Connect with us

ACTUALITE

Sénégal : La Convention collective dans le secteur du pétrole et du gaz a été signé…pour encadrer le secteur

Published

on

Sénégal : La Convention collective dans le secteur du pétrole et du gaz a été signé...pour encadrer le secteur

Vendredi 02 août 2019, fut marquée d’une pierre blanche dans les annales du syndicat national des travailleurs du pétrole et du gaz affiliés à la Confédération nationale des travailleurs Force du Changement (Cnts-FC) de Cheikh Diop. Le syndicat a signé la Convention collective du secteur du pétrole et du gaz avec le ministère du Pétrole, représenté par Abdoulaye Dia, directeur de cabinet du ministre du pétrole et des énergies, le ministre des Organisations professionnelles, Samba Sy et la présidente du haut Conseil du dialogue social, Mme Innocence Ntap ndiaye.

À en croire le ministre du travail, l’exploitation des ressources pétrolières et gazières contribuera de façon décisive à la transformation structurelle de notre économie, à travers la consolidation de la croissance et le développement de l’industrie pétrolière qui est potentiellement créatrice de richesses, d’emplois, d’inclusion sociale et propice aux investissements privés. Cette opinion est partagée par Abdoulaye Dia. Ainsi la convention prend en charge sept secteurs syndicaux qui tournent autour du raffinage, de la distribution, du stockage, du transport, du maritime, de l’aviation et du transport d’hydrocarbures.

Les travailleurs des secteurs du pétrole et du gaz ont désormais une convention nationale qui encadre et régit leur profession. Le document, composé de 87 articles répartis en 7 titres avec des annexes et une grille des salaires, a été paraphé par les parties prenantes.

En effet, cette convention régit les rapports de travail entre les employeurs et les travailleurs dans les entreprises dont les activités principales exercées dans le territoire national relève du domaine du pétrole et gaz. Il s’agit notamment des principales activités de la branche comme la prospection et la recherche, l’exploitation et la production, le raffinage et le transport par conduit, l’importation et l’exportation ainsi que la commercialisation.

La convention a été élaborée par une commission paritaire composée des représentants des ministères concernés, des entreprises travaillant dans le secteur du pétrole et du gaz, des centrales syndicales et des travailleurs.

Le ministre du Travail, du Dialogue social et des Relations avec les Institutions s’est félicité de l’adoption de cette convention qui, selon lui, a la singularité d’être un outil privilégié de négociation collective, du fait de son caractère fédérateur et démocratique. « Cette convention collective constitue une belle première pour la branche du pétrole et du gaz. Sa signature constitue une étape supplémentaire dans le processus de redynamisation de la négociation collective sectorielle, mais également atteste du génie des partenaires sociaux sénégalais qui privilégient la concertation et l’anticipation dans la gestion des relations sociales », se réjouit le ministre Samba Sy.

En outre, la convention vise l’amélioration de la valeur des indemnités de maladie et de la durée d’indemnisation; l’institution d’une indemnité complémentaire de départ à la retraite venant s’ajouter à l’indemnité du départ à la retraite classique, ainsi que le versement d’indemnités forfaitaires pour faire face à certains évènements familiaux comme la naissance ou le décès.

Des avancées saluées par le Syndicat des travailleurs du pétrole et du gaz. « Cette convention collective, au-delà des pactes sociaux qui ont été signés en 2008 et 2016, nous amène à un autre niveau. Il y a, entre autres, une augmentation de la retraite complémentaire sur sa dernière tranche qui passe de 70 à 75 %. Il y a un quatrième mois qui est intégré. Le 13 mois était déjà généralisé et le 14 mois est en chantier, parce qu’il est conditionné au paiement de la dette, car l’Etat doit un peu aux sociétés. Une fois que ces dettes seront résorbées, ils ont tenu de continuer les négociations pour arriver au 14e mois », explique Sara Konaré, Secrétaire général adjoint du syndicat des travailleurs du pétrole et du gaz.

« En gros, poursuit-il, c’est pour renchérir le pouvoir d’achat du travailleur et améliorer les conditions de travail, surtout dans ce contexte de découverte pétrolière et gazière. Je crois qu’on a besoin d’assainir le secteur pour le futur, pour que personne n’entre dans le secteur en parasite. Avec la convention, les gens qui vont arriver sauront exactement ce qui les régit ».

ACTUALITE

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

Published

on

By

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

Mercredi, lors d’une audience accordée au chef du groupe Sahara Energy, Tope Shonubi, le président Salva Kiir (photo) a mis en garde les compagnies pétrolières opérant dans le secteur pétrolier au Soudan du Sud contre la mauvaise gestion.

« Je ne tolérerai aucune activité irresponsable des compagnies pétrolières au Soudan du Sud », a-t-il martelé au cours de la réunion à laquelle ont assisté plusieurs hauts fonctionnaires du gouvernement, y compris le conseiller de Kiir à la sécurité, Tut Gatluak, le ministre du Pétrole, Awow Daniel, et le ministre de l’Energie Dhieu Mathok.

Cette déclaration intervient dans une période cruciale pour la production pétrolière. La production repart progressivement à la hausse après plusieurs mois de stagnation et surtout grâce à l’accord de paix signé entre le pouvoir et l’opposant Riek Machar. Selon des sources proches du dossier, le président craint une nouvelle rechute de la production, alors que les conditions sécuritaires sont désormais remplies.

Mais l’intervention du dirigeant pourrait également s’expliquer par une forte volonté de gonfler les recettes pétrolières. Celles-ci sont insuffisantes pour faire face aux défis et aux problèmes urgents, Dhieu Mathok notamment les questions sociales.

Continue Reading

ACTUALITE

Nigeria : le président Buhari limoge le ministre du Pétrole Ibe Kachikwu

Published

on

By

Nigeria : le président Buhari limoge le ministre du Pétrole Ibe Kachikwu

Mercredi, le président nigérian Muhammadu Buhari a limogé le ministre du Pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu (photo). Ce dernier a été remplacé par Timipre Silva, au poste de ministre d’Etat chargé du Pétrole, qui « gérera le portefeuille au quotidien ». Le président a gardé l’ensemble du portefeuille pétrolier pour lui, comme lors de son premier mandat.

Aucune justification officielle n’a été fournie pour expliquer ce limogeage brusque du responsable qui a été de toutes les luttes dans le secteur, depuis l’arrivée au pouvoir de Muhammadu Buhari, en mars 2015.

Kachikwu qui était un cadre d’Exxon Mobil et le principal représentant du pays aux réunions de l’OPEP, a été témoin de la chute historique de la production de 2,4 millions b/j à 700 000 b/j en janvier 2016. Pour rappel, cette situation était conjuguée à la faiblesse du prix du baril qui s’échangeait à moins de 30 dollars.

L’ancien ministre a été également l’acteur principal du dialogue avec les insurgés du Delta qui réclamaient une meilleure redistribution de la manne pétrolière et de la reprise de la production. Toutefois, certains analystes locaux estiment que le responsable aurait pu mieux gérer la situation, étant donné que les tensions entre le gouvernement et les militants armés du bassin pétrolier persistent toujours.

Le nouveau ministre d’Etat du Pétrole, qui le remplace est originaire de l’Etat de Bayelsa dont il fut gouverneur, une région située au cœur du bassin pétrolier et qui abrite de nombreux sites de production.

Né en juillet 1964, Timipre Silva est un homme politique qui a toujours milité pour une meilleure industrialisation de l’Etat de Bayelsa. Or, la région abrite une très importante partie des réserves du bassin pétrolier du sud du pays. A son investiture en 2007, en tant que gouverneur, (il a succédé à l’ancien président Goodluck Jonathan, Ndlr), Silva a déclaré : « Bayelsa est le moins développé sur le plan industriel et commercial de tous les 36 Etats du Nigéria ».

Continue Reading

ACTUALITE

Gabon : BW Offshore fournit une mise opérationnelle de ses activités pétrolières

Published

on

By

Gabon : BW Offshore fournit une mise opérationnelle de ses activités pétrolières

Au Gabon, la société pétrolière BW Offshore a annoncé qu’elle a obtenu une prolongation d’un an de son contrat de location et d’exploitation du FPSO Petróleo Nautipa qui opère sur le champ Etame au large, avec Vaalco comme opérateur.

Cette nouvelle prolongation s’étendra jusqu’au troisième trimestre de 2021 avec une option d’extension pour le troisième trimestre de 2022.

Par ailleurs, la société a déclaré avoir produit une moyenne d’environ 350 barils par jour sur le puits Etame 4H au cours du second trimestre de cette année. Cependant, en juillet, le puits a cessé de fonctionner en raison de problèmes techniques. Son partenaire Vaalco procède actuellement à une analyse technique des travaux d’assainissement en vue de rétablir la production.

Le mois dernier, l’opérateur du champ Etame a réalisé une simulation d’acide sur le puits Tchibala 2H. Malheureusement, le puits ne produit toujours pas naturellement. Vaalco élabore actuellement des plans pour y relancer la production.

Tchibala 2H a produit une moyenne de 420 barils par jour au cours du second semestre de 2019.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :