Connect with us

Non classifié(e)

Yinson exploitera un FPSO pour First E & P au Nigéria

Published

on

Yinson exploitera un FPSO pour First E & P au Nigéria

First Exploration & Petroleum Development Co. a confié à Yinson Holdings l’exploitation d’un FPSO pour les découvertes pétrolières Anayala et Madu au large du Nigéria.

Les gisements sont situés dans des concessions minières pétrolières 83 et 85 dans le delta du Niger en eaux peu profondes, à 40 km au large de l’État de Bayelsa.

First aurait décidé de nommer Abigail-Joseph pour le FPSO, coque nue, qui pourrait commencer à opérer sur les champs d’ici la fin de l’année.

La valeur totale du contrat, qui comprend les opérations et la gestion, s’élèverait à plus de 900 millions de dollars.

Continue Reading
Click to comment

Laisser un commentaire

Non classifié(e)

Centurion nommé premier cabinet juridique de la Guinée équatoriale

Published

on

By

Centurion nommé premier cabinet juridique de la Guinée équatoriale

Chambers & Partners a une nouvelle fois classé le groupe Centurion au rang de premier cabinet d’avocats en Guinée équatoriale (Band 1). Chambers Global 2019 décrit Centurion comme « l’une des meilleures entreprises du marché, qui est très respectée dans l’industrie du pétrole et du gaz. »

Chambers ajoute que Centurion est « un cabinet dominant en Guinée équatoriale avec une pratique des ressources naturelles de premier plan sur le marché. L’équipe agit pour le compte de clients publics et privés du secteur du pétrole et du gaz et participe à plusieurs projets majeurs dans le pays. Les personnes interrogées soulignent rapidement son vaste réseau de bureaux en Afrique et sa capacité à gérer de grands mandats transactionnels. »

Centurion est le seul cabinet d’avocats indépendant classé dans la catégorie Band 1 de Chambers & Partners en Guinée équatoriale, reconnaissant sa contribution au secteur de l’énergie et ses antécédents impressionnants de conseil en matière d’opérations pétrolières et gazières.

« C’est une grande satisfaction que d’être reconnu par des pairs locaux et internationaux, dans un secteur comme le nôtre, où travail acharné et reconnaissance sont essentiels au leadership de notre société et à nos clients, a déclaré Anselmo Eworo Milan, avocat du groupe Centurion à Malabo.

« Nous continuons à nous sentir chanceux d’être le cabinet de choix des principales sociétés pétrolières, des sociétés de services et du secteur public du pays alors qu’ils continuent à saisir les opportunités de marché grandissantes en Guinée équatoriale. Nous sommes où nous sommes parce que la plupart d’entre nous avons été formés et développés par Centurion dans les meilleures institutions d’Europe et des États-Unis. Cela a fait une différence dans notre éthique de travail et notre performance. »

Le répertoire juridique classe également le Président Directeur général de la société, NJ Ayuk, dans sa catégorie Band 1, en précisant que « le PDG du groupe, NJ Ayuk, est une figure éminente de l’industrie des hydrocarbures et écrit beaucoup sur le secteur. Il est fréquemment mandaté dans le cadre d’opérations pétrolières et gazières pour le compte de gouvernements et de clients privés.

Il est connu pour ‘sa participation aux transactions les plus importantes du pays’. Il fournit notamment des conseils de haut niveau sur les concessions, les PSA, les contrats de forage et les projets de GNL. »

Ces dernières années, Centurion a été engagé pour les plus importantes transactions énergétiques et commerciales de la Guinée équatoriale, agissant en tant que conseiller des principaux opérateurs du pays pour la préparation et la négociation de leurs contrats de partage de production, et combinant des stratégies de monétisation du gaz en aval pour les producteurs souhaitant renforcer l’intégration de l’offre gazière.

La société poursuit son partenariat avec la Guinée équatoriale dans le cadre de son Année de l’énergie 2019, qui verra notamment se dérouler le Congrès et exposition APPO CAPE VII à Malabo du 2 au 5 avril 2019, et le Somme ministériel du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), réunissant ministres et chefs de gouvernement de tous les pays membres les 26 et 29 novembre 2019.

Continue Reading

Non classifié(e)

Angola : Les réformes du secteur pétrolier angolais devraient permettre l’autosuffisance en matière de production de carburant

Published

on

By

Angola : Les réformes du secteur pétrolier angolais devraient permettre l'autosuffisance en matière de production de carburant

L’Angola, deuxième producteur de pétrole en Afrique avec 1,6 million de barils de pétrole par jour et une production de gaz naturel estimée à 17 904,5 millions de pieds cubes, cherche à atteindre l’autosuffisance dans la production de produits raffinés tels que les carburants et les lubrifiants d’ici 2021.

Le président du pays, João Lourenço, a révélé cette information lors de la cérémonie d’assermentation de plusieurs postes pétroliers et gaziers, affirmant que cela serait rendu possible par l’expansion de l’unique raffinerie du pays à Luanda et la construction de deux raffineries à Cabinda et Lobito, qui contribuera à quadrupler la production d’ici 2021 et à atteindre ses objectifs en aval.

Depuis 2014, les investissements dans les champs d’exploration et de production, nouveaux ou matures, ont été très limités, en grande partie à cause de la chute importante des prix du pétrole et des devises limitées sur le marché angolais. Cet investissement limité a à son tour conduit aux ascenseurs quotidiens actuels de 1,55 million de barils de pétrole par jour (bpd), un millier de barils de moins que sa capacité. Néanmoins, le pays dispose de 9 milliards de barils de ressources pétrolières prouvées et de 11 000 milliards de pieds cubes de réserves de gaz naturel, ce qui représente un potentiel considérable pour le développement économique et des opportunités commerciales considérables.

L’industrie pétrolière angolaise est dominée par son secteur en amont, à savoir l’exploration et la production de pétrole brut et de gaz naturel en mer. Près de 75% de la production pétrolière provient de champs offshore. L’Angola produit du pétrole brut léger non corrosif contenant de faibles volumes de soufre, adapté au traitement de produits pétroliers raffinés légers.

Depuis son entrée en fonction en 2017, Lourenço a activement cherché à réformer le secteur pétrolier et gazier en Angola , allant de l’ouverture de gisements marginaux à des indépendants africains à de profonds changements dans les lois fiscales, ainsi qu’à une nouvelle structure de réglementation pour une fonction concessionnaire contrats de concession.

Selon les indications, ces mesures fonctionnent – les perspectives économiques de l’Angola publiées par la Banque mondiale en décembre 2018 tablent sur une croissance du PIB de 1,7% en 2018 et de 2,2% en 2019 – la première fois que le pays connaît une croissance positive depuis 2014. Un investisseur en hausse l’environnement est répertorié comme une cause d’amélioration.

Les projets méga pétroliers et gaziers ont atteint la décision d’investissement finale depuis 2018, et plusieurs autres sont sur le point de s’ouvrir au FID en 2019 et 2020. Un nouveau cycle de licences devrait attirer de nouveaux explorateurs internationaux dans le pays et promouvoir la participation du secteur domestique angolais. en offrant des incitations pour les champs marginaux.

Continue Reading

Non classifié(e)

Mozambique : Anadarko signe un autre contrat d’achat et de vente de son gaz naturel liquéfié mozambicain

Published

on

By

Au Mozambique, Anadarko vient d’annoncer la signature d’un nouvel accord d’achat et de vente (SPA) de GNL. Le contrat a été signé entre la société texane et Shell International Trading Middle East.

Selon les termes de l’accord, Anadarko livrera 2 millions de tonnes par an (Mtpa) à la filiale de Shell, sur une durée de 13 ans.

« Nous sommes très contents d’avoir signé ce SPA qui confirme les négociations en cours et porte nos ventes de gaz sur le long terme à plus de 7,5 Mtpa. Nous espérons conclure des deals supplémentaires dans un futur proche », a commenté Mitch Ingram (photo), vice-président de la branche exploration en eaux profondes à l’international chez Anadarko.

Avec cet accord, Anadarko se rapproche davantage de la décision finale d’investissement qui devrait être prise au premier semestre de cette année. La production, quant à elle, devrait démarrer en 2023.

Cet accord vient surtout confirmer les prévisions selon lesquelles la demande en GNL au Moyen-Orient devrait exploser dans les prochaines années. Shell se positionne déjà pour satisfaire une partie de la demande sur un marché à fort potentiel.

Continue Reading
Advertisement
Advertisement

Tendance

%d blogueurs aiment cette page :