Accueil NEWS Glencore ordered to pay millions for African oil bribes

Glencore ordered to pay millions for African oil bribes

by admin
Glencore ordered to pay millions for African oil bribes

A British subsidiary of mining giant Glencore has been ordered to pay more than £275 million for bribing officials in African countries to gain access to oil.

The company paid $26m (£23m) through agents and employees to crude oil company officials in Nigeria, Cameroon and Ivory Coast between 2011 and 2016.

Prosecutors said Glencore Energy UK employees and agents used private jets to transfer money to pay bribes.

Glencore Energy UK pleaded guilty to seven corruption offences in June.

He was fined £182.9 million by Judge Peter Fraser of Southwark Crown Court, who also approved the forfeiture of £93.5 million from the company.

In addition to five corruption charges, the subsidiary admitted charges of failing to prevent officials from using bribes to secure oil contracts in Equatorial Guinea and South Sudan.

Le juge Fraser a déclaré que les infractions pour lesquelles Glencore avait plaidé coupable représentaient “une corruption d’entreprise à grande échelle, déployant des sommes d’argent très substantielles en pots-de-vin”.

“La corruption est de longue durée et a eu lieu dans cinq pays distincts d’Afrique de l’Ouest, mais a ses origines dans le bureau de négociation du pétrole de l’Afrique de l’Ouest de l’accusé à Londres. Elle était endémique parmi les commerçants de ce bureau particulier”, a-t-il ajouté.

Glencore, founded in 1974, is one of the world's largest multinational commodity trading and mining companies.

Its subsidiaries operate in over 35 countries, but Glencore's London office was primarily concerned with oil, with one of its crude oil divisions responsible for West Africa.

On Wednesday, the Serious Fraud Office told Southwark Crown Court that Glencore Energy UK had paid - or failed to prevent the payment of - millions of dollars in bribes to officials in five African countries.

Les accusations de corruption indiquaient que l’objectif de l’entreprise était que les fonctionnaires “exécutent leurs fonctions de manière inappropriée, ou les récompensent pour cela, en favorisant indûment Glencore Energy UK dans l’attribution des cargaisons de pétrole brut, les dates de retrait du pétrole brut et les qualités de pétrole brut alloué ».

In 2018, the US Department of Justice (DoJ) launched an investigation into Glencore's compliance with US money laundering and corruption laws dating back to 2007. It concerned the mining giant's operations in Nigeria, the Democratic Republic of Congo and Venezuela.

Le SFO britannique a emboîté le pas en 2019, en enquêtant sur l’une des filiales britanniques de Glencore sur des “soupçons de corruption” en Afrique.

Le Serious Fraud Office a précédemment déclaré que son enquête avait révélé “des pots-de-vin et de la corruption à des fins lucratives”.

Clare Montgomery, représentant Glencore, a déclaré : “La société regrette sans réserve le préjudice causé par ces infractions et reconnaît le préjudice causé, tant au niveau national que public dans les États africains concernés, ainsi que le préjudice causé aux autres”.

Le juge Fraser a déclaré dans ses remarques sur la condamnation que Glencore “s’est engagée dans une réforme des entreprises et semble aujourd’hui être une société très différente de ce qu’elle était au moment de ces infractions”.

Lisa Osofsky, directrice du Serious Fraud Office, a déclaré que l’affaire était la première fois depuis l’introduction de la Bribery Act 2010 “qu’une entreprise a été condamnée pour l’autorisation active de corruption, plutôt que pour un simple échec à l’empêcher”.

“Pendant des années et à travers le monde, Glencore a recherché des profits au détriment des gouvernements nationaux dans certains des pays les plus pauvres du monde. La cupidité et la criminalité impitoyables de l’entreprise ont été à juste titre exposées”, a-t-elle ajouté.

In May, the company agreed to a $1.1 billion (£900 million) settlement in the US over a scheme to bribe officials in seven countries over a decade.

It concerned the mining giant's operations in Nigeria, the Democratic Republic of Congo and Venezuela.

You may also like

About us

Or Noir Africa continues to provide timely information and in-depth analysis of the events shaping this exciting region of Africa

Best Articles

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

en_US