Connect with us

Non classifié(e)

Zimbabwe : Invictus Energy lève des fonds pour son projet gazier de Cabora Bassa

Published

on

Zimbabwe : Invictus Energy lève des fonds pour son projet gazier de Cabora Bassa

La société australienne Invictus Energy a rapporté qu’elle a reçu des engagements contraignants pour un placement de 1,5 million de dollars auprès d’investisseurs institutionnels. Des fonds qui seront alloués aux efforts de développement du projet Cabora Bassa, logé sur le permis SG 4 571. Plus précisément, cette somme sera investie dans les travaux préparatoires à l’exploration.

La société d’exploration lèvera les fonds en émettant 57 692 310 actions au prix d’émission de 0,026 $. Cela représente un rabais de 13,3 % par rapport au prix moyen pondéré en fonction du volume sur 10 jours.

« La demande et les offres pour le placement étaient bien au-delà de notre objectif et nous remercions nos actionnaires actuels et les nouveaux actionnaires pour leur solide soutien », a déclaré Scott Macmillan (photo), directeur général d’Invictus.

Le projet Cabora Bassa abrite le prospect Mzarabani, une cible gazière avec des ressources potentielles d’environ 9 Tcf de gaz naturel et 300 millions de barils de condensat, ce qui en fait l’un des blocs les plus prolifiques du continent.

Invictus Energy a aussi laissé entendre que les négociations pour attirer un nouvel investisseur dans le projet via une amodiation vont bon train. Par ailleurs, il s’attend à « une phase de croissance intéressante » dans la mise en œuvre du projet.

EVENEMENTS

Le Soudan du Sud et l’Egypte signent un accord de coopération historique lors de la conférence South Sudan Oil & Power 2019

Published

on

By

Le Soudan du Sud et l'Egypte signent un accord de coopération historique lors de la conférence South Sudan Oil & Power 2019
  • Le Soudan du Sud et l’Égypte signent un protocole d’accord concernant la coopération dans le domaine du pétrole et du gaz en aval lors de la Conférence sur le pétrole et l’énergie du Soudan du Sud en 2019.
  • Le pays va lancer son tout premier accord de licence au premier trimestre de 2020 concernant 13 blocs onshore ouverts à un appel d’offres.
  • SE M. Taban Deng Gai, Premier Vice-Président, et SE M. Awow, Daniel Chuang, Ministre du Pétrole, ont pris la parole lors de la conférence annuelle consacrée à la finance et aux investissements.

Témoignant de l’attractivité croissante du Sud-Soudan en tant que destination pour les investissements, South Sudan Oil & Power (SSOP) 2019 a accueilli des délégations et des responsables des pays suivants: Kenya, Éthiopie, Égypte, Somalie, Norvège et Afrique du Sud. .

Au cours de son discours d’ouverture, le ministre du Pétrole du Sud-Soudan, Daniel Awow Chuang, a exposé la vision du pays dans le secteur du pétrole et du gaz, alors que la production augmentait: «La production de pétrole au Soudan du Sud atteint 178 000 barils par jour. Nous espérons atteindre 250 000 barils par jour dans un proche avenir. Nous atteignons notre objectif avec succès grâce au soutien important de nos partenaires et des pays voisins ». Le ministre Chuang a souligné l’importance de sa coopération avec le Soudan, avec lequel un accord de paix historique a été signé en septembre dernier.

SE Chuang et Taban Deng Gai, premier vice-président du Soudan du Sud, ont souligné plusieurs initiatives montrant les efforts du pays pour accroître de manière significative la production de pétrole. Sudd Petroleum Operating Company a annoncé la semaine dernière sa reprise de la production de pétrole à la fin de l’année. D’une capacité de 80 000 barils par jour, les champs pétrolifères sont fermés depuis 2016.

Le fonds pour les combustibles stratégiques d’Afrique du Sud, qui a signé un accord de partage de l’exploration et de la production en mai 2019, a annoncé le lancement d’une campagne de levés aériens de son bloc B2 en décembre.

La SSOP 2019 a vu la signature d’un mémorandum d’accord entre le gouvernement du Sud-Soudan et la compagnie pétrolière nationale égyptienne, l’Egypt National National Petroleum Corporation (EGPC), concernant la coopération régionale dans le domaine du pétrole et du gaz en aval. Cela intervient quelques semaines après que le président égyptien Al-Sisi a appelé les sociétés d’exploration et de production égyptiennes à accroître leur participation dans les pays africains et a exhorté les sociétés de services à investir au Soudan du Sud. L’Égypte s’est vantée d’une forte participation à cet événement en présence de plusieurs sociétés et délégations, notamment EGPC, Petrojet, Petrogas, Al Khorayef, Drexel Oilfied Equipment, entre autres.

Le Soudan du Sud a annoncé qu’il lancerait son tout premier cycle d’octroi de licences au premier trimestre de 2020, en mettant en place 13 blocs onshore. De nombreuses sociétés d’exploration et de production internationales ont déjà manifesté leur intérêt pour le potentiel pétrolier et gazier du Soudan du Sud.

Continue Reading

Non classifié(e)

Afrique du Sud : L’OPIC finalise son accord de prêt de 40 millions $ avec la société énergétique Renergen

Published

on

By

Afrique du Sud : L’OPIC finalise son accord de prêt de 40 millions $ avec la société énergétique Renergen

Annoncé en mai dernier, l’accord de prêt de 40 millions de dollars entre le fonds américain Overseas Private Investment Corporation (OPIC) et la société énergétique sud-africaine Renergen a été finalisé mercredi. Cela marque une étape importante dans le projet de Renergen de produire du GNL, à partir du projet Virginia, ainsi que de l’hélium.

Libellé en dollar et fixé par rapport à la courbe du Trésor américain, ce prêt offre à Renergen des « conditions très favorables » pour des emprunts à long terme, compte tenu de la faiblesse actuelle des taux d’intérêt, indique Stefano Marani (photo), PDG de Renergen.

Le prêt aura une durée de 12 ans, avec un délai de grâce avant l’échéance d’un peu moins de trois ans ; ce qui tient compte du temps de construction et de mise en service, indique un communiqué de la société.

Sur les 40 millions $, 18 seront prélevés pour commander les liquéfacteurs d’hélium et de GNL, tandis que le reste sera affecté à la construction du réseau de collecte de gaz et à l’exploitation.

Le projet de GNL est prévu pour entrer en service au cours du premier semestre de 2021. Pour ce qui est de la production d’hélium, les forages seront engagés dans les prochaines semaines pour un début de production prévu pour la même année. Il en résultera une production d’environ 2 700 gigajoules (GJ) de GNL et 350 kg d’hélium liquide par jour.

Continue Reading

Non classifié(e)

Nigéria : Les raffineries enregistrent des pertes en 13 mois

Published

on

By

Nigéria : Les raffineries enregistrent des pertes en 13 mois

Les quatre raffineries du Nigéria sous la direction de la Nigerian National Petroleum Corporation n’ont généré aucun bénéfice depuis mai 2018.

Au lieu de cela, les raffineries ont enregistré des pertes consécutives entre mai dernier et mai de cette année.

Les raffineries du pays comprennent Warri Refining and Petrochemical Company, deux usines de Port Harcourt Refining Company et de Kaduna Refining and Petrochemical Company.

Les dernières données obtenues lundi de la NNPC montrent que le WRPC, le KRPC et le PHRC ont enregistré des déficits pendant 13 mois consécutifs, n’ayant enregistré aucun excédent d’exploitation.

Une analyse plus approfondie de la performance des raffineries a montré qu’elles avaient enregistré la perte consolidée la plus élevée de 20,1 milliards de naira au mois de mai 2018, tombant à 13,63 milliards de nairas en mai de cette année.

Il a également été observé que les pertes du WRPC et du PHRC sont passées de 7,16 milliards et 8,69 milliards de nairas en mai 2018 à 4,6 milliards et à 4,7 milliards en mai 2019, respectivement.

En revanche, les pertes subies par la KRPC ont légèrement augmenté au cours de la période considérée, passant de 4,22 milliards de naira en mai 2018 à près de 3,31 milliards de naira en mai 2019, selon les derniers chiffres de la NNPC.

La NNPC a également déclaré qu’en mai 2019, les trois raffineries avaient traité 32 967 tonnes métriques de brut pour produire 21 347 tonnes métriques pour le mois, contre une quantité nulle traitée en avril 2019.

Il a noté que seul le WRPC avait produit les produits pétroliers finis de 21 347 tonnes métriques en mai 2019.

Le rendement combiné des rendements pour le mois sous revue était de 91,29%, contre zéro% enregistré en avril 2019, principalement en raison des travaux de réhabilitation nécessaires dans les raffineries.

« La KRPC n’a pas traité de pétrole brut au cours des deux derniers mois », a déclaré la NNPC.

Pour le mois de mai 2019, le WRPC et le KRPC ont produit respectivement 4 771 tonnes métriques et 3 977 produits intermédiaires, tandis que les trois raffineries ont produit 8 748 millions de tonnes de produits intermédiaires avec une utilisation de capacité combinée de 1,75%.

«La baisse de la performance opérationnelle enregistrée est imputable à la réorganisation en cours des raffineries, qui devrait encore améliorer l’utilisation de la capacité une fois achevée», a déclaré la NNPC.

Il a en outre déclaré que la société avait adopté un modèle commercial de raffinage d’usines marchandes depuis janvier 2017.

Il a expliqué que le modèle prenait connaissance de la valeur des produits et des coûts bruts, ajoutant que la valeur combinée de la production des trois raffineries au prix de parité à l’importation pour le mois de mai 2019 s’élevait à 5,24 milliards de naira.

La société a ajouté que le brut, les coûts de fret et les dépenses opérationnelles associés s’élevaient respectivement à 5,3 milliards et à 13,57 milliards, ce qui a entraîné un déficit d’exploitation de 13,63 milliards pour les raffineries.

Continue Reading

Tendance

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :