulaire Hydroskimming de 12 000 barils par Azikel Petroleum Limited à Obunagha, à Gbarain, dans l’État de Bayelsa.

La raffinerie Waltersmith devrait être achevée en mai 2020. La raffinerie Azikel devrait être achevée en 2021. Environ 300 000 litres de diesel par jour, en plus de divers volumes de naphta, de kérosène et de mazout sont attendus de Waltersmith, tandis qu’Azikel produira environ 1,5 million de litres ou 50 camions d’essence par jour, dont 170 000 litres de diesel et d’autres produits.

Le secrétaire exécutif du conseil d’administration, Simbi Wabote, a déclaré que les deux projets de raffinerie modulaire offrent d’énormes perspectives en termes de création d’emplois, de rétention de valeur, de disponibilité de produits pétroliers et de développement des capacités nationales.

GUINÉE ÉQUATORIALE

La Guinée équatoriale a inauguré la première usine de stockage et de regazéification de GNL construite sur la côte ouest africaine. L’infrastructure d’importation sera installée pour encourager l’importation et l’utilisation du gaz africain en Afrique même.

La construction de la nouvelle usine est réalisée par l’entrepreneur local Elite Construcciones, dans le port d’Akonikien, sur la partie continentale de la Guinée équatoriale. Avec une capacité de stockage de 14 000 mètres cubes dans 12 réservoirs de balles, il s’agit du premier du genre et permet la distribution de GNL sur le continent. En plus de l’infrastructure de stockage et de regazéification, Elite installe également une station de chargement de camions et 12 km de conduites de gaz et de diesel.

SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures, a déclaré que le terminal était le premier de nombreux projets à venir dans le cadre de l’initiative LNG2AFRICA. Le ministre Lima a déclaré: « LNG2AFRICA a pour objectif clair de développer des projets de GNL à petite échelle pour fournir du gaz aux pays et régions disposant d’infrastructures limitées. »

Le projet Akonikien est un exemple de solution énergétique rentable et propre répondant aux besoins énergétiques de la Guinée équatoriale continentale. Une fois stocké et regazéifié, le gaz sera transporté par des camions et des pipelines vers diverses industries telles que l’électricité et le ciment.

GLOBAL

Jeudi 22 août, les prix du pétrole ont augmenté alors qu’une augmentation inattendue de l’activité des entreprises de la zone euro donnait aux traders un peu de répit pour les inquiétudes économiques, alors que l’espoir que l’OPEP ait la possibilité de nouvelles réductions de l’offre soutenait le sentiment.

Les prix à terme du brut West Texas Intermediate aux États-Unis ont gagné 52 cents à 56,20 dollars le baril à 7h48 (HE) (11h48 GMT), tandis que les contrats à terme du brut Brent ont progressé de 50 cents à 60,80 dollars. Le rapport hebdomadaire de la US Energy Information Administration (EIA) a révélé une baisse des stocks de pétrole brut de 2,7 millions de barils pour la semaine se terminant le 16 août, par rapport aux prévisions des analystes, qui prévoyaient une chute de 1,9 million de barils.

Cependant, les stocks d’essence ont augmenté de 312 000 barils et les approvisionnements en distillats ont augmenté de 2,6 millions de barils. Les négociants s’inquiétaient des perspectives de la demande mondiale en pétrole face aux tensions commerciales persistantes entre les États-Unis et la Chine.

Dans le même temps, le rapport de Reuters cite des données de l’OPEP montrant que sa part de l’offre mondiale de pétrole est tombée à 30%, son niveau le plus bas depuis une décennie, mais l’agence a conclu que l’OPEP ne serait pas obligé de modifier sa politique de production.

Le stratège de SEB a déclaré que la perte réelle de parts de marché revenait à l’Iran et au Venezuela et non à des acteurs tels que l’Arabie saoudite, la Russie et l’Iraq. L’Irak pompe actuellement au-dessus du plafond de production convenu, tandis que la Russie a augmenté sa production en moyenne de 180 000 b / j ce mois-ci par rapport aux niveaux de juillet.

DOSSIER ONA

Afrique du Sud – Nouvelle loi sur le pétrole : le gouvernement prendra une participation gratuite dans des projets énergétiques

Published

on

By

Afrique du Sud - Nouvelle loi sur le pétrole : le gouvernement prendra une participation gratuite dans des projets énergétiques

Dans le cadre d’une révision des conditions précédemment présentées, le ministère des Ressources minérales et de l’Énergie (DMRE) a informé le Parlement vendredi qu’il envisageait d’adopter une loi qui permettra au gouvernement de participer aux nouveaux projets pétroliers et gaziers.

La nouvelle loi, qui en est encore au stade de la rédaction, verra le gouvernement garantir la propriété de 10% de tous les projets énergétiques en phase d’exploration et les droits sur 10% de leur production sans aucun frais.

Ntokozo Ngcwabe, directeur général adjoint de la DMRE, a déclaré que la loi garantirait la sécurité de l’industrie pétrolière du pays et a souligné que l’absence de réglementation dans ce secteur avait entravé le développement.

La législation, qui sera soumise au Parlement au quatrième trimestre 2019, fournira aux sociétés pétrolières et gazières déjà titulaires de droits d’exploration des informations plus claires sur les conditions commerciales du gouvernement. M. Ngwabe a indiqué que l’un des termes du contrat inclurait que le ministre des Ressources minérales et de l’Énergie, Gwede Mantashe, aurait le droit de réserver des blocs d’exploration aux partenaires noirs de l’autonomisation économique.

«Le ministre aura le pouvoir de réserver un ou plusieurs blocs à 10% d’entreprises noires aux exigences assouplies. Le projet de loi habilitera également le ministre à élaborer une charte des ressources pétrolières afin de poursuivre le programme de transformation », a déclaré M. Ngcwabe.

En 2015, le gouvernement a laissé le secteur de l’énergie du pays dans l’incertitude après avoir annoncé son intention de donner à l’État une participation gratuite de 20% dans tous les projets pétroliers et gaziers et le droit d’acquérir 60% supplémentaires à un prix déterminé par le gouvernement. Etat.

En conséquence, le major pétrolier britannique Shell a quitté Orange Bassin en 2017, en invoquant l’incertitude politique.

Cette nouvelle loi vise à rassurer les investisseurs, nouveaux et potentiels, ainsi que des sociétés telles que Total, qui a annoncé en février une découverte importante de gaz au large de la côte sud de l’Afrique du Sud, et Shell, qui a depuis acquis une participation de 40% dans des blocs en eau profonde 5 , 6 et 7 dans la même zone.

En plus de ses propres termes, le DMRE propose que le Trésor national rédige un projet de loi distinct qui facturera aux entreprises du secteur de l’énergie des redevances sur leurs bénéfices allant de 0,5% à 5%.

La nouvelle loi avait été annoncée pour la première fois en novembre dernier par le ministre Mantashe, qui avait alors déclaré que l’exploration dans le secteur de l’énergie en Afrique du Sud ne pouvait être différée, et avait expliqué que l’intention de DMRE était «d’accélérer les investissements et de renforcer la confiance des investisseurs dans l’économie».

La conférence et l’exposition Africa Oil & Power (AOP) sont organisées en partenariat avec le Département des ressources minérales et de l’énergie. la Chambre de commerce et d’industrie d’Afrique du Sud; South African Oil & Gas Alliance et la Chambre de commerce et d’industrie de Durban.

La ministre Mantashe prononcera un discours liminaire à l’AOP 2019.

La conférence mettra également en vedette des conférenciers d’entreprises appartenant au groupe CEF, SANEDI, PetroSA, NERSA, iGas et PASA.

Continue Reading

DOSSIER ONA

Rapport de marché Pétrole & Gaz : BW Energy poursuit les développements au large du Gabon

Published

on

By

Rapport de marché Pétrole & Gaz : BW Energy poursuit les développements au large du Gabon

NIGERIA 

La société nigériane de gaz naturel liquéfié (NLNG) a signé une lettre d’intention pour le contrat EPC (Engineering, Procurement and Construction) avec le consortium SCD Joint Venture (JV), portant sur la construction d’un septième train à l’usine de Bonny LNG.

Le consortium est composé de Saipem (Italie), Chiyoda (Japon) et Daewoo (Corée du Sud). La construction du train 7 augmentera sa production actuelle de 22 à 30 millions de tonnes / an.
La société nigériane nationale du pétrole (NNPC), qui détient une participation de 49% dans NLNG, a déclaré s’attendre à ce que la décision d’investissement finale concernant le projet soit prise au début d’octobre 2019. Les autres partenaires du projet sont Shell, Eni et Total.

Eland Oil & Gas a annoncé l’achèvement de la phase de forage du puits de développement Gbetiokun-4 par l’intermédiaire de sa filiale commune, Elcrest Exploration and Production Nigeria.
La plate-forme OES Teamwork a terminé les opérations de forage sur le puits Gbetiokun-4; le premier puits à avoir été foré sur le champ de Gbetiokun après l’approbation du Plan de développement du terrain par le Département des ressources pétrolières du Nigéria.

Le puits sera complété en tant que double producteur de pétrole sur les réservoirs E5000 et E7000, dont les épaisseurs totales de la charge nette nette sont respectivement d’environ 63 pieds et de 49 pieds de profondeur verticale réelle (TVD). Le réservoir cible secondaire, E3000, qui a rencontré 48 pieds TVD de solde nette, sera également perforé et placé derrière un manchon coulissant, prêt pour la production à une date ultérieure.
L’achèvement du puits Gbetiokun-4 est prévu pour la fin du mois de septembre 2019. La production débutera immédiatement par la suite, l’installation de production anticipée (EPF) récemment mise en service.

L’EPF est déjà en ligne et gère la production des puits précédents Gbetiokun-1 et -3. Gbetiokun-4 devrait faire passer le débit actuel de 11 à 12 000 barils par jour (bpd) (brut) à environ 16-17 000 bpd (brut).

Après l’achèvement du puits Gbetiokun-4, la plate-forme OES Teamwork commencera ses opérations sur le puits de développement Gbetiokun-5, qui devrait fournir des points de drainage supplémentaires sur les zones réservoirs D9000 et E2000.

GABON

BW Energy, une filiale de BW Offshore, l’exploitant du permis Dussafu, a annoncé qu’elle procédait à une poursuite du puits DH1BM-1 sur le permis Dussafu Marin, situé au large du Gabon, car la découverte pourrait être plus importante que prévu. BW a commencé à forer le puits Hibiscus Updip (DHIBM-1) à la mi-août à l’aide de la plate-forme de forage auto-élévatrice Borr Norve.

Le puits est situé à environ 56 km au large du Gabon, à 116 m de profondeur. À la fin du mois d’août, BW a rencontré des hydrocarbures sur le prospect Hibiscus Updip. Le partenaire de BW, Panoro Energy, a indiqué dans une mise à jour que le puits DHIBM-1 avait été foré sur le prospect Hibiscus Updip et avait atteint une profondeur totale de 3 538 mètres.

Une découverte de pétrole a été faite dans la formation de Gamba avec une colonne d’hydrocarbures de 33 mètres et des porosités moyennes comprises entre 21% et 23%.

Panoro a noté que les premiers résultats de l’enregistrement de la formation de Gamba à Hibiscus Updip sont très encourageants. L’évaluation préliminaire de BW indique que la découverte pourrait être plus importante que les estimations brutes avant forage de 12 millions de barils de ressources potentielles. BW a déclaré que l’hibiscus constituerait un développement distinct du complexe Ruche.

GLOBAL

Jeudi 12 septembre, les prix du pétrole ont chuté après que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a accepté de réduire sa production de pétrole et a demandé à l’Iraq et au Nigéria de réduire leur production afin d’empêcher une surabondance alors que la production américaine augmentait. Les contrats à terme standardisés de l’ouest des États-Unis et du Texas ont chuté de 1,6% à 54,83 dollars le baril à 8h45 HE (12h45 GMT), tandis que les contrats à terme sur le pétrole Brent ont chuté de 1,9% à 59,66 $.
Dans son rapport hebdomadaire du mercredi 11 septembre, la US Energy Information Administration (EIA) a annoncé une baisse des stocks de pétrole brut de 6,9 ​​millions de barils pour la semaine se terminant le 6 septembre, par rapport aux prévisions des analystes selon lesquelles elles seraient réduites à environ 2,7 millions.

Les prix du pétrole sont en baisse d’environ 15% par rapport au sommet atteint en avril, les marchés étant sous pression, craignant que la guerre commerciale sino-américaine ne s’éternise. Les membres de l’OPEP et les non membres de l’OPEP se sont réunis le jeudi 12 septembre avant les discussions politiques qui se tiendront à Vienne en décembre. L’Iraq, deuxième producteur de pétrole de l’OPEP, s’est engagé à réduire sa production de 175 000 barils par jour d’ici octobre, tandis que le Nigéria a accepté de couper 57 000 barils par jour.

L’OPEP a déclaré dans un rapport mensuel que la demande de pétrole dans le monde augmenterait de 1,08 million de bpj en 2020, soit 60 000 bpj de moins que prévu et que le marché serait excédentaire.

En outre, dans le rapport, l’OPEP a abaissé ses prévisions de croissance économique mondiale en 2020 de 3,2% à 3,1% en 2020 et indiqué que l’augmentation de la demande de pétrole de l’année prochaine serait dépassée par la « forte croissance » de l’offre de producteurs concurrents tels que les États-Unis.

Continue Reading

DOSSIER ONA

En 2018, l’industrie pétrolière a brûlé du gaz naturel pour l’équivalent de 16,4 milliards de dollars

Published

on

By

En 2018, l’industrie pétrolière a brûlé du gaz naturel pour l’équivalent de 16,4 milliards de dollars

Selon une étude de la société écossaise d’analyse de données Brainnwave, la valeur du brûlage de gaz naturel dans le monde, a atteint un record de 16,4 milliards de dollars, l’année dernière.   

Cela est dû à une hausse de 3,2 % du niveau de gaz torché entre 2017 et 2018 à 145 milliards de mètres cubes et à une hausse du prix du gaz l’année dernière. Ce dernier a atteint un pic de 4,38 $/MBTU, son plus haut niveau en quatre ans.

« Le brûlage à la torche est un problème environnemental majeur, mais c’est aussi un problème commercial », a déclaré Steve Coates, PDG de Brainnwave.

Les pays qui ont le plus brûlé du gaz à la torche en 2018 sont la Russie, l’Irak, l’Iran et les États-Unis pour un total de 70 milliards de mètres cubes, ce qui est suffisant pour chauffer 38 millions de foyers pendant un an. La société a rappelé que cette analyse a été faite à l’aide d’images satellites nocturnes provenant de données de radiomètres infrarouges.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :