Connect with us

ACTUALITE

Sénégal : Macky Sall désigné « Homme de l’année du secteur pétrolier africain »

Published

on

Sénégal : Macky Sall désigné « Homme de l’année du secteur pétrolier africain »

SE Macky Sall, président de la République du Sénégal, se verra remettre le prestigieux prix «Homme de l’année en Afrique du pétrole» lors de la conférence Africa Oil & Power, qui se déroulera du 9 au 11 octobre. 2019 au Cap. Le président recevra le prix au cours de la conférence et présentera le discours liminaire lors de la conférence annuelle.

Le Sénégal est un point chaud dans le monde pour les découvertes de pétrole et de gaz – bien connu comme le lieu africain où faire de grandes découvertes de pétrole et de gaz, en grande partie grâce à une campagne de dix ans menée par Sall pour améliorer la transparence, créer un environnement d’investissement attractif et susciter nouvelle croissance.

«Alors que les pays africains de tout le continent cherchent à stimuler la croissance et à se diversifier économiquement, le Sénégal est un bon exemple de pays qui fait fonctionner l’énergie – il crée un environnement propice au succès des affaires, attirant d’énormes investissements internationaux, tout en assurant une forte capacité locale et en aval. d’investissement », a déclaré Guillaume Doane, PDG d’Africa Oil & Power. “

SE Macky Sall est l’un des principaux dirigeants africains, non seulement dans les domaines du pétrole et du gaz, mais également en tant que défenseur de la réussite économique globale. Nous sommes honorés de lui remettre ce prix. « 

Sall a d’abord occupé le poste de PDG de Petrosen de 2000 à 2001, avant de devenir ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique en 2001. Après une longue carrière politique au Sénégal, Sall a été élu président du Sénégal en 2012 et a traversé une série de réformes relancer l’économie sénégalaise et attirer les investisseurs internationaux.

«Sur un continent où les conflits frontaliers ont freiné le développement des ressources en mer, le président Macky Sall insiste sur un résultat plus productif. Il a travaillé avec son homologue mauritanien, SE Mohamed Ould Abdel Aziz, à la conclusion d’un accord visant à développer conjointement des ressources offshore dans l’intérêt mutuel des deux pays », a déclaré Jude Kearney, ancien sous-secrétaire adjoint aux industries de service et aux finances au département du Commerce des États-Unis. sous l’administration Clinton et actuellement président de Kearney Africa Advisors.

Cette forme d’accord représente la meilleure pratique pour le développement de ressources transfrontalières et, dans ce cas particulier, est basée sur l’accord historique de Frigg conclu en 1976 entre le Royaume-Uni et la Norvège. Cette affaire a montré que, lorsque les dirigeants travaillent ensemble, des ressources peuvent être développées de manière pacifique au profit des populations des deux pays.

«L’accord entre la Mauritanie et le Sénégal a ouvert la voie au développement du champ de la Tortue grâce à l’unification transfrontalière, avec une répartition initiale des coûts, de la production et des revenus de 50% à 50%, ainsi qu’un mécanisme pour les futures déterminations d’équité fondées sur sur la performance sur le terrain. Cela demande du leadership, de la vision et de la prévoyance ». Suite Kearney
Aujourd’hui, le Sénégal a l’une des économies les plus dynamiques du monde et la plus forte croissance de l’Afrique de l’Ouest. Sall a étroitement guidé le développement de deux projets pétroliers de plusieurs milliards de dollars au large des côtes sénégalaises – le champ pétrolifère SNE de classe mondiale et le projet gazier Greater Tortue / Ahmeyim. Le projet Greater Tortue a atteint la FID en décembre 2018 et a déjà octroyé plusieurs contrats initiaux, dont le contrat EPCIC pour le développement du FPSO nécessaire à Technip pour un montant estimé entre 500 millions et un milliard de dollars. Le gisement de pétrole SNE devrait atteindre le FID cette année. Les deux projets devraient commencer à générer des recettes d’exportation au début des années 2020.

Pour s’assurer que les nouvelles recettes pétrolières du pays profiteront directement au pays, Sall a plaidé pour un nouveau code des hydrocarbures, qui a été approuvé par l’Assemblée nationale cette année, et il a également créé l’agence Cos-Petrogaz pour superviser le secteur pétrolier et gazier et délivrer des licences. . Parmi les autres réformes visant à promouvoir la transparence, citons la limitation des mandats présidentiels de sept à cinq ans, renouvelable une fois, et le lancement du Plan pour le Sénégal émergent en 2014, qui prévoit une planification détaillée du développement social et économique du Sénégal.

La quatrième édition annuelle de Africa Oil & Power, qui se tiendra du 9 au 11 octobre à Cape Town, aura pour thème «Make Energy Work» (Faire fonctionner l’énergie) et se concentrera sur la manière dont le pétrole, le gaz et l’électricité peuvent générer de meilleures opportunités pour les populations des pays africains. et stimuler une croissance économique durable. 
Les leaders de l’industrie pétrolière et pétrolière en Afrique célèbreront les réalisations remarquables de Sall et lanceront des discussions pour que l’énergie soit efficace sur tout le continent.

Le dernier récipiendaire de ce prix a été SE Mohammed Sanusi Barkindo, Secrétaire général de l’OPEP. SE Barkindo a guidé l’OPEP dans l’une de ses périodes les plus turbulentes, marquée par une baisse soutenue du prix du pétrole et une perte de part de marché mondiale. On lui attribue le rétablissement de la stabilité du marché à l’échelle mondiale grâce à l’accord historique conclu entre l’OPEP et les pays non membres de l’OPEP pour réduire la production de pétrole.

ACTUALITE

Afrique du Sud : Total doit forer jusqu’à trois puits d’exploration près de Brulpadda en 2020

Published

on

By

Afrique du Sud : Total doit forer jusqu'à trois puits d'exploration près de Brulpadda en 2020

Le groupe pétrolier français Total devrait forer jusqu’à trois puits d’exploration dans les blocs 11B / 12B au large des côtes sud-africaines. Le premier puits d’exploration est prévu pour le premier trimestre de 2020.

Africa Energy, partenaire de Total dans le bloc, a annoncé la semaine dernière que Total forerait jusqu’à trois puits d’exploration en 2020.

Le premier puits d’exploration, le Luiperd-1, devrait débuter avec la plate-forme Odfjell Deepsea Stavanger au premier trimestre de 2020.

Selon la société, le puits ciblera d’importantes ressources potentielles à environ 40 kilomètres au nord-est de la découverte de Brulpadda, où Total a fait une découverte importante de condensat de gaz en février 2019.

Le bloc 11B / 12B est situé dans le bassin Outeniqua, à 175 kilomètres de la côte sud de l’Afrique du Sud. Le bloc couvre une superficie d’environ 19 000 kilomètres carrés et une profondeur d’eau allant de 200 à 1 800 mètres.

Africa Energy détient 49% des actions de Main Street 1549 Proprietary Limited, qui détient une participation de 10% dans les blocs 11B / 12B.

Total détient une participation de 45% dans le bloc, tandis que Qatar Petroleum et CNRL détiennent des participations respectives de 25 et 20%.

Programme sismique sur les blocs d’Afrique du Sud 

Total a également attribué des programmes sismiques 2D et 3D au bloc. Comme indiqué précédemment, la société française a fait appel à Shearwater GeoServices pour le levé sismique 2D. En outre, Africa Energy a déclaré que Total avait passé des contrats avec PGS pour la deuxième phase de la sismique 3D sur le bloc.

Selon Africa Energy, les deux enquêtes devraient commencer en décembre 2019 et se poursuivre jusqu’en avril 2020.

Shearwater acquerra 3 350 km linéaires de données sismiques 2D avec le MPV SW Cook avec traitement accéléré à bord. Le programme tentera de définir l’inventaire de prospects et de prospects de la grande zone sous-explorée du bloc.

PGS va acquérir 2 200 kilomètres carrés de données sismiques 3D en utilisant le navire sismique PGS Apollo. Cette partie du programme sismique couvrira le reste du fairway Paddavissie afin de mieux délimiter les perspectives et les pistes identifiées lors des précédentes enquêtes.

Jan Maier , vice-président de l’exploration chez Africa Energy, a déclaré: «Suite à la découverte majeure du pétrole et du gaz de Brulpadda en février de cette année, les partenaires de la coentreprise ont mené une étude 3D de 570 kilomètres carrés avec Polarcus en mars et avril.

«Nous avons maintenant analysé les données de carottage et de journalisation de Brulpadda et intégré les données 3D accélérées issues de l’enquête Polarcus . Ces données nous ont aidés à choisir l’emplacement du prochain puits d’exploration, Luiperd-1, qui devrait débuter au premier trimestre 2020 ».

Maier a ajouté: « La première phase des données 3D nous a également permis de mieux comprendre la géométrie et l’épaisseur des séquences de réservoirs, confirmant ainsi le potentiel de ressources important du chenal Paddavissie. »

Africa Energy détient 49% des actions de Main Street 1549 Proprietary Limited, qui détient une participation de 10% dans les blocs 11B / 12B. Total est opérateur et détient une participation de 45% dans les blocs 11B / 12B, tandis que Qatar Petroleum et Canadian Natural Resources Limited détiennent des participations respectives de 25% et 20%.

Continue Reading

ACTUALITE

Sénégal : Woodside veut imposer sa loi au Port autonome de Dakar

Published

on

By

Sénégal : Woodside veut imposer sa loi au Port autonome de Dakar

L’exploitation du champ de SNE, situé en eaux profondes en 100 km du Sud de Dakar commence à polluer les relations entre acteurs. Depuis l’annonce de la présence de gisements de ces ressources naturelles dans le sous-sol sénégalais, la suspicion autour de leur exploitation enfle de jour en jour.

Le contentieux est révélé par Africa intelligence et porte sur la Concession de terminal pour le développement et l’exploitation d’une base de support logistique aux activités pétrolières et gazières offshore. Ce qui explique le lancement, par le Port autonome de Dakar, un appel d’offres pour le choix des sociétés qui seront chargées de l’aménagement et la gestion d’une plateforme logistique pétrolière sur le Port. Seulement, Africa Intelligence redoute que « deux plateformes concurrentes soient mises en place, ce qui fera difficilement sens ». Cette inquiétude est née de l’existence de deux procédures d’appel d’offres.

La société australienne Woodside devenue, depuis décembre 2018, opérateur de la phase de développement du champ Sne et le Port autonome de Dakar cherchent, chacun de son côté, la société ou le groupe de sociétés devant développer et exploiter un terminal de support aux activités pétrolières et gazières.

D’après les informations livrées par Africa Intelligence, Woodside a déjà arrêté une liste de sociétés pour organiser une sélection. Une « incongruité », d’après des acteurs du milieu pétrolier, Woodside ne pouvant pas être opérateur et choisir ses propres prestataires. Au même moment, le Port de Dakar a lancé un appel d’offres. Cette procédure serait du saupoudrage d’après Woodside qui « craint que le directeur général du Port, Aboubacar Sadikh Bèye et le ministre du Pétrole Mouhamadou Makhtar Cissé n’utilisent cet appel d’offres pour désigner certaines firmes », lit-on dans le texte, Mieux, l’on donne des pistes, en citant les société Maritalia de Alioune Ndiaye, Teranga Oil§Gas de Mamadou Lamine Diop et Ehi Otoikhine parmi les favoris du Port.

Le texte précise que Maritalia et Teranga Oil§Gas auraient même créé la société Atlantique Offshore Services (Atos) épaulée par la société de logistique de Singapour Altus afin de remporter le contrat ».

Continue Reading

ACTUALITE

La Côte d’Ivoire à la recherche de majors lors de l’ouverture de sa ronde de licence de pétrole et de gaz

Published

on

By

La Côte d'Ivoire à la recherche de majors lors de l'ouverture de sa ronde de licence de pétrole et de gaz

La Côte d’Ivoire veut plus d’explorateurs de pétrole et de gaz pour relancer la croissance économique, a déclaré le ministre de l’Énergie, Abdourahmane Cissé.

La nation ouest-africaine a ouvert une nouvelle série de licences pour cinq blocs offshore proches de d’autres découvertes et infrastructures, a déclaré Cissé à Abidjan. Le plus grand producteur mondial de cacao a des réserves prouvées de pétrole estimées à 100 millions de barils et des réserves de gaz de 1 000 milliards de pieds cubes, selon l’Administration du commerce international du département du Commerce des États-Unis .

« Nous voulons des entreprises fortes, des entreprises qui ont fait des choses dans d’autres pays », a déclaré Cissé. «Nous voulons nous assurer que les choses iront vite, en termes d’obligation de travail.»

Eni SpA et Total SA ont obtenu des licences d’exploration plus tôt cette année , tandis que les accords pour deux autres blocs doivent encore être conclus. « Notre politique est maintenant que les conditions convenues fonctionnent pour les deux parties », a déclaré Cissé. « Lorsque nous ne sommes pas d’accord, nous ne signons pas. »

Trois des cinq blocs ouverts à l’octroi de licences sont nouvellement zonés, ce qui porte à 51 le nombre total de personnes dans le pays, a déclaré Cissé. Quatre d’entre elles sont en production et 28 en exploration.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :