Accueil ANALYSES Ouganda : Le projet pétrolier TotalEnergies suscite des critiques

Ouganda : Le projet pétrolier TotalEnergies suscite des critiques

par admin
Ouganda : Le projet pétrolier TotalEnergies suscite des critiques

Sur le terrain, l’intérêt s’est largement concentré sur l’impact économique de l’arrivée de Big Oil et la réponse est mitigée.

Le géant pétrolier français TotalEnergies, qui développe le champ pétrolifère de Tilenga, est “blanchi” par le tribunal de Paris, avec les accusations selon lesquelles il a bafoué les droits de l’homme et l’environnement dans sa quête de combustibles fossiles en Ouganda.

À partir de 2025, selon la société, le pétrole sera pompé de l’Ouganda enclavé sur plus de 1 400 kilomètres jusqu’à la côte tanzanienne le long de ce qui sera le plus long pipeline de ce type au monde.

Le projet s’étend en partie dans le parc national de Murchison Falls, une zone protégée.

TotalEnergies affirme avoir limité le nombre de puits à l’intérieur du parc national et conçu le pipeline de manière à minimiser son impact sur l’environnement.

Les critiques disent qu’il représente une menace mal évaluée pour l’un des écosystèmes les plus fragiles d’Afrique et les moyens de subsistance de dizaines de milliers de personnes.

TotalEnergies affirme que Tilenga créera 7 000 emplois dans la région du lac Albert, et certains habitants ont bénéficié de rachats de terres, de bourses et de développement stimulés par le projet.

Emily Fwachan, originaire du district de Buliisa où se trouvent les champs de Tilenga, a vendu deux hectares de terrain à TotalEnergies pour une indemnisation évaluée à 25 millions de shillings ougandais (6 800 $).

L’entreprise a construit une nouvelle maison pour la femme de 54 ans, et elle a utilisé une partie de l’argent pour acheter une propriété et une moto à son fils, aider sa fille à trouver du travail et établir une ferme apicole pour vendre du miel aux travailleurs du secteur pétrolier.

“Pour moi, j’ai eu plus d’avantages que de problèmes”, a déclaré Fwachan.

Joselyn Katusabe, une mère célibataire de six enfants, a reçu environ 1 000 dollars pour la vente d’une petite parcelle de terrain où elle cultivait du manioc. L’homme de 48 ans a ouvert un petit salon et a payé les frais de scolarité avant que l’argent ne soit épuisé.

“Contrairement à la ferme de manioc qui a été reprise par le projet pétrolier, le salon me donne un revenu quotidien. Pourtant, ce n’est pas suffisant”, a-t-elle déclaré.

De l’autre côté de la question, la jalousie Mulimba Mugisha a refusé l’offre d’indemnisation et a été poursuivie en justice par le gouvernement pour avoir prétendument fait obstruction à un projet de l’État.

Le père de sept enfants, âgé de 51 ans, a perdu l’affaire mais fait appel, bien qu’il ne soit pas convaincu de ses chances.

“En Ouganda, si vous êtes pauvre, vous ne vous attendez pas à ce que justice soit rendue”, a-t-il déclaré.

La nation d’Afrique de l’Est est dirigée par le président Yoweri Museveni d’une main de fer depuis 1986.

Mugisha a déclaré que certains membres de la famille avaient été “intimidés” pour accepter les 960 dollars d’indemnisation.

“Mais nous insistons sur le fait qu’au lieu d’accepter l’offre de compensation dérisoire, à l’avenir, nous pourrons dire aux générations à venir que le pétrole est une malédiction plutôt qu’une bénédiction”, a-t-il déclaré.

Geoffrey Byakagaba, un autre agriculteur qui a refusé d’être indemnisé, a déclaré que d’autres étaient libres de prendre ce qui était offert mais “nous avons refusé d’être moqués”.

“Nous ne pouvons pas permettre l’injustice”, a-t-il déclaré.

Le directeur général de TotalEnergies en Ouganda, Philippe Groueix, a déclaré qu’il y aurait toujours quelques détracteurs mais que, dans l’ensemble, la réponse à l’indemnisation avait été positive.

Il a défendu le dossier environnemental du projet, qui se situe dans le Rift Albertin, un point chaud de la biodiversité abritant un éventail vertigineux d’oiseaux et d’espèces sauvages menacées.

“Il y a débat sur ce projet, (si) ce projet est fait de manière (une) exemplaire, socialement, écologiquement, oui, ou non. Notre réponse est oui”, a-t-il déclaré à l’AFP.

“Ce projet en est un avec les normes les plus élevées.”

Il a déclaré que TotalEnergies s’attendait à une “issue positive” de la décision du tribunal de Paris, où six organisations non gouvernementales ont accusé le géant pétrolier d’ignorer les préoccupations concernant les moyens de subsistance et l’environnement.

You may also like

A Propos

Or Noir Africa continue de fournir des informations opportunes et une analyse approfondie des événements qui façonnent cette région passionnante de l’Afrique

Meilleurs Articles

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

fr_FR