Accueil ANALYSES Comment l’Afrique maximisera ses richesses pétrolières et gazières

Comment l’Afrique maximisera ses richesses pétrolières et gazières

par admin
Comment l'Afrique maximisera ses richesses pétrolières et gazières

La crise de l’énergie a souligné la dépendance de l’économie mondiale aux combustibles fossiles, et l’appel à davantage d’approvisionnement en pétrole et en gaz s’est fait entendre. L’Afrique est prête à livrer. La semaine dernière, lors de l’Africa Oil Week au Cap, Mansur Mohammed, responsable du contenu en amont de l’Afrique de l’Ouest, a exploré les opportunités et les défis pour l’industrie en amont de l’Afrique.

Premièrement, l’Afrique possède d’énormes ressources non développées, et sans aucun doute d’autres volumes encore à trouver. Au cours de la décennie jusqu’en 2020, 61 milliards de bep de ressources conventionnelles ont été découverts en Afrique, soit près de deux fois plus que dans toute autre région en amont. Le gaz naturel représentait l’essentiel de ces ressources, dont une grande partie n’était pas encore commercialisée.

Le succès de l’exploration s’est poursuivi au cours de la nouvelle décennie avec d’importantes découvertes de pétrole en eau profonde. Baleine (Eni) en 2021 est le plus grand jamais construit en Côte d’Ivoire et est déjà en cours de développement ; Venus (TotalEnergies) et Graff (Shell), tous deux cette année, ouvrent un nouveau jeu entièrement en Namibie. Ces trois découvertes géantes contiennent le type de barils à faible coût et à faible intensité de carbone dont le monde a besoin.

La Namibie pourrait en effet s’avérer très étendue. L’estimation actuelle de WoodMac pour les réserves totales est de 6 milliards de barils ; mais la hausse pourrait être plus de deux fois plus dépendante de l’évaluation future. Le deuxième puits de TotalEnergies sur Vénus est prévu pour l’année prochaine.

Deuxièmement, l’investissement en amont en Afrique est sur une forte tendance à la hausse. Ces grandes nouvelles découvertes alimentent un pipeline de développement existant sain qui pourrait entraîner un doublement des dépenses d’ici 2025 par rapport aux creux régionaux d’il y a deux ans. Les dépenses mondiales montrant peu de signes de croissance, l’Afrique surpasse les autres régions en amont.

De plus, l’investissement n’est plus dominé par le Nigeria, l’Angola et le Congo. Une grande partie des dépenses futures se fera en Ouganda, en Afrique du Sud, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Mozambique et, selon toute vraisemblance, en Namibie.

Près de la moitié des dépenses prévues au-delà de 2025 sont prévues pour des projets pré-FID. Les investissements non engagés ne peuvent pas être tenus pour acquis. L’allocation du capital est plus que jamais vulnérable aux vicissitudes des marchés des matières premières ; tandis que les IOC s’en tiennent à une stricte discipline du capital jusqu’à présent dans ce cycle haussier, préférant restituer l’excédent de trésorerie aux actionnaires plutôt que d’investir dans la croissance.

Les investisseurs veulent avant tout maximiser la valeur des projets. Une grande partie de cela est le processus : minimiser le laps de temps entre la découverte et la première production et la génération de flux de trésorerie.

Troisièmement, les gouvernements ont tout intérêt à accélérer le processus. Ce n’est pas seulement l’investissement qui peut être acheminé, mais la part des revenus des gouvernements. Les recettes fiscales en amont en 2022 dans les coffres des pays producteurs africains atteindront le plus haut niveau depuis une décennie. Les gouvernements devraient viser à maintenir et à accroître ces revenus.

Le graphique montre que les investissements en amont en Afrique devraient doubler d'ici 2025.

Il s’agit de minimiser la bureaucratie pour accélérer le processus d’autorisation, de licences et d’approbations ; s’assurer que la chaîne d’approvisionnement et l’industrie des services sont adaptées à leur objectif ; renforcer la confiance des investisseurs grâce à la transparence, à la réputation et à la bonne gouvernance ; et inciter les investisseurs à la stabilité budgétaire et à la clarté des conditions.

Quatrièmement, le paysage des entreprises en Afrique est en train de changer. Les majors continuent de concentrer leurs portefeuilles mondiaux autour d’actifs avantageux – des actifs à faible coût et à faible émission de carbone généralement au début de leur cycle de vie – et de vendre des actifs matures et à coût plus élevé, y compris des positions héritées en Afrique. Il s’agit d’un changement structurel qui se produit depuis une décennie et qui se poursuivra. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a des repreneurs, principalement des indépendants et des joueurs indigènes.

Le  «changement de garde»  ne doit pas être considéré comme une mauvaise chose – nous dirions qu’il vaut mieux que les opportunités soient entre les mains de ceux qui veulent en tirer le meilleur parti. La résurgence des investissements en amont suggère qu’ils ne freinent pas l’Afrique.

Enfin, comment les perspectives haussières de la croissance en amont de l’Afrique s’articulent-elles avec les objectifs de zéro net ? La question tombe à pic alors que la COP27 se déroule dans quinze jours sur le continent à Sharm El-Sheikh en Egypte. Nous nous attendons à ce que les pays africains, qui ne sont responsables ensemble que de 4 % des émissions annuelles mondiales, affirment catégoriquement que leurs priorités sont de développer les ressources en combustibles fossiles pour stimuler la prospérité économique et offrir un accès abordable à l’énergie à plus de 500 millions de personnes actuellement sans électricité.

Il y a sûrement un résultat gagnant-gagnant. Les IOC et autres bailleurs de fonds peuvent aider à développer les ressources pétrolières et gazières de l’Afrique, bien que la plupart n’investissent que dans des projets alignés sur leurs propres objectifs nets zéro. Cela aide l’Afrique à fournir le pétrole et le gaz à faible coût et à faible émission de carbone que le monde souhaite. Les projets ne doivent pas non plus se limiter à l’exportation – le développement des marchés intérieurs du gaz et de l’électricité doit faire partie des stratégies nationales et de celles des IOC.

L’avenir à plus long terme repose sur une énergie à faible émission de carbone. De nombreux pays africains disposent d’énormes ressources solaires et éoliennes, certains ont un potentiel hydroélectrique abondant et des solutions basées sur la nature telles que les forêts et l’agriculture du sol. Il existe une opportunité pour l’Afrique de construire un avenir à faible émission de carbone autour des énergies renouvelables, de l’hydrogène, de la géothermie et du CCUS, parallèlement à la décarbonisation des développements des combustibles fossiles.

La double approche peut stimuler la croissance économique, améliorer le niveau de vie sur le continent et servir les marchés d’exportation.

You may also like

About Us

Or Noir Africa continue de fournir des informations opportunes et une analyse approfondie des événements qui façonnent cette région passionnante de l’Afrique

Feature Posts

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

fr_FR