Connect with us

Non classifié(e)

Sénégal – Mauritanie : Mohamed Abdel Vetah et Mouhamadou Makhtar Cissé s’exprimaient en marge de la deuxième réunion, à Dakar.

Published

on

Sénégal - Mauritanie - Le ministre mauritanien et son omologue sénégalais s’exprimaient en marge de la deuxième réunion, à Dakar.

La deuxième réunion du comité stratégique du projet Grand Tortue Ahmeyim (Gta) pour le développement et l’exploitation du gisement de gaz naturel à cheval entre le Sénégal et la Mauritanie s’est tenue ce lundi. Elle a été présidée par Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre du Pétrole et des Énergies. Il avait à ses côtés, son homologue de la Mauritanie, Mohamed Abdel Vetah.

Le ministre du Pétrole et des Énergies affirme que la transparence est au cœur de la gestion des ressources pétrolières et gazières. «Il ne peut y avoir un meilleur cadre de transparence que de tout régenter par des lois et des décrets. Et c’est le cas du Sénégal», assure Mouhamadou Moukhtar Cissé.  

Au-delà de l’organisation et de l’exploitation des ressources naturelles, des textes sont prévus pour prendre en charge les partages de revenus. Il en est de même pour  le contenu local, lequel intéresse le secteur privé à plus d’un titre. Un cadre législatif et réglementaire est déjà mis en place pour l’organiser.

«Au plus tard, dans la première semaine du mois de juillet, on va organiser un atelier sur le contenu local où tous les acteurs seront invités, pour leur dire qu’il n’y a rien à cacher sur cette question éminemment nationale. L’Etat du Sénégal veut être une maison de verre où tout sera discuté», annonce M. Cissé.

C’est dans cette logique que s’inscrit la volonté du chef de l’Etat d’ouvrir le Cos/Petrogaz à la société civile et à l’opposition, selon le ministre du Pétrole et des Energies. «Mais naturellement, il faudrait encadrer cela pour que ceux qui y siègent puissent, au moins, signer une charte d’éthique qui les astreigne à respecter un certain nombre d’obligations. Parce qu’on ne peut pas siéger au niveau de ces instances et sortir faire des déclarations intempestives qui mettraient en cause la stratégie de l’Etat», prévient Mouhamadou Moukhtar Cissé.

Le ministre mauritanien du Pétrole, de l’Energie et des Mines Mohamed Abdel Vetah assure que le changement prochain à la tête du régime mauritanien ne va en rien entraver la marche du projet Grand Tortue Ahmeyim (GTA) pour le développement et l’exploitation du gisement de gaz naturel à cheval entre le Sénégal et la Mauritanie. 


« Je vous assure (…) que le projet continuera parce qu’il ne s’agit pas d’une question d’hommes, mais de biens supérieurs et du lien entre les deux pays », a-t-il déclaré lundi à des journalistes. Le ministre mauritanien s’exprimait en marge de la deuxième réunion, à Dakar, du Comité stratégique du projet Grand Tortue Ahmeyim (GTA) pour le développement et l’exploitation du gisement de gaz naturel à cheval entre le Sénégal et la Mauritanie.  

Le premier tour de la prochaine présidentielle mauritanienne est prévu le 22 juin, une consultation électorale à laquelle le président mauritanien ne participera pas, la Constitution de son pays lui interdisant de briguer un troisième mandat. 

Le parti au pouvoir a désigné le général Mohamed Ould Ghazouani pour le représenter. « On continuera à avancer ensemble pour que ce projet donne des retombées aux populations des deux pays dans très peu de temps’’, a assuré Mohamed Abdel Vetah, assurant que les deux pays vont continuer à travailler ensemble pour la maximisation des retombées locales dans l’exploitation du gaz et du pétrole dont les premières productions sont attendues en 2022. 

Le Sénégal et la Mauritanie ont convenu de développer et d’exploiter en commun le gisement de gaz dénommé « Grand Tortue Ahmeyim (GTA), mis à jour en 2016, à cheval sur la frontière maritime entre les deux pays. 

En février 2018, le Sénégal et la Mauritanie ont signé un Accord de coopération inter-Etats (ACI) portant sur le développement et l’exploitation du champ GTA, avant de signer, en février de la même année, l’acte additionnel à l’ACI et relatif au régime fiscal et douanier applicable aux sous-traitants. Le début de la production de ce gisement gazier est annoncé en en 2022.

Non classifié(e)

Tchad : Glencore met en vente ses gisements de pétrole dans le pays

Published

on

By

Le géant énergétique Glencore a mis en vente ses actifs pétroliers de Mangara et Badila au Tchad. C’est ce qu’a rapporté, à Reuters, une source proche du dossier, qui a ajouté que cette vente survient dans un contexte de dépréciation de ses périmètres de production, depuis les dix dernières années.

Il faut dire que, déjà avant la chute des prix du pétrole en 2014, la situation était difficile pour l’entreprise suisse, mais après 2014, la valeur des actifs a énormément été affectée par cette situation.

L’annonce de la vente de ces champs pétroliers coïncide avec le départ à la retraite d’Alex Beard, responsable du pétrole chez Glencore ; celui-ci devrait quitter sa fonction à la fin du mois. Elle survient aussi après la séparation de la branche en amont de la société et de celle du marketing.

Un coup dur pour le gouvernement tchadien qui, en moins de trois mois, fera face au retrait de deux des plus grands exploitants pétroliers actifs sur le territoire. En avril dernier, Exxon Mobil avait annoncé la vente de ses actifs dans le pays.

Contrairement à de nombreux pays producteurs de la région subsaharienne, le Tchad accueille très peu de nouveaux investissements dans l’amont pétrolier, une situation qui risque de perdurer, étant donné que Ndjamena élabore très peu de politiques pour relancer l’activité pétrolière stagnante.

Continue Reading

Non classifié(e)

Congo : La société nigériane Pelfaco signe un accord de partage de production pour un bloc pétrolier au large du pays

Published

on

By

Congo : La société nigériane Pelfaco signe un accord de partage de production pour un bloc pétrolier au large du pays

La société indépendante nigériane Pelfaco vient de conclure un accord de partage de production pétrolière avec la société publique congolaise du pétrole (SNPC), sur un bloc dont la taille des ressources est de 32 millions de barils. Pour l’instant, très peu d’informations existent sur les détails de l’accord et les spécificités du périmètre.

Le ministère congolais du pétrole a déclaré dans un communiqué, que le champ est situé dans le sud du pays et que le contrat sera valable pour une période de 25 ans. Les autres détails importants sur le permis devraient être connus lors des premières activités de mise en valeur du site.

Pelfaco est dirigée par Gesi Asamaowei, un homme d’affaires de la région du Delta du Niger qui, dans son pays d’origine, a obtenu plusieurs licences dans le cadre des efforts du Nigéria pour augmenter l’empreinte des entreprises locales dans la chaine de valeur.

La société offre surtout des services de construction clés en main dans le pétrole et le gaz, y compris la gestion de projets.

Olivier

Continue Reading

Non classifié(e)

L’Egypte envisage de lancer un nouveau cycle de licences dans la partie occidentale de la Méditerranée

Published

on

By

L’Egypte envisage de lancer un nouveau cycle de licences dans la partie occidentale de la Méditerranée

En Egypte, une source proche de la société publique du gaz naturel (EGAS) a confié à la presse spécialisée que le gouvernement réfléchit à lancer un nouveau cycle d’octroi de licences d’exploration dans la partie occidentale des eaux de la Méditerranée.

Selon les informations fournies, on s’attend à ce que 11 blocs soient mis aux enchères dans le cadre de cette offre et aucune information n’est disponible sur la date de lancement du processus.

Il faut rappeler que deux cycles avaient récemment été lancés dans la même zone, ce qui prouve l’intérêt du marché pour cette zone hautement prolifique en gaz naturel. Le Zohr découvert à quelques miles de la nouvelle région prospective abritait jusqu’à 32 Tcf de gaz naturel.

En février, BP, Eni, Shell et ExxonMobil ont fait partie des sociétés qui se sont vu attribuer des blocs, dans le cadre d’un vaste programme d’exploration couvrant un certain nombre de blocs offshore en Méditerranée orientale et certaines zones onshore.

Un cycle a également été lancé en mars pour 10 blocs dans le secteur égyptien de la mer Rouge.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :